Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

La Bête de Béré, Exposition au Marché Couvert


Article publié par Châteaubriant Actualités le Mardi 26 Octobre 2010

Jusqu'au 2 novembre, une exposition au Marché couvert est consacrée à la Bête de Béré. Elle est réalisée par la société historique «Histoire et Patrimoine du Pays de Châteaubriant» (HIPPAC).



La Bête de Béré, Exposition au Marché Couvert
Cette exposition est reliée à l’ouvrage intitulé : «Légendes du Pays de Châteaubriant ». Elle  en est une illustration recentrée sur la légende de la Bête de Béré. Elle inclut aussi le loup  garou, pas très loin de la Bête dans l’imaginaire d’autrefois. Le public pourra découvrir toutes les facettes de cette légende qui a bercé l’imagination de très nombreuses personnes il n’y a pas si longtemps.
La Bête de Béré peut prendre la forme de beaucoup d’animaux qui seront mis en situation, dans la campagne. Mais l’origine de la légende met aussi en scène une belle jeune fille et le couvent Saint-Sauveur de Béré.
Par comparaison, de la légende à histoire, une place est faite dans l’exposition à la fameuse Bête du Gévaudan.
Cette exposition s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

Ouverture au public : du mercredi matin 27 octobre au mardi soir 2 novembre, tous les jours,
de 10 à 12h, et de 15 à 18h. Entrée gratuite.

Sur le site de
l'Hippac, légendes du Pays de Châteaubriant, C.Bouvet, G.Le Bris, A.Neau

La Belle ou la Bête de Béré

Il y bien longtemps de cela, il y avait à Saint-Jean-de-Béré, une jeune fille, belle et pieuse comme un ange du ciel. Un jour de foire, ou de pardon, comme elle se promenait avec sa mère, tout à coup un orage affreux éclata, et le tonnerre tomba sur un chêne à quelques pas des deux femmes.
La Belle de Béré – on la nommait ainsi – poussée par la terreur, s’élança vers le couvent des moines, entra sous le porche et disparut aux yeux de sa mère éperdue. La pauvre femme courut aussi sous le porche ; mais elle n’y vit plus personne. Rien, hélas! Rien que la sombre porte du couvent fermée comme de coutume. Elle passa la nuit à faire plus de cent fois le tour du monastère, demandant sa fille à grands cris ; mais nul ne vint lui rendre sa fille. Et quand le jour fut venu, on trouva, étendue sur la terre, la malheureuse mère que la douleur et l’effroi avaient privée de la raison.
Que devinrent-elles toutes les deux ? La tradition est muette ou mensongère à leur égard.
Toutefois, depuis ces temps éloignés, aux veilles des événements terribles et des calamités publiques, on a vu souvent, disent les bonnes gens trop crédules, errer le soir, à la place du grand monastère, tantôt l’ombre d’une jeune fille désolée, tantôt l’image fantastique d’une bête sans nom.

Texte d’E. Dulaurens de la Barre, 1854.
Premier des six textes relatifs à la Bête de Béré,
proposés dans l’ouvrage « Légendes du Pays de Châteaubriant ».



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.