Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

En Pays de la Loire, La Ville déborde sur la Campagne


Article publié par Châteaubriant Actualités le Jeudi 18 Novembre 2010



1 million d’habitants en plus depuis 1962

Depuis 1999, la population des Pays de la Loire augmente chaque année de près de 33 000 habitants. Avec 1 % de croissance par an contre 0,7 % au niveau national, la région se positionne ainsi au 4e rang derrière la Corse, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Deux phénomènes se combinent : l’apport du solde naturel, c’est à dire l'excédent des naissances sur les décès et celui du solde migratoire (les arrivées dans la région sont plus nombreuses que les départs).

La ville déborde : les campagnes se nourrissent de l’étalement urbain

La croissance démographique, la décohabitation, l’attrait des habitants de la région pour la maison  individuelle et l’augmentation très forte des prix de l’immobilier dans les centres villes sont autant de  facteurs qui repoussent les jeunes ménages de la classe moyenne, notamment vers les campagnes.
Ainsi les espaces périurbains ont connu une croissance de 1,9% par an depuis 2000. Nombreux sont
par ailleurs les espaces ruraux qui connaissent eux aussi une nouvelle vitalité démographique.

La voiture, véhicule de l’évasion urbaine

Avec l’amélioration des infrastructures de transports, routières notamment, et l’achat par les ménages d’une ou de plusieurs voitures, la frontière entre l’urbain et le rural ne cesse de reculer (passant par exemple pour Nantes, d’environ 14 km en 1962 à 19 km en 2005, et pour Le Mans de 6 km à 12 km
sur la même période).

Les emplois restent en ville

Alors que la population investit les campagnes et les bourgs, les nouveaux emplois se concentrent
toujours essentiellement sur les pôles urbains. Cette déconnection emploi-habitat est en particulier liée à la tertiarisation de l’économie et au déclin de l’emploi agricole. En 2006, les pôles urbains regroupent ainsi 60% de l’emploi salarié de la région quand n’y réside plus que 44% de la population
active.

180 000 navetteurs de plus

La déconnexion lieu de travail/lieu de résidence entraîne un allongement des distances parcourues chaque matin et un accroissement du nombre de personnes qui quittent quotidiennement leur commune pour aller travailler (60% en 2006 contre 54% en 1999).

La région se place au 4e rang national pour le taux d’augmentation du nombre de navetteurs sur cette même période (+ 25%). Entre 1999 et 2006, les trajets domicile-travail ont augmenté d’1 km en moyenne pour l’ensemble des actifs, une distance supplémentaire non négligeable quand elle est rapportée à la longueur des trajets moyens (17 km pour les navetteurs).

Sacrée deuxième voiture !

En 2006, 86% des ménages de la région disposent d’au moins une voiture particulière, contre 84% en 1999 et 80% en 1990, plaçant la région au 2e rang national après Poitou-Charentes. La région occupe le 1er rang national pour ce qui est de la multi-motorisation (au moins deux voitures) avec près de 4 ménages sur 10 possédant au moins 2 voitures. 56% des ménages périurbains sont multi-motorisés contre 24% des habitants des villes-centres.

L’équipement en voiture atteint son plafond dans les communes périurbaines où les modes alternatifs
sont très peu utilisés, ayant un impact non négligeable non seulement sur le budget des ménages
mais aussi sur l’environnement.

Des maisons qui poussent comme des champignons … dans les champs

La consommation foncière étant 8 fois plus élevée pour un logement individuel qu’elle ne l’est pour un logement collectif , la maîtrise de la consommation d’espace est désormais un enjeu majeur pour les politiques d’aménagement du territoire alors même que les grands pôles régionaux voient leur aire d’influence s’étendre et le « rural isolé » se raréfier (celle de Nantes s’étend désormais sur 340 km2 supplémentaires avec 43 000 habitants en plus de 1999 à 2006).

A cause deMalgré la pression foncière, la maison individuelle représente encore 70% de l’ensemble des constructions contre 54% au niveau national. Toutefois, depuis 2002, la taille moyenne des terrains a diminué de 20%.

Dis-moi où tu vis, je te dirai qui tu es

Le coût du foncier varie selon que l’on soit en ville oùou à la campagne. La catégorie socioprofessionnelle, le niveau de revenus mais aussi le niveau de diplôme des habitants influent fortement sur la répartition sociospatiale de la population : les cadres en ville ou dans le périurbain, les ouvriers à la campagne.

Alors que les villes-centres attirent toujours les étudiants et les jeunes actifs, du fait de leur offre de formation, de la richesse des emplois proposés et de leur parc locatif abondant, les jeunes ménages de la « classe moyenne » sont largement attiréesattirés par les communes de la deuxième couronne, entraînant par là-même une spécialisation sociale des territoires. Les villes-centres perdent leur cœur de population (les trentenaires des classes moyennes et intermédiaires).

L’artificialisation des sols gagne du terrain

Avec 6% de son sol artificialisé, les Pays de la Loire sont la 9e région la plus artificialisée de France. Entre 1990 et 2006, l’artificialisation s’est accélérée. Pour 100 hectares de terrains artificialisés en France, 12 le sont en Pays de la Loire, faisant ainsi de la région la plus grande consommatrice de surfaces. La Vendée est même le département français ayant subi la plus forte progression du phénomène sur la période récente. Les zones agricoles sont transformées en lotissement, routes ou zones commerciales et certains villages se densifient même jusqu’à se transformer en nouvelles cités-dortoirs.

L’ensemble de cette étude a été co-pilotée par l’Insee et la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). Ont également été associés la Draaf
(Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) et l’Addrn l’ADDRN
(Agence pour le développement durable de la région nazériennenazairienne).



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.