Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Le Conseil Général de Loire-Atlantique prête aux Riches


Article publié par alain moreau le Vendredi 4 Juillet 2008

Le Conseil Général de Loire-Atlantique rend plus difficile la création d'entreprise par les demandeurs d'emploi de longue durée.



Le Conseil Général de Loire-Atlantique prête aux Riches
On attendait le taux effectif, il vient de tomber. L'Adie, association du droit à l'initiative économique vient de publier discrètement ses taux révisés à compter du premier juillet 2008,
Pour un montant emprunté de 1578, 95 € sur douze mois, l'Adie 44 fait une proposition à un taux d'intérêt de 9, 71%, auquel, il faut ajouter une contribution de solidarité de 5%,pour un TEG, hors assurances de 19,51% !!! taux proche de l'usure.
L'emprunt est soumis à une caution solidaire.
Il est obligatoire de passer par cet organisme pour tout demandeur d'emploi de longue durée créateur d'entreprise, s'il veut percevoir l'aide attribuée par le Conseil Général de Loire-Atlantique.
Cette aide à été diminuée, pardon modulée par décision en date du 7 avril 2008, décision du CG44.

En donnant délégation à l'Adie pour la redistribution des aides, le CG44 accepte les taux prohibitifs de 19,51% des prêts consentis aux plus démunis.
C'est après avoir reçu les membres de L'Adie que Patrick Mareschal a pris cette décision. Patrick Mareschal, tout comme Philippe Grosvallet ont toujours refusé de recevoir de bénéficiaires de l'ASS, créateur d'entreprise.
Dans la décision du 7 Avril, le Conseil Général de Loire-Atlantique démontre sa grande méconnaissance de la création d'entreprise. Contrairement à ce qui est présenté, ce sont bien les plus fragiles qui sont touchés de plein fouet. Cette décision éloigne un peu plus de l'emploi des centaines de personnes prêtes à créer leur emploi, mais empêchées par le CG44

Le Conseil Général dit mettre en place "un dispositif départemental plus clair et plus efficace"

"...Depuis 2004, le Conseil général de Loire-Atlantique mène une politique forte de soutien à la création d’entreprise en mettant notamment l’accent sur deux objectifs : aider les publics les plus fragiles et les projets engagés dans une démarche « entreprendre autrement ». La prime à l’insertion par la création d’entreprise est l’un des dispositifs d’aide. Après évaluation du dispositif et dans un souci de clarification et d’efficacité, le Conseil général a décidé de modifier les règles d’attribution et les montants de ces aides.

Aider les créateurs d’entreprises les plus en difficultés bénéficiaires de minima sociaux

Le Conseil général aidait déjà les créateurs d’entreprises soutenus par l’ADIE et le Conseil régional des Pays de la Loire (c'est-à-dire les bénéficiaires de prêts de l’ADIE : bénéficiaires des minima sociaux, jeunes de 16 à 26 ans ; demandeurs d’emplois de 50 ans et plus ; créateurs d’entreprise située en zone urbaine sensible). Aujourd’hui, le Département recentre cette aide en faveur des publics qui en ont le plus besoin et qui relèvent de ses compétences : tous les créateurs bénéficiaires de minima sociaux (RMI, Allocation Parent Isolé, Allocation de Solidarité Spécifique, Allocation de veuvage, Allocation d’insertion pour les ex-détenus) aidés ou non par la Région, accompagnés financièrement et techniquement par un opérateur spécialisé (ADIE, FONDES, associations de prêts d’honneur…)


Le Conseil Général de Loire-Atlantique prête aux Riches
Une prime corrélée au prêt et complémentaire aux aides régionales
La prime départementale reste donc couplée à un prêt, c'est-à-dire à un engagement du bénéficiaire, et à un accompagnement spécifique par l’ADIE, l..."
Comment l'Adie pourrait accompagner dans la gestion un demandeur d'emploi, créateur d'entreprise ? Cette association est largement décriée par toutes les enquêtes sérieuses pour sa gestion : un euro de gestion pour un euro de prêté !!!


En clair, au delà du discours promotionnel du Conseil général, il y a les chiffres :
Le montant 2008 des enveloppes départementales versées à l’ADIE et au FONDES (pour la période d’avril à décembre)

Le Conseil Général de Loire-Atlantique donne à l'ADIE : 13 500 € pour les dossiers des bénéficiaires de minima sociaux, autres que le RMI, à savoir Ass, Api, AAh,...jusqu'en décembre 2008.

