Facebook
Twitter
Mobile
Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Le N°29 de la Revue Pihern est sortie


Rédigé par Châteaubriant Actualités http://www.paysdechateaubriant.fr le Jeudi 30 Juillet 2009 à 05:44 |

Bevet an amvevadouriezh24
 
Ur wech anavezet disoc’h an dilennadegoù evit an Dael25 europat ez eus bet gwelet war hor skrammoù skinwel dremmoù glac’haret ha dremmoù o c’hoarzhin. E-touez ar re a c’hoarzhe e oa dreist-holl ar re eus strollad ar re C’hlas o doa graet ul lammgresk anat, un tammig e pep lec’h. Evel-just e voent pedet diouzhtu gant tud ar chadennoù skinwel da zisplegañ perak ha penaos o doa graet berzh, hag e-pad meur a zevezh ne voe anv nemet eus amvevadouriezh gant addisplegourion ar skinwel, zoken gant tud ha ne oant ket eus ar strollad-se. “Paz eus greun da valañ ez eo ret hen malañ”, a hañvale bezañ ger-stur ar mare evit kelaouennerion ar skinwel, pe mar kavit gwelloc’h, “Paz eo tomm an houarn ez eo ret skeiñ warnañ.
 

N’em eus ket mouezhiet evit danvez-kannaded ar strollad-se, met se ne vir ket ouzhin da vezañ un den a vev o tougen bri d’an natur, pezh a zo un dra naturel evidon o vezañ maz on bet ganet war ar maez hag o vezañ bepred warnañ. Antronoz Sul an dilennadegoù, war-dro nav eur beure, e ris va soñj mont da gerc’hat bara da di ar baraer a zo e kreiz ar bourk, e kichen an iliz, hag evit se e tiskennis, war droad evel-just, gant ar straed a dremen dirak va zi. Ha petra a welis ? Leun e oa ar straed a girri-tan a bep seurt, hag heñvel e oa er straed all a zo a-serzh d’am straed. Tri c’hant pe pevar c’hant tankarr a oa. Biskoazh n’em boa gwelet kement a girri em straed, met gwir eo, ez an peurliesañ da gerc’hat va bara un tammig diwezhatoc’h, war-dro dek eur lakaomp. Petra a gemmfe an dra-se ? Disoñjet em eus lavarout deoc’h ez eus ur skol hag ur skolaj e-tal din em straed, hag ar c’hirri-se a oa kirri ar gerent o tegas o bugale d’ar skol, met memestra ! Hag ouzhpenn-se ne gontan ket ar c’hirri-boutin o tastum hag o tegas ar skolidi o chom pell er ploue.

En ur welout an holl girri-se e ris evel-just dave d’ar pezh em boa klevet en derc’hent er skinwel a-zivout an amvevadouriezh. Pa oan bihan ez aen-me d’ar skol war droad, pevar c’hilometrad a hent da ober evit mont ha kement-all da ober evit dont en-dro. Pa voen koshoc’h e ris an hent war varc’h-houarn avat, a drugarez d’am eontr Edwarzh - Doue d’e bardono – bet marvet en ur gwallzarvoud ; heritet em boa e varc’h-houarn. Va breur Herri, c’hwec’h vloaz yaouankoc’h egedon n’en devoe ket ezhomm da ober an hent-se war droad pa voe e dro da vont d’ar skol : e gas a raen ganin war doug-pakadoù va marc’h-houarn. Ne dalvez ket ar boan lavarout deoc’h n’em boa ket ezhomm da ober sport goude-se, an dra-se a oa sport a-walc’h evidon.

Disheñvel krenn eo an traoù hiziv ; ezhomm o deus ar vugale da ober sport, setu pezh a glever dizehan ; dre ma ne reont ket a-walc’h a embreg-korf, lod a zo re dev zoken. E-tal din em straed ez eus ivez ur sportva, hag e welan ar vugale-se o tont da ober sport d’ar Merc’her ha d’ar Sadorn, met ne zeuont ket di war droad, degaset e vezont gant karr o c’herent. “Ne c’heller ket o lezel da zont en o-unan” a lavar ar gerent, re zañjerus e vefe, gant an holl wallzarvoudoù a c’hoarvez bemdez war an hentoù, kement a girri a zo bremañ. Bez’ez eo ar c’hi a grog en e lost ! Kemer a reer e garr dre maz eus re a girri sañset dañjerus war an hentoù !!!

