Facebook
Twitter
Mobile
Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Au Pays des...au Théâtre de Verre


Rédigé par Châteaubriant Actualités le Dimanche 31 Mars 2013 à 10:18 |

Au Pays des...au Théâtre de Verre
de Sylvain Levey présenté par le Théâtre du Rictus
Théâtre de Verre, Châteaubriant
Sylvain Levey n’a de cesse d’interroger les affres de notre société au travers du prisme des faits divers et de traquer les barbaries ordinaires qui avancent masquées

Le dramaturge Sylvain Levey a entamé, il y a quelques années un processus de création et de compagnonnage en chantier avec Laurent Maindon et le Théâtre du Rictus, sous le titre générique Asphalt jungle. La première partie abordait la question de la violence gratuite à travers le fait divers. La deuxième étape (Au pays des…) décrit la souffrance au travail et le suicide en entreprise. Au pays des ... ou la descente aux enfers d’un cadre ordinaire, salarié d’un parc d’attractions. Deux histoires : celles de l’avant et de l’après suicide de cet homme. Pourquoi une telle déshumanisation dans cet ersatz de paradis pour enfants où l’on croise Riri, Fifi, Loulou, Donald duck, Buzz l’éclair ou Blanche neige ? Harcèlement moral ici, déresponsabilité là. Qu’est-ce qui conduit au passage à l’acte ? Les diverses culpabilités insidieusement instillées dans les esprits creusent des galeries souterraines, entraînant des êtres humains vers des comportements inhumains. Une occasion de questionner la société du jetable, du librement exploitable, du permutable et de la violence du monde dans lequel nous vivons…

Au Pays des...au Théâtre de Verre
Interrogeant les choses les plus graves avec humour, et faisant ainsi d’autant mieux déflagrer la violence des situations, la pièce expose la vie d’un cadre d’entreprise, rétrogradé de poste en poste jusqu’à figurer dans la parade du parc d’attraction qui l’emploie. Humiliation insidieuse, harcèlement continu, souffrance et larmes cachées, le texte traque « les barbaries modernes qui avancent masquées » et conduisent au pire avec une violence sourde, souvent aveugle et toujours implacable.

Si ce spectacle fait écho à des événements récents et si « le théâtre ouvre ici une boîte de Pandore », c’est essentiellement pour « aider à interroger et à soulever les questions qui réveillent les consciences », comme l’affirme le Théâtre du Rictus, qui fait ici œuvre citoyenne.

Vendredi 5 avril 2013, 20h45,
Théâtre de Verre
27 Place Charles de Gaulle
44110 Châteaubriant




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.