Le Site du Conseil Général de Loire-Atlantique CG44







1.Posté par RENAUT le 17/10/2008 12:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis RMISTE en 2007 j'ai décidé de créer mon entreprise à Nantes. Mon dossier a été éligibe ADIE et il m'a été octroyé 5500€ de prêt que l'ADIE ne m'a jamais versé depuis mars 2007. Incomptétence, mauvaise foi sont les mamelles de l'ADIE qui en bon parasite se goinfre des deniers publics. Par de réponses aux recommandés, du plus haut niveau de l'ADIE au simple exécutant ce n'est qu'incapacité... Le tout est couvert par le Conseil général et autres pourvoyeurs de fonds banquiers... Dans mon cas le Conseil Général avisé du problème s'en est totalement lavé les mains et je pourrais dire avec un peu d'humour aurait pu faire des ablutions complètes.
Mais car il y a un mais, malgré la précarité dans laquelle je suis je me suis battu. J'ai assigné l'ADIE en référé à Paris et une ordonnance en ma faveur a été rendue par le Tribunnal d'instance de Paris IXième. L'ADIE est condamnée a me verser mon prêt par provision 5500€ sous astreinte journalière de 150€. Mais il y a mieux pour tous ceux qui ont été victimes l'ADIE des procédés de l'ADIE. Le Tribunal de retenir : "En application de l'article 1134 du code civil, les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites. Elles doivent être exécutées de bonne foi. Il en ressort des pièces versées aux débats que : Aucun des deux contrats, prêt EDEN et prêt SOLIDAIRE, ne mentionne les conditions évoquées ultérieurement par l'ADIE pour justifier son refus de débloquer les fonds. Pour faire bref la notion de caution est illégale...
Aujourd'hui je continue la procédure sur le fond, car l'ADIE s'est livrée à un sabotage de mon projet et de ma vie, familiale et santé. Depuis un an je vis la misère 394€ par mois et suis dans une situation pire qu'avant de connaître l'ADIE, puisque j'ai créé une société qui n'a pu fonctionner faute du versement du prêt. J'ai emprunté à des amis pour mettre toutes les chances de mon côté et m'en sortir se dont l'ADIE s'est moquée avec un cynisme incroyable. Aujourd'hui bien que ruiné "grâce" à l'ADIE soutenue par le Consil Général 44, je vais continuer à me battre contre l'ADIE, géant au pieds d'argile. Aussi je vais solliciter du Conseil Général et Régional les aides auxquelles j'aurai pu prétendre si l'ADIE avait été un partenaire LOYAL.
Ceux qui se trouvent dans une situation conflictuelle avec l'ADIE peuvent me contacter via le site que j'ai créé sur le tourisme au Sénégal.

2.Posté par RENAUT le 18/10/2008 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est encore moi, l'ADIE une fois de plus avec la mégalomanie de ses dirigeants se montre une organisation très structurée pour aller pomper de l'argent et le "redistribuer" aux conditions que vous savez aux démnunis. Cette fois ci l'ADIE voit grand, toujours plus alors elle a lancé un COD'ADIE avec le Crédit Coopératif, vous prenez des actions, et l'ADIE après vous avoir mis la larme à l'oeil empoche avec votre accord tout ou partie des intérêts. En fait l'ADIE est devenue un établissement financié et aujourd'hui se place sur le terrain spéculatif.... Avec le lien ci-dessous vous découvrirez le CODADIE sur le principe de CODEVIE...Une rente pour l'ADIE... Dans la crise actuelle on ne peut que solliciter le retour de la gestion des prêts créateurs d'entreprises par l'ANPE ou les ASSEDIC. Manifestement l'aide en grande partie collectée n'arrive pas aux destinataires et il serait bon que l'ADIE soit auditée. Sans vous l'imaginez bien faire l'amalgame, je retrouve certaines similutudes avec un dossier qui en son temps défraya la chronique : "l'ARC"... J'ai 54ans ne suis pas un excité de la première heure , mais l'expérience m'a permis de cesser d'être naïf. Alors si un député courageux prenait le flambeau, à quand le dossier ADIE audité? Un peu de courage messieurs!

http://www.credit-cooperatif.coop/fileadmin/doc/communiques_de_presse/CODAdie_dossier_de_presse.pdf