Ha n’eo ket aze e vez foeltret ar muiañ c’hoazh gant ar c’hirri. N’eus ket kalz labour war ar maez, serret eo bet an nebeud al labouradegoù a oa. An dud a ya da labourat er c’hêrioù bras, amañ da Naoned pe St Nazer oc’h ober 70 kilometr pe muioc’h gant o c’harr bemdez. Gwastet e vez gremm ivez pa fell deomp debriñ saladenn e kreiz ar goañv, pe sivi da zeiz Nedeleg, kenderc’hañ erc’h kevanaozel evit gellout skiañ, pe mont d’ober gralig en inizi Maldives pa vez skorn du-mañ, lakaat aozañ hor gwiskamantoù en Azia hag o degas amañ dre garr-nij, pa vez serret al labouradegoù o aoze a-raok amañ, prenañ boued ragaozet divlaz pe re zruz ha klemm da c’houde e vez klañv an dud gantañ.

  Yann MIKAEL

Graphie Vantyé du Préchë Mitaw

Dernière version 2009
 
« à » : est un « a » ouvert, ex. pàych (pêche) ; « â » : est un « a » fermé, ex. kârott (carrotte)  ;  « ô » : est un « o » fermé ; ex. anpôzë (empêcher).

« an » & « on » : comme en français ; ex. pansë (penser), pàyson (poisson).

« en » : se prononce comme tout ce qui en français s’écrit : in, ain, ein, un.

« enw » : comme si en français c’était écrit « ainhou » mais prononcé en une seule syllabe, ex : grenw (grand), Jenw (Jean), passyenws (patience), pyenwch (planche), penws (panse), enwnëy (année).
« aa », « oo », « ee » : comme an, on, ain en français, quand ces sons nasalisés sont suivis d’un « m » ou « n » se prononçant. Ex. : Jaan (Jeanne) boon (bonne) peen (peine) jeemëy (jamais). On peut aussi écrire chmeez (chemise) au lieu de chmenz, ou preez (prise) au lieu de prenz car  « ee » peut se prononcer comme le « ee » anglais, c’est à dire « i ».

« ë » : comme « eu » dans « fleur », « saveur », ou « e » dans « le », « de ».

« ê » : comme « et » dans « poulet » ; ex. poulê, chapê, koutê.

« é » : est un « e » fermé, ex : péch (pêche, le fruit), khér (cuire), ghér (guère)  

« ây », « ày », « ëy », « üy », « ouÿ », « ïy » : dans tous ces cas "y" est une consonne, jamais la voyelle « i » ; ex. : « dëpëy » (depuis), « kïy » (quille).

« w » : pour le « oi »  français nous écrivons « wa », ex. : wâzê (un oiseau),  « aou » est écrit « aw », ex . : myaw (miaou), wézyaw (des oiseaux).
 
« kh », « gh », « nh » : le « h » qui suit k, g, n, signifie que chacune de ces consonnes est palatalisée, c’est à dire qu’on les prononce en rapprochant la langue du palais. Le français ne palatalise que le « n » et l’écrit « gn », ex. : gagner. On conserve « gn » pour écrire le « n » palatalisé pour ne pas trop dérouter le lecteur, mais un système identique pour les trois consonnes concernées k, g, n serait mieux. Ex. : mâreegn (femme mariée), peegn (peigne), khett (jambe, patte), Ghémnë (Guéméné),  etc...
 
« g » & « s » : ces deux consonnes sont toujours dures, comme dans « gain » et « sain ». Pour le la prononciation douce il y a  « j » et « z ».
 
Les lettres l, t, r, s sont doublées quand elles suivent des « e », « o », « a » ouverts, ex. : yell (elle), Marsell (Marcel), myett (miette), kârott (carotte), sott (coquette), oss (os) pall (pelle), err (air), ferr (fer) ; ne sont pas doublées si ces voyelles sont suivies de 2 consonnes distinctes, ex. : « pert » (perte). Le « n » est doublé dans lapinn (lapine), épinn (épine), farinn (farine), etc… Les lettres Q et X  ne sont pas utilisées.

1 2 3 4 5 6 7




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.