Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Châteaubriant, c'est la Bretagne


Article publié par Jonathan Guillaume le Dimanche 13 Juillet 2014



Animateur du collectif 44=Breizh et castelbriantais depuis quelques temps, je ne peux m'empêcher de réagir à la tribune commune publiée par Maxime Lelièvre (UDI) et Jordan Esnault (PS) en faveur d'une région « Grand Ouest ».

Cette prise de position intervient dans le contexte particulier du débat parlementaire sur la réforme territoriale et de mobilisations importantes dans notre département. D'un côté, des citoyennes et citoyens de l'ensemble de la Bretagne, et notamment de Loire­-Atlantique, se mobilisent pour réclamer le droit de se déterminer pour une nouvelle assemblée régionale de Bretagne avec la Loire­-Atlantique. Ils étaient 10 000 à Nantes le 19 avril dernier et 15 000 le 28 juin. De l'autre, une classe dirigeante et ses aspirants, qui mènent activement campagne pour une fusion des Pays de la Loire et de la région Bretagne, contre une région réunifiant les 5 départements bretons.

Si rien n'empêche des membres de partis concurrents d'exprimer des positions communes, sur le fond, les arguments présentés par Jordan Esnault et Maxime Lelièvre méritent sérieusement d'être réfutés.

Être milieu de rien ne permet pas d'être centre de tout.

En tant que castelbriantais ceux-­ci cherchent à mettre en avant les intérêts de la commune dans cette future région. « Châteaubriant pourrait être au centre d'une prometteuse région Grand­ Ouest ». Un rapide coup d’œil sur la carte situe naturellement le pays de Châteaubriant au milieu de cette grande étendue. Mais cela suffira-­t­-il a en faire un « centre », point d'équilibre et d'échange un sein d'un vaste territoire ? Rien n'est moins sûr.

Comme ils le disent, Le « Grand Ouest » c'est la continuité du processus déjà enclenché de métropolisation nantaise :« L’économie mondiale est aujourd’hui fondée sur un réseau dense de métropoles, pleinement actrices de flux toujours plus nombreux. Ces grands centres urbains doivent pouvoir s’adosser à de vastes territoires ».

Soyons clairs, sur ces 30 dernières années, Châteaubriant a clairement pâtit des concentrations économique, démographique et politique entraînées par la métropolisation de Nantes, et dans une moindre mesure, celles de Rennes et Angers. A l'inverse du département, Châteaubriant a subi une réelle perte démographique sur les trois dernières décennies. Un phénomène qui l'amène en 2014 a faire partie des villes les plus pauvres de France, cumulant fragilités économiques, sociales et culturelles. Ce phénomène risque d'ailleurs d'être accentué par le renforcement des compétences des métropoles en 2015*.

Mettre Châteaubriant au milieu d'une région taillée pour la métropole nantaise n'en fera jamais un « centre ». La réforme territoriale, avec la recherche d'équilibre gouvernementale entre pouvoirs départementaux et régionaux, amène un projet peu ambitieux pour l'échelon régional. Doté de réelles compétences, avec une représentation exprimant la diversité géographique, c'est pourtant cet échelon qui serait le mieux à même d'organiser la solidarité, l'égalité et les dynamiques dans tous les territoires. Plutôt qu'un simple support de métropole, la région est capable de faire l'équilibre entre les véritables « centres », comme Nantes, et les localités périphérisées par les métropolisations, comme Châteaubriant. La région n'est pas qu'un échelon administratif, c'est aussi et surtout un espace vécu capable de jouer son rôle si on ne la vide pas de sa substance. Et le problème du « Grand Ouest », c'est que de substance, il n'en a point.

Grand ­Ouest et Pays de la Loire, des projets sans fondements

Les élections régionales auront lieu dans un peu plus d'un an. Flatter la position des groupes politiques en place au conseil régional des Pays de la Loire n'est pas anodin pour ces « jeunes loups »* du PS et de l'UDI, ça leur paraît même « logique » : « Nous défendons assez logiquement une garantie de l’unité des cinq départements des Pays de La Loire qui ne peuvent se désolidariser les uns des autres au vu du travail qu’ils ont accompli et reste à accomplir ensemble ».

