Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Coup d’envoi à la généralisation du revenu de solidarité active


Article publié par Châteaubriant Actualités http://www.paysdechateaubriant.fr le Mardi 26 Août 2008

C’est près de Laval, en Mayenne, que Nicolas Sarkozy a détaillé, le 28 août, les modalités de mise en oeuvre du revenu de solidarité active (RSA). Ce nouveau dispositif d’aide sociale se substitue au RMI et à l’allocation parent isolé (API) et constitue "une des réformes les plus importantes de [son] quinquennat" a indiqué le chef de l’Etat.



Coup d’envoi à la généralisation du revenu de solidarité active
Déjà expérimenté dans 34 départements, le RSA sera généralisé sur l’ensemble du territoire le 1er juillet 2009. Il devrait bénéficier à 3,7 millions de ménages.

Un dispositif pour "réduire la pauvreté"

- Porté par Martin Hirsch depuis sa nomination au Gouvernement, le RSA devrait permettre à 700 000 Français de passer au-dessus du seuil de pauvreté.
- Les bénéficiaires actuels du RMI, mais aussi les "travailleurs pauvres" - les personnes gagnant moins que 1,04 Smic mensuel - seront éligibles au RSA.
- Le nouveau dispositif a pour ambition d’encourager le retour à l’emploi des plus démunis. Il garantit que tout retour au travail donne lieu à une augmentation de revenu et que toute augmentation des revenus du travail se traduit par une vraie amélioration des ressources des familles. Actuellement en effet, certains bénéficiaires du RMI peuvent perdre de l’argent en retrouvant un emploi, leur salaire ne compensant pas la perte de leur allocation.

Son fonctionnement
- Accessible aux personnes âgées de plus de vingt-cinq ans, le RSA est une aide sociale qui remplacera le RMI et l’allocation parent isolé (API). Il implique l’obligation de chercher un emploi. Expérimenté dans 34 départements, le RSA a fait preuve de son efficacité.
- Concrètement, chaque bénéficiaire du RSA qui augmentera les revenus issus de son travail de 100 euros ne verra son allocation diminuer que de 38 euros. Par exemple, une personne qui percevait 450 euros d’allocation verra ses revenus passer à 760 euros si elle trouve un emploi payé 500 euros : "toute personne qui reprend un travail verra ses ressources augmenter. C’est un engagement [...], personne ne perdra un centime quand il passera de l’assistanat au travail. C’est une révolution complète dans la définition de nos politiques sociales", a affirmé Nicolas Sarkozy au cours de son discours.
- Le droit à l’accompagnement fera partie intégrante du nouveau dispositif : celui-ci sera assumé par le service public de l’emploi.
- En parallèle, des devoirs seront imposés au bénéficiaire du RSA : en cas de deux refus successifs d’offres d’emploi, le RSA sera suspendu.

Son financement
Les départements, qui financent déjà le RMI, mais pas l’allocation de parent isolé, supporteront le coût du RSA de "base".

L’Etat, quant à lui, versera la part devant inciter à la reprise d’emploi. Cette somme proviendra d’un prélèvement supplémentaire de 1,1 % sur les revenus du capital, à savoir les revenus du patrimoine et ceux du placement, qui passera de 11 % à 12,1 %. Le RSA sera versé aux bénéficiaires par les caisses d’allocations familiales et la Mutualité sociale agricole.

Calendrier
La réforme sera examinée dès le premier jour de la session extraordinaire du Parlement, c’est-à-dire le 22 septembre.
Si le texte est adopté, le RSA sera généralisé à l’ensemble du territoire au début du mois de juillet 2009.

Article lié : Le Rsa ne touchera pas les riches par Jean Louis Tourenne


L'exemple du RSA en Mayenne
3 atouts pour un nouvel élan : complément de revenu, bourse personnelle et soutien de professionnels.
Depuis le 1er mars dernier, le Conseil général de la Mayenne a fait le choix d’expérimenter, sur l’ensemble du département, le revenu de solidarité active (RSA), dispositif global qui vise à lutter contre la pauvreté en favorisant le retour à l’emploi et l’accès à une formation rémunérée.
Le RSA poursuit trois objectifs :
- Faire en sorte que personne ne soit perdant, financièrement, dans la reprise d’un emploi, Garantir qu’une reprise d’activité permette de franchir le seuil de pauvreté, Permettre aux personnes concernées de disposer de revenus prévisibles et de prestations plus lisibles. Financé par le Conseil général pour les allocataires du RMI et par l’Etat pour les bénéficiaires de l’API (Allocation de parent isolé), le revenu de solidarité active garantit un complément de revenu pour toute personne qui, depuis le 1er mars 2008, reprend une activité.
3 conditions pour bénéficier du RSA pendant 3 ans :
- être bénéficiaire du RMI (ou de l’API), habiter en Mayenne depuis au moins 6 mois, depuis le 1er mars : reprendre une activité salariée, augmenter son temps de travail, commencer une formation rémunérée ou créer son entreprise.
3 atouts pour un nouvel élan !
- un complément de salaire, quel que soit le nombre d’heures ou le type de contrat, calculé en fonction des ressources et de la composition de la famille ; une bourse personnelle, plafonnée à 1 000 €, destinée à payer les frais liés au retour à l’emploi (frais de transport, de garde d’enfants…) ; le soutien de professionnels disponibles.
Pour répondre à toutes les questions que peuvent se poser les bénéficiaires du RMI sur ce nouveau dispositif, le Conseil général propose différents outils d’information : Une plaquette détaillant les conditions et démarches à suivre pour obtenir le RSA ; Un numéro de téléphone spécial RSA : 02 43 59 46 60, du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 16 h. En dehors de ces plages horaires, il est possible de laisser un message sur le répondeur. Un conseiller RSA recontacte et renseigne les demandeurs. Un accès direct sur le site internet www.rsa.lamayenne.fr pour disposer d’informations complémentaires ; Une adresse e-mail pour envoyer ses questions par messagerie : rsa@cg53.fr




1.Posté par heuveline le 28/08/2008 01:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Prendre à tous ceux qui ont placé pour donner aux plus défavorisés ? Un leur de plus de M. Narkotic (entendez Sarkozy !). Et si même il s'en tenait à cette parole dite, ce dont je doute fort car il n'a jusqu'à présent jamais été puisé chez ses chers amis richissimes, il pénaliserait encore les basses couches par rapport aux hautes.Avouez que 1% sur quelques centaines d'euros placés par un travailleur sur un livret A lui est plus pénalisant que ce même 1% sur des placements de plusieurs millions vire milliards placés par des gens ou sociétés qui en perdent aisément ou en déboursent volontiers autant chaque jours en fariboles.
Ca n'a pas de sens sauf si Narkotic veut encore faire croire qu'il s'occupe des français,mais la contrepartie ne duppe personne sur ses intentions. Une tromperie de plus qui prouve qu'à bout de souffle, en déclin de popularité, il essaie encore de séduire, de "faire le beau" ! ca ne prend plus, ce 1% pour le RSA n'est qu'un impôt de plus et celà prouve que cet homme n'a plus de marges de manoeuvres et que toute nouvelle "avancée" devra se payer par un plus grand recul ; celà prouve aussi simplement que les caisses de l'Etat n'ont jamais été aussi vides malgré les soit-disants efforts qu'il fait, il vassalise notre pays aux USA avec les risquesque celà comporte !!! fait de la France une controverrse internationale et nous engage dans de longues et dures années de rigueur, le tout en un an. ET IL EN RESTE QUATRE !!!

Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.

Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.