Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Le CG 44 freine la création d'entreprise des plus démunis


Article publié par Alain Moreau le Mardi 27 Novembre 2007

Créer son entreprise lorsque l'on est demandeur d'emploi de longue durée est tentant tant on sait que l'on ne retrouvera pas de travail autrement. Entreprendre aujourd'hui n'est pas né d'une volonté, mais d'une nécessité. Des femmes et des hommes décidés à se battre.
Loin de les aider, le Conseil Genéral 44 et le Conseil Régional des Pays de la Loire leur en remettent un coup sur la tête.



Le CG 44 freine la création d'entreprise des plus démunis
Pour prodiguer leurs aides, Les collectivités ont l'obligation depuis 2005 de désigner un opérateur. En loire-Atlantique, c'est l'Adie, opérateur qui détient le monopole et sur lequel elles n'exercent aucun contrôle. Loin d'être simple, ce système endette un peu plus le créateur d'entreprise en l'entraînant dans un emprunt aux taux de l'usure. Le bilan est désastreux. Le résultat est exactement le contraire du but escompté. Une fois encore, les plus démunis sont laissés sur le carreau.

Alors, que depuis plus de 20 ans, on a tout essayé en France, tout, sauf ce qui peut vraiment
réussir : Les aides à la création d'entreprise : on a multiplié les aides sous forme de subventions ou de prêts de 1500 € à 3000 € à des chômeurs qui veulent essayer de créer une entreprise de proximité, un commerce ou un artisanat. Si l'intention est louable, une étude approfondie du fonctionnement de l'ADIE subventionnée par Bruxelles, la Caisse des dépôts, le Conseil Général 44 et le Consei régional des Pays de la Loire, fait rapidement comprendre que ce sont essentiellement ceux qui distribuent l'argent qui sont subventionnés, les chômeurs n'étant à la limite qu'un prétexte. En effet, les comptes de cette association montrent que pour un en-cours d'environ 15 millions d'euros de prêts au niveau national, les frais de fonctionnement et notamment les salaires aux permanents de l'ADIE sont aussi de 15 millions. Qui dit mieux ? On n'a pas lieu de douter que les programmes gérés par l'Etat pour aider les chômeurs à créer des entreprises ne fonctionnent pas mieux, mais on n'en connaît pas les coûts car ils sont noyés dans les coûts de la bureaucratie.

Le CG 44 freine la création d'entreprise des plus démunis
Emploi, Mode d'emploi:
Le candidat a la création d'entreprise, demandeur d'emploi de longue durée a le droit à la somme de 1500 € à la condition de passer par l'Adie. L'Adie va obliger le demandeur à emprunter une somme égale à cette aide au taux de 8% avec l'obligation d'une caution solidaire. Cet emprunt passe obligatoirement par l'Adie même si le candidat trouve mieux ailleurs. Sur la totalité de cette somme emprunt +aide, l'Adie se sucre de 5%, le prix d'une adhésion. Cela s'appelle de l'emprunt forcé. Au bout, ce qui semblait être une aide devient une dette financière, doublée d'une dette morale vis à vis de la personne qui cautionnera. On sait que le pauvre a généralement peu d'amis et on comprend aisément qu'il lui sera difficile de solliciter dans son entourage. La meilleure manière de fusiller le peu de relations qui subsistait encore.
Du coté de l'Adie, on se défend de cela et on justifie les frais prohibitifs par un suivi des candidats. Quel créateur d'entreprise soucieux d'une saine gestion laisserait agir un conseil qui dépense un €uro de frais de gestion pour un €uro prété ?
La vraie question se pose.
Pourquoi obliger le candidat au recours à l'emprunt ?
Alors que le montant de l'aide semble dérisoire, il représente souvent beaucoup pour des activités de services où le demandeur d'emploi retrouvera sa dignité. Les institutions font peu cas des femmes et des hommes qui tentent de s'en sortir et qui n'acceptent pas la fatalité du chômage. Qui redressent la tête.
Elles les laissent dans le plus profond mépris. Pour distribuer cette aide, pourquoi ne fait-on pas appel simplement à la Boutique de Gestion qui donnerait son avis sur la viabilité économique de l'entreprise, d'autant plus que les Boutiques de gestion assurent un vrai suivi gratuit des demandeurs d'emploi candidats à la création d'entreprise ? Interrogé à plusieurs reprises sur ces pratiques, Patrick Mareschal est aujourd'hui incapable de répondre à cette anomalie et beaucoup de conseillers qui ont voté sur le département ce dispositif ne sont pas informés de la chose. Philippe Grosvallet, président des affaires économiques du Département n'était pas au fait ! Au CG 44, on reconnaît juste à demi-mots "que les affaires économiques, ce n'est pas leur fort..."
et que l'on préfère dépenser de l'argent dans des actions plus visibles en terme de communication ( Gitanes Machecoul, Oséo, Codela...)
Même silence du coté du Conseil Régional des Pays de la Loire, où Joêl Batteux ou Serge Bardy au courant du problème feignent de ne pas le voir.
On arrose des organismes comme Ouest entreprendre, ou Pays de Chateaubriant Initiative pour le nord du département, méthode qui permet de diluer les responsabilités. Les sommes dépensées dans ce dispositif sont conséquentes et ne servent pas l'emploi.

La drôle de destination des fonds Leader +
A Châteaubriant, PCI (Pays de Châteaubriant Initiatives) a sollicité une aide de 148000 €, rien que cela ! le but est louable. Prêter à des créatrices d'entreprises. Il est important de soutenir l'emploi des femmes touchées plus fortement que les hommes par le chômage.
Si l'on regarde de plus près l'aide accordée par le dispositif Leader+ du Pays de Châteaubriant, on peut s'interroger.
8000 € pour un stand à la Foire de Béré ?
5000 € pour l'organisation d'un bal en décembre 2007 à la Halle de Béré ?
955 € de communication ?
Lorsque l'on sait que les femmes mettent un point d'honneur à rembourser l'emprunt, on sait que les sommes reviendront à PCI. Ce qui peut être l'occasion de rendre pérenne cette action et d'ouvrir à de nouvelles créatrices d'entreprises. Non, Ce n'est pas à l'ordre du jour. Quid de ces sommes rendues ?

Alain Moreau




1.Posté par La grenouille le 29/12/2007 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellent article!



Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.