Néanmoins, le fait que les conseillers régionaux aient, si l'on peut dire, « fait leur job », ne peut pas justifier le maintien de l'intégrité d'une entité administrative aujourd'hui dépassée. Certes, de nombreuses associations sportives, culturelles, syndicales se sont adaptées, souvent malgré elles, au découpage imposé par le conseil régional des Pays de la Loire. Mais, rappelons que dans de multiples domaines la Bretagne à 5 départements est d'actualité. Le pouvoir judiciaire est organisé en Bretagne sur les 5 départements, et les magistrats y tiennent. C'est aussi le cas d'une grande association écologique comme Bretagne Vivante. D'un point de vue économique, l'INPI* enregistre le dépôt de 830 marques comportant le nom « Bretagne » quand « Les Pays de la Loire » ne sont enregistrés que 63 fois. L'association entrepreneuriale « Produit en Bretagne », est très bien implantée en Loire­-Atlantique et y enregistre un taux de notoriété des plus important. Rappelons qu'aucun entrepreneur n'a encore lancé d'association « Produit en Pays de la Loire » ou « Produit en Grand Ouest »

A l'échelle de l'Europe, les régions dynamiques reposent sur des éléments d'identification solides.

L’Écosse, la Bavière, la Catalogne, etc... ne sont pas de simples points cardinaux des États dont elles dépendent. Elles s'inscrivent dans des réalités réalités historiques, politiques, économiques, sociales qui font l'Europe et le Monde d'aujourd'hui. A l'inverse, la région administrative la plus pauvre d'Europe s'appelle « le Nord­ Est ». Et savez­ vous où c'est ?

Personnellement, le « Grand Ouest » me fait penser aux régions grolandaises, Groland­ du­ Haut, Groland­ du­ bas, Groland­ de­ Côté et Groland­ de ­l'Autre­Côté. Régions fictives dont les noms ont été réduits au simple positionnement géographique des territoires et de leurs habitants par rapport à la capitale­centre.

Le projet de « Grand Ouest » traduit cette abstraction technocratique et oligarchique effaçant les réalités et les dynamiques humaines des territoires concernés.l'approprier et porter une dynamique territoriale partagée. Le « Grand Ouest », s'appuie sur une vision passéiste, centraliste et élitiste d'une entité administrative comme simple courroie de transmission du pouvoir entre métropoles et État, entre Nantes et Paris. Comment affirmer que « tout plaide pour une fusion des deux régions », quand le dernier sondage réalisé montre que seulement 6% des bretonnes et des bretons souhaitent cette fusion (55% pour la réunification, 35% pour le statu quo, 4% ne se prononcent pas)*, et que 70% des habitants du 44 sont favorables à la réunification*. Comment souhaiter « le plus possible de consensus » autour du Grand Ouest, quand 15 000 personnes manifestent à Nantes pour réclamer le droit à un referendum sur la question de la Réunification de la Bretagne, et que les institutions en place leur refusent.

L'avenir, c'est la Bretagne à 5 départements

Le Val de Loire et ses Châteaux classés à l'UNESCO, de Châlonnes/Loire (Maine et Loire) à Sully/Loire (région Centre), offre un espace régional connu dont la notoriété a permis un développement économique important. Tout comme Châteaubriant a intérêt à s'appuyer sur le projet de classement en cours des Marches de Bretagne au patrimoine mondial de l'UNESCO, les départements de l'Est des Pays de la Loire ont tout intérêt à profiter de cette appellation dans le cadre d'un nouveau découpage régional. C'est autant pour « eux » que pour « nous » qu'un « Grand Ouest » serait un frein au développement harmonieux et partagé de nos territoires. En quoi l'Ouest serait moderne et la Bretagne, et le Val de Loire, « passéistes » ? Il est malhonnête de vouloir nier les liens entre patrimoine historique et culturel et développement économique. Ils se nourrissent constamment l'un et l'autre !

La Bretagne avec 34 000 km2 et 4,5 millions d'habitants serait parmi les grandes régions européennes, plus grande que la Belgique, plus peuplée que l'Irlande. La Bretagne c'est une région maritime pour la plus grand façade maritime du territoire français, une des premières régions d'Europe en terme de construction navale et aéronautique, de l'industrie liée à la transition énergétique, la première région au niveau des conversions vers l'agriculture biologique, au niveau du tourisme, etc ….

La Bretagne à 5 c'est la possibilité d'une vraie région d'Europe, soutenue et voulue par ses habitants. La Bretagne à 5, ce n'est pas « défendre notre territoire pour le rendre plus fort » comme le revendique Maxime Lelièvre et Jordan Esnault. La Bretagne à 5, c'est un territoire pour tous ses habitantes et habitants qui leur permette de vivre, travailler, décider et s'épanouir, c'est une autre vision du bien commun et de l'intérêt collectif.

* Voir la loi de Modernisation de l'Action Publique Territoriale et d'Affirmation des Métropoles, votée le 27 janvier 2014, première étape de la réforme territoriale en cours.

* OF Châteaubriant du 06/03/14

* sondage LH2/BVA du 10/07/14

* sondage LH2/BVA du 24/06/14

 




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.

Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.