3.Posté par Aymeric le 26/10/2008 03:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin un témoignage de quelqu'un qui s'est fait saboté son entreprise par l'ADIE ! Désolé pour vous Renaut, mais je dois avouer que ça soulage de ne pas être seul...
EN ce qui me concerne je suis dans le 60 (Oise), mais ici aussi ce sont de vrais salauds ! J'ai créé ma micro-entreprise il y a un an (après 7 ans de chômage, dont presque 4 ans consacrés à la préparation de mon projet !), et j'ai bien entendu fait appel à eux, vû que c'est le seul et unique moyen pour un RMIste d'obtenir un prêt à la création d'entreprise (les banques ne se s'embêtent même pas à vous rappeler pour dire que le prêt est refusé...).
Donc, mon projet consistait en la création d'un commerce de minéraux et pierres gemmes sur internet. Pour bien commencer, j'avais besoin de 8000 euros, et c'est le montant que j'avais demandé. Résultat, il m'ont octroyé 2500 euros, divisés entre l'ADIE (1500€) et EDEN (1000 €). En moins d'une semaine d'existence de mon entreprise, tout était parti et je me retrouvais déjà avec des factures que je ne pouvais pas payer (pas moyen de me sortir un salaire depuis, bien évidement, et la majeure partie de mon RMI part dans le business, pour payer telle taxe ou telle commission (même ma prime pour l'emploi a fini dans l'escarcelle des douanes !)
Outre les arguments totalement irréalistes qui ont été sortis pour justifer une telle réduction, la personne qui s'occupait de mon dossier m'a également dit que le jour où mon dossier est passé devant le jury, les personnes le composant étaient de mauvaise humeur et que du coup TOUS les dossiers présentés avec le mien ont également été sabotés ! Depuis, un autre membre de l'ADIE m'a confirmé que, en effet, le sabotage de projet est une habitude les jours de mauvaise humeur ! C'est inadmissible !
Et ils osent s'appeller Association pour le Droit à l'Initiative Economique ! non mais quelle blague !
Ils sont tout simplement ausi pourris que les banques, voir encore plus car ils se présentent comme un organisme visant à aider les plus démunis, alors qu'ils les enfoncent encore plus dans la mouise !
Il faut faire cesser les agissements de l'ADIE ! Informer les gens de leur vraie nature, dénoncer le gouvernement qui est littéralement complice de leurs méfaits. Travailler plus pour gagner plus ?? non mais laissez moi rire !
C'est décidé, cette semaine, j'envoie un courrier à mon député en plus d'aller rendre visite au journal de mon département !
A BAS L'ADIE !!!

4.Posté par RENAUT le 12/11/2008 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
UNE AUTRE INEPTIE...
A RMISTE chaque jour suffit sa peine... Quand vous pensez vous en sortir plaf! Voilà que vous êtes confrontés à de nouvelles incohérences, voyez plutôt...
Je suis âgée de 54 ans et divorcé, se référer au film "une époque formidable", mon ex-conjointe est décédée au mois d'octobre dernier, c'est en me confiant à "Mon" assistante sociale que j'appris de sa bouche mon droit à pension de réversion.... J'entrepris donc l'élaboration du dossier auprès de la CRAM, très bon accueil et environnement humain! A la fin des démarches la technicienne m'informa que la pension de réversion serait d'environ 371€ par mois. L'aide macabre allait être la bienvenue pour ma re-insertion... Mais parcequ'il y a un Mais, l'employée de la CRAM me conseilla d'aller voir la CAF car il était fort probable que je sois rayé du "bénéfice" du RMI, soit 394,16€ par moi. Il était donc EVIDENT qu'il faille privilègier le RMI plutôt que la pension de réversion... Mais la meilleure est que si j'étais retraité avec 1400€ par mois je pourrais cumuler cette somme plus la pension de réversion! Imaginez, j'ai pensé un instant avoir la faculté de mieux vivre, ou plutôt moins mal vivre. Le RMI c'est un laminoir l'anti-chambre de l'oubli et du déchet social organisé. Qui peut aujourd'hui prétendre créer et faire prospérer une entreprise avec 2500€, 5000€ voir 10000€? Pourquoi l'Etat s'est-il déchargé de ses obligations financières vis à vis des créateurs d'entreprises, en gavant outrageusement des tiques tels que l'ADIE?
Y aura-t-il un député pour demander l'audit des comptes de l'ADIE?
C'est à l'Etat de prendreen charge techniquement et financièrement notre re-insertion, c'est l'Etat qui dispose des moyens et de l'autorité sur les diverses administrations. La situation périlleuse dans laquelle je me trouve est due, comme on le dit pudiquement en terme juridique, à un partenaire déloyal...
J'espère que votre député aura à coeur se saisir ce dossier à bras le corps ici en Loire Atlantique ils ne se bousculent pas pour prendre la patate chaude...



Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.