Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Les Agriculteurs concernés par le projet d'Aéroport réagissent


Article publié par Acipa le Mardi 12 Juin 2012



Réponse à un article de Loire Atlantique Agricole du 6 avril dans lequel un MrX se plaignait d’une drôle d’ambiance sur Notre Dame des Landes, de la peur de semer des maïs et le journaliste titrait sur une « terreur nauséabonde ».
 
 Nous, agriculteurs de Notre Dame des Landes et des communes proches, trouvons qu’effectivement une drôle d’ambiance règne à Notre Dame des Landes. En effet, elle est faite de la crainte de voir le facteur, de recevoir des mémoires valant offre pour chacun de nos biens. Etre exploitant sur une ferme qui appartient à AGO-Vinci est effectivement une drôle d’ambiance.
Nous, qui pourrions peut être un jour devoir partir, apprécions par contre la vie à Notre Dame des landes : son herbe qui pousse, la récolte à venir, les semis en cours, le troupeau à gérer sont encore notre quotidien, et nous en sommes heureux..
Sommes nous des jusqu’auboutismes ? Peut être… Plusieurs parmi nous ont refusé de signer un accord avec l’expropriant, mais nous ne nous sentons pas seuls, 1000 élus sont solidaires de nous. Est-ce peu ? Ce combat pour sauver les terres agricoles raisonne sur toute la France, 220 tracteurs et 10000 personnes se sont mobilisés à Nantes, le 24 mars, et encore 210 tracteurs le 3 Mai. Est-ce toujours peu ? Ce combat, nous allons le gagner, nous en sommes convaincus.
Notre société vit des heures difficiles, de crise économique, mais aussi d’absence de sens et d’avenir. L’argent roi détruit l’emploi, y compris l’emploi agricole. Quelle visibilité, quel avenir pouvons nous offrir à nos jeunes ?
Autrefois, les luttes sociales nous tiraient vers un monde plus juste. Quelles luttes sociales ont gagné depuis 5 ans ?
Face à cela, des jeunes se sont installés dans la ZAD pour lutter contre ce projet. Ils essaient de créer une autre façon de vivre ensemble avec leur expérimentation de la vie collective et  avec un fort refus de la société de consommation. Le dialogue n’est pas simple entre deux mondes si différents. Il peut arriver, comme partout, des conflits de voisinage. Mais cette proximité est aussi l’occasion de s’enrichir mutuellement de nos différences, sachant que leur venue est liée à la lutte contre le projet et au gaspillage de ressources naturelles.
Pour nous, et nous ne sommes pas des anonymes, nous, nous signons cet article, la difficulté de vivre est liée à l’emprise d’A.G.O.-VINCI sur nos vies et non pas à une population désignée comme future coupable.
Il est possible que des anonymes qui se sont accaparés des terres avant même qu’elles leur soient attribuées par A.G.O .-VINCI aient quelques inquiétudes. Pour les agriculteurs qui ont beaucoup d’appétit, les perspectives d’agrandissement sur les ruines de l’agriculture de Notre Dame des Landes sont sans doute importantes. Nous sommes rassurées qu’elles génèrent quelques inquiétudes.
Enfin, comment un journaliste peut il parler de terreur nauséabonde ? C’est insultant pour la commune et nous tous. Nous tenons à rassurer le lecteur : en dehors des visites du juge, accompagné de CRS par camions entiers, la vie est sereine à Notre Dame et les semis de maîs se font en toute sérénité.
Mr Arnaud, auteur de l’article, continuez à faire des reportages  mais ne parlez plus de Mr X : parlez de gens qui assument leurs opinions et vous gagnerez en dignité !
 
Le bureau de l’ADECA
Sylvain Fresneau  06  11 60 90 50
Marcel Thebault 02 40 57 28 98
 Jacques Bretecher, Thierry Drouet, Bruno Civel, Didier Landais, Didier Lebastard




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.