Facebook
Twitter
Mobile
Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Crime et châtiment, par l'Atelier Théâtre de St Joseph Châteaubriant


Rédigé par alain moreau le Jeudi 8 Mai 2008 à 14:18 |

Les élèves de St Joseph, de Châteaubriant, sous la direction de leur professeur de français, Philippe Grégoire, montent l'oeuvre de Dostoïevski. Ils se produiront successivement, les troisième et quatrième week end de Mai, à Villepôt , à la salle polyvalente, ainsi qu'à Moisdon la Rivière, salle St Louis.


Crime et châtiment, par l'Atelier Théâtre de St Joseph Châteaubriant
Trente lycéens, trois collégiens, ainsi que trois étudiants ont été nécessaires pour camper les 36 Personnages de la pièce phare de Dostoïevsky. Philippe Grégoire, professeur à St Joseph a travaillé le texte avec ses élèves tout au long de cette année. Un vrai challenge. Deux jumeaux de terminale endosseront le rôle de Raskolnikov.

Janvier 1865. Un crime atroce est commis à St-Pétersbourg. Cette histoire deviendra célèbre dans le monde entier ! Raskolnikov, principal personnage du roman, un jeune étudiant de St-Pétersbourg, est un être riche en forces intellectuelles et morales. Généreux avec les miséreux et idéaliste, il n’hésite pas à sauver deux enfants des flammes d’un incendie. Par manque d’argent Raskolnikov a interrompu ses études...

Désirant secourir sa sœur qui est sur le point d’épouser un rustre pour aider sa famille, il décide d’assassiner une vieille usurière afin de lui voler son pécule. Mais emporté par sa vanité et sa soif de justice, Rodia assassine une vieille corrompue ainsi qu’un témoin gênant : son innocente fille...

Qui était le prototype de Raskolnikov, personnage - clé dans le roman ’Crime et châtiment’ de Dostoïevski ? Existait t-il vraiment ? En janvier 1865 un jeune étudiant de 27 ans Gerasim Tchistov, Raskolnik religieux (’vieux-croyant’), se sent investi d’une mission, il tue une vieille usurière, Madame Doubrovina et sa gouvernante. Gerasim Tchistov habitait rue Stoliarny pereulok. Juste à côté, rue Maly Mechanski entre 1864 et 1867 où habitait Dostoevski lui-même. Dostoïevski a suivi ce crime avec passion, jour par jour. Lui aussi est sans argent, il fréquente des usurières, sa riche tante lui refuse de l’aide... Malade et criblé de dettes, contraint de fuir ses créanciers, l'écrivain se fond dans la vie de Saint-Pétersbourg telle qu’il la connaît.

Dostoïevski connaît bien son sujet... En 1849, il fut arrêté et condamné à mort (il fut impliqué dans la conspiration politique de Pétrachevski). Sa peine fut commuée en celle de l’exil en Sibérie. Condamné aux travaux forcés pendant quatre ans, il fut gracié par le tsar Alexandre II qui venait de monter sur le trône et qui accordait l’amnistie à toute une catégorie de condamnés politiques.

Dans ’Crime et châtiment’, Dostoïevski explore la misère humaine avec une curiosité passionnée doublée de révolte. L’expérience du bagne l’a irrémédiablement marqué psychologiquement : Dostoïevski y transcrit également la profonde crise mystique qu’il a traversée. Cette ville flottante, brumeuse, est vue par un personnage de rêveur, image de l’auteur. Par-delà, la vision du monde de Dostoïevski est déjà présente : l’humanité est en train de courir à sa perte. C’est cette évolution que le génial romancier montre ici pour la première fois. Dostoïevski achève ’Crime et châtiment’ en 1866, elle devient son œuvre la plus célèbre ! Le châtiment du crime dans le roman est 8 ans de bagne en Sibérie. Gerasim Tchistov quant a lui, a été jugé en août 1866 et fut condamné a 20 ans de bagne...

’Crime et châtiment’ c’est le sommet de l’œuvre créatrice de Dostoïevski, le couronnement de la dialectique de ses idées !

Les méditations sur le problème du mal dans l’histoire : le lecteur voit au travers de cet ensemble de contributions combien l’œuvre de Dostoïevski est importante dès son vivant, mais aussi combien la richesse et l’intensité de ses idées orientent la lecture, dans les années qui suivent la parution de l’œuvre, vers des interprétations philosophiques et spirituelles.

La perception de ses œuvres en Russie montre aussi toute la fertilité et la profondeur de la philosophie russe et de la théologie orthodoxe, largement ignorées en Occident.

Pratique :
Vendredi 17, samedi 18 Mai, 20h30, salle polyvalente de Villepôt.
Vendredi 23, samedi 24 Mai, salle St Louis, Moisdon la rivière.
Entrée : 4 €, gratuit pour les moins de 12 ans.
Réservations au 02.40.28.92.89 après 20 h.
Les bénéfices seront intégralement reversés aux associations Soudan-Massou et Arc-en-Ciel, qui agissent en Guinée et à Madagascar.

On retrouvera, à la rentrée, l'Atelier théâtre de St Joseph. Pour fêter ses dix ans d'activité, Mort du Nil d'Agatha Christie sera joué sur les planches du Théâtre de Verre, en Octobre 2008. Belle consécration !



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.