Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

27 M€ pour le haut débit : l’ensemble des foyers de Loire-Atlantique couverts d’ici 2015


Article publié par Châteaubriant Actualités le Lundi 8 Octobre 2012



27 M€ pour le haut débit : l’ensemble des foyers de Loire-Atlantique couverts d’ici 2015
La Loire-Atlantique, promet une couverture en haut débit d'ici 2015 avec un ambitieux plan départemental d’ investissement de 27 M€.

Le développement des usages numériques constitue un enjeu majeur, tant citoyen, territorial qu’économique. C’est  pourquoi le Département y est fortement engagé : ouverture des données publiques départementales, déploiement des espaces numériques de travail dans tous les collèges d’ ici 2013, développement des e-services sur le site Internet (inscription au transport scolaire à compter de ce printemps, consultation en temps réel du trafic routier, offre de covoiturage, recherche d’une assistante maternelle…).

Cet engagement de la collectivité doit pouvoir être disponible pour tous, or l’accès à un débit suffisant constitue parfois un obstacle à l’usage des possibilités numériques. Si la Loire-Atlantique présente aujourd’hui une couverture Internet complète, un peu moins de 1 % de la population n’a pas accès à un débit minimal de 512Kb/s et 8,7 % - près de 55 000 foyers ou entreprises - ne bénéficient pas du haut-débit (débit minimal de 2Mb/s).

Répondre aux besoins du territoire

Le développement des usages numériques requiert le déploiement d’infrastructures de télécommunications importantes. Or les opérateurs privés concentrent leurs investissements sur les zones denses et rentables et délaissent les zones peu denses et rurales. 52% des Français habitant les zones rurales soulignent l’ insuffisance des débits disponibles.

Au-delà des particuliers, c’est également le développement économique de notre territoire qui est concerné. En effet la possibilité de communiquer et d’ échanger en temps réel avec ses clients et fournisseurs est un enjeu économique fort qui peut conditionner l’implantation d’activités économiques sur un territoire.

Pour éviter que cette fracture numérique ne se renforce, l’action publique est devenue indispensable. L’intervention des collectivités territoriales est désormais encadrée par des textes législatifs et règlementaires, dont le principal objectif est d’assurer la cohérence entre les initiatives publiques des différentes collectivités. Ainsi, au niveau départemental, les projets de développement d’infrastructures numériques doivent s’inscrire dans le Schéma Directeur d’Aménagement Numérique (SDAN).

C’est dans ce cadre que le Département de Loire-Atlantique, garant du développement équilibré du territoire, entend tout mettre en œuvre pour résorber cette fracture numérique, et atteindre un double objectif : combler ces inégalités d’accès au numérique et préparer la transition vers le très haut débit, étape suivante de l’aménagement numérique,dans l’ensemble du territoire.

C’est le double objectif du SDAN de Loire-Atlantique, soumis au vote des conseillers généraux. Et parce qu’il entend remédier rapidement à cette situation, le Département s’il engage à apporter 18 M€ sur les 27 M€ que coûte la réalisation de l’objectif du 2Mb/s pour l’ensemble des foyers.

La montée en débit : une solution technique pertinente et rapide

Suite au diagnostic réalisé lors de la première phase du SDAN, plusieurs réponses techniques ont été envisagées. La fibre optique, si elle est performante, est également très longue à mettre en place et financièrement extrêmement couteuse. Elle ne permet donc pas de répondre à l’urgence. En revanche, la " montée en débit " permet d’atteindre un double objectif : répondre rapidement aux demandes de haut débit (minimum de 2 Mb/s) des habitants, et préparer l’avenir du territoire en anticipant sur la mise en place du très haut débit à long terme

Concrètement, cette solution consiste à déployer de la fibre optique entre le « nœud de raccordement à l’abonné » (NRA) et le sous-répartiteur du secteur. En effet, la longueur de la ligne en cuivre est jusqu’ à présent le principal facteur d’affaiblissement du signal et donc du débit offert. La proposition consiste, dans l’architecture existante du réseau de boucle locale cuivre, à effectuer ce renforcement à la hauteur des sous-répartiteurs, ceux-ci constituant un nœud intermédiaire entre le répartiteur et les abonnés. L’intérêt de cette solution est d’offrir à l’abonné un débit plus important et d’accroître l’éligibilité au haut-débit des habitants les plus éloignés du répartiteur.

Le Département prévoit à ce stade la montée en débit de 159 sous-répartiteurs, pour un coût global estimé à 27M€. Cette solution garantira donc un débit minimal de 2Mb/s à toutes les lignes raccordées (90 000 lignes concernées), mais la plupart d’entre elles verront leur débit augmenter bien au-delà, au niveau du très haut-débit. Ainsi, d’après les hypothèses de travail retenues :

Près de 19 000 verront leur débit dépasser les 2Mb/s, environ 32 000 verront leur débit dépasser les 5Mb/s, quelques 41 000 verront le débit dépasser les 8Mb/s.
Afin de s’assurer de la rapidité de la mise en œuvre de ce projet, le Département engagera 18 des 27 M€nécessaires et assurera lui-même la maîtrise d’ouvrage de cet investissement.
L’offre satellitaire, une solution pour assurer le haut-débit aux zones très isolées

Cependant, subsisteront environ 5000 lignes pour lesquelles le coût à la ligne de la montée en débit demeurera extrêmement onéreux en raison de leur isolement.

Pour ces situations, le Département de Loire-Atlantique propose et améliore son offre d’aide financière à la solution satellitaire. Depuis décembre 2011, sa subvention de 159 € à l’installation du kit satellite est ainsi étendue à tous les foyers inéligibles à 2Mb/s (contre 512Kb/s auparavant).

Cette initiative du Département s’ inscrite dans la démarche de labellisation par l'État d'opérateurs commercialisant une offre d’accès à Internet d’un débit minimum de 512 Kb/s, alternative à l’installation filaire. Plusieurs opérateurs proposent ainsi une solution d’Internet par satellite.

Les foyers de Loire-Atlantique choisissant cette offre supportent donc l’abonnement mensuel (d’un montant maximum de 35 € et les frais d’accès au réseau lors de l’abonnement (de l’ordre de 50 €), tandis que le Département prend en charge le coût d’installation du matériel par un antenniste agréé (de l’ordre de 159 € au moyen d’une subvention versée sur facture. )

L’offre constitue une solution intéressante pour les foyers isolés : elle permet aux abonnés un accès à Internet à un débit allant jusqu’ à6 Mb/s et un volume mensuel d’échange de 3 à 4 Go. Certes cette technologie, quoiqu’en amélioration continue, ne permet pas encore le triple-play simultané

(Internet, téléphonie et télévision) ; elle constitue toutefois une solution satisfaisante pour une utilisation « standard » d’Internet, et de mise en œuvre rapide.

Préparer le très haut débit

Le Département propose de déployer dès 2012 quelques plaques de très haut débit en fibre optique. Cela constituera un test pour le déploiement progressif du très haut débit à compter de 2015. Cette première étape pourrait être réalisée avec un investissement de l’ordre de 4 M€
.



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.