Facebook
Twitter
Mobile
Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Les murs ont des oreilles


Rédigé par Châteaubriant Actualités le Lundi 29 Février 2016 à 23:02 |

A l'Espace Paul Guimard de St Mars la Jaille, samedi 12 mars, la compagnie nantaise « Le Théâtre de l’Ultime » interprétera une farce joyