Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Les Infections Nosocomiales, Centre Hospitalier de Châteaubriant


Article publié par Châteaubriant Actualités http://www.paysdechateaubriant.fr le Dimanche 25 Janvier 2009

Le Centre Hospitalier de Châteaubriant souhaite mettre à disposition des usagers son tableau de bord des IN par affichage dans le hall de l’hôpital, assorti d’une explication simple sur sa signification et des actions d’amélioration prévues. Pour la première année, le CH propose de compléter le tableau de bord par une exposition sur les IN qui restera en place un mois, du 20 janvier au 20 février 2009.



Les Infections Nosocomiales, Centre Hospitalier de Châteaubriant
Le tableau de bord des infections nosocomiales est issu d’une volonté gouvernementale de donner aux usagers une information transparente sur les efforts faits par les établissements de santé pour lutter contre les infections acquises à l’hôpital.
Le LIEN (Lutte Information Etude des Infections Nosocomiales), association des usagers fortement impliquée dans la lutte contre les IN a beaucoup appuyé cette démarche.

Tableau de bord des infections nosocomiales (IN)
Trois choses sont à préciser avant d’entrer dans le contenu du tableau de bord :

1) Le tableau de bord des IN s’inscrit dans une démarche plus globale. Le gouvernement souhaite en effet que chaque établissement de santé tienne à disposition des usagers un certain nombre d’indicateurs de qualité de ses activités de soin. Le tableau de bord des IN constitue le premier de ces indicateurs à être mis en place ; il est communiqué aux usagers depuis 2005. En 2008, d’autres indicateurs se mettent en place dans les services de court séjour, avec la prise en charge de l’infarctus cardiaque, la tenue du dossier du patient, l’évaluation de la douleur, la recherche d’une dénutrition. Ils sont appelés à se généraliser et à s’étendre dans les années qui viennent.

2) Bien que premier des indicateurs, le tableau de bord des IN a été long à mettre en place pour plusieurs raisons. L’une est la complexité des mécanismes de survenue des IN, qui rend difficile une mesure unique et globale. Par exemple, doit on compter les IN qui surviennent avec les propres microbes du patient ? Celles qui surviennent après une opération ? Celles qui surviennent après un acte invasif (cathéter, sondage urinaire…) ? Celles qui surviennent chez les personnes immunodéprimées ? Ou au contraire non immunodéprimés ? Etc….

D’autre part, les IN restent encore un sujet « tabou » depuis les affaires du sang contaminé et de la Clinique du Sport, qui ont entraîné une perte de confiance des usagers surtout sur la transparence de l’information, et une culpabilité des professionnels

Enfin, on ne trouve que ce que l’on cherche. Un établissement de santé qui cherche les IN est un établissement « bon élève » car il fait l’effort de chercher, recenser, analyser pour comprendre et corriger, mais il va annoncer un nombre d’IN plus important qu’un établissement qui ne les cherche pas.

3) Il ne s’agit donc pas d’un score sur le nombre d’infections nosocomiales mais sur ce que font les établissements de santé pour éviter au maximum les IN. Il est important de rappeler qu’en effet toutes les IN ne sont pas évitables.

Les Infections Nosocomiales, Centre Hospitalier de Châteaubriant
Plusieurs initiatives, nationales, régionales ou locales sont proposées pour communiquer sur les IN : la présence des représentants des usagers au sein du Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) de chaque établissement est une des réponses. Le tableau de bord des IN, une autre réponse.

Le site internet
« questions-réponses sur les IN » à destination des usagers encore une autre. On peut encore citer les associations d’usagers, notamment le LIEN, la formation des représentants des usagers du CLIN par le Centre de Coordination Interrégional de Lutte contre les Infections Nosocomiales de l’Ouest (CCLIN Ouest), la journée d’information pour les usagers faite en novembre 2007 à Châteaubriant.

Que raconte le tableau de bord des IN ?

Il faut d’abord savoir qu’il est calculé en fonction du type et de la taille de l’établissement de santé. Ainsi on ne demande pas la même chose à un hôpital local qu’à un CHU (Centre Hospitalier Universitaire), car les soins qu’ils proposent ne présentent pas le même risque de survenue d’IN.

Le tableau de bord est composé de 4 indicateurs résumés par un score agrégé. Ces 4 indicateurs permettent d’apprécier les moyens mis en œuvre par l’établissement pour lutter contre les IN en terme de management, de moyens humains, de formations, de protocoles, d’évaluation de pratiques de soin (c’est l’indicateur ICALIN), de surveillance des infections après une opération (c’est SURVISO), de moyens pour maîtriser la prescription des antibiotiques ce qui permet de limiter la résistance des bactéries aux antibiotiques (c’est ICATB) et l’utilisation des solutions hydro alcooliques pour l’hygiène des mains (c’est ICSHA).

Le score agrégé prend en compte ces 4 indicateurs pour classer l’établissement de santé de A à E selon sa taille et son activité de soin (A étant le score le plus élevé).

Le Centre Hospitalier de Châteaubriant souhaite mettre à disposition des usagers son tableau de bord des IN par affichage dans le hall de l’hôpital, assorti d’une explication simple sur sa signification et des actions d’amélioration prévues. Pour la première année, le CH propose de compléter le tableau de bord par une exposition sur les IN qui restera en place un mois, du 20 janvier au 20 février 2009.

ICALIN = indice composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales
ICSHA = indice de consommation des solutions hydro alcooliques
SURVISO = surveillance des infections du site opératoire
ICATB = indice composite de bon usage des antibiotiques.

La Santé en Pays de la Loire



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.