Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Dans les Pays de la Loire, sept ouvriers sur dix travaillent hors de leur commune de résidence


Article publié par Laurence Hautbois le Lundi 19 Décembre 2011

Dans les Pays de la Loire, six actifs en emploi sur dix changent de commune pour aller travailler. Ces déplacements trouvent leur origine dans la dispersion de l'habitat sur le territoire, accompagnée d'une concentration des emplois dans les grands pôles. Cette déconnexion entre l'emploi et le lieu d'habitat se traduit par une forte mobilité des ouvriers.



Les déplacements liés au travail occupent une place majeure des motifs de déplacements dans la région, dont ils représentent 23 %, soit trois points de plus qu'au niveau national. Sur près de 1,5 million de personnes occupant un emploi en 2008 dans la région, six sur dix changent de commune pour rejoindre leur lieu de travail. Ces déplacements progressent de 7 % en 10 ans en Pays de la Loire, soit près de 200 000 personnes supplémentaires qui quittent leur commune pour aller travailler.

Les ouvriers sont les plus mobiles

Les déplacements, outre les pollutions qu'ils génèrent et leur impact sur la qualité de vie, représentent un coût économique pour les ménages, surtout les plus modestes. En effet, les ouvriers constituent la catégorie socioprofessionnelle la plus mobile des Pays de la Loire : sept ouvriers ligériens sur dix changent de commune pour aller travailler. De plus, la moitié des ouvriers ligériens en emploi réalise un trajet supérieur à 9 kilomètres, le quart un trajet supérieur à 17 kilomètres. Les cadres, quant à eux, travaillent plus souvent au sein de leur commune (37 %) mais, quand ils la quittent, ils peuvent se déplacer plus loin. Si, comme les ouvriers, la moitié des cadres travaille dans une commune située à plus de 9 kilomètres de sa commune de résidence, le quart parcourt plus de 21 kilomètres pour rejoindre son lieu de travail. À l'inverse, le quart des agriculteurs et des chefs d'entreprise, artisans et commerçants effectuent des trajets de moins de deux kilomètres.
Dans les Pays de la Loire, sept ouvriers sur dix travaillent hors de leur commune de résidence

Une déconnexion emploi-habitat source de déplacements et d'inégalités d'accès à l'emploi

La déconnexion entre la localisation de l'emploi et celle de l'habitat génère de plus en plus de déplacements. En effet, les emplois, tout comme les personnes qui les occupent, ne sont pas répartis uniformément sur le territoire. Alors que la population se loge toujours plus loin des villes-centres, l'emploi reste largement concentré dans les pôles urbains, qui regroupent près de six emplois salariés régionaux sur dix en 2008, quand n'y résident que 42 % des personnes en emploi. Les pôles urbains regroupant 135 emplois pour 100 actifs, les actifs qui y résident ont potentiellement plus de chance de trouver un emploi proche de chez eux et seraient moins contraints de se déplacer pour travailler que les actifs périurbains. Le lieu de résidence, lié à la catégorie socioprofessionnelle, peut ainsi engendrer des inégalités d'accessibilité au marché de l'emploi. Le coût du logement dans l'espace urbain pousse les catégories socioprofessionnelles les moins favorisées à se loger plus loin des villes-centres. C'est le cas en particulier des ouvriers ligériens : alors que près de quatre ouvriers sur dix résident dans l'espace périurbain et que trois sur dix résident dans les communes plus éloignées, les pôles urbains concentrent moins de la moitié des emplois ouvriers. Les ouvriers sont en proportion trois fois plus nombreux à résider dans des communes isolées ou attirées par des moyennes ou petites aires que les cadres. La possibilité qu'ils accèdent à un emploi près de leur lieu de résidence est ainsi plus faible. De fait, les ouvriers se déplacent en plus grand nombre vers les grands pôles ou les moyennes et petites aires où respectivement 145 et 130 emplois d'ouvriers sont proposés pour 100 ouvriers résidents.
À l'inverse, les cadres résident pour une large part dans les grands pôles urbains (six cadres sur dix). Leur niveau de revenu leur permet en effet le plus souvent de choisir leur lieu d'habitation et de résider dans les zones où le marché de l'emploi leur est favorable, les grands pôles urbains offrant 121 postes de cadres pour 100 cadres résidents.

En 2008, les habitants des Pays de la Loire effectuaient en moyenne 11 millions de déplacements par jour, du lundi au vendredi, dans un rayon de moins de 80 kilomètres autour de leur domicile (Source : Insee, SOeS, Inrets - enquête nationale transports et déplacements 2007-2008.).





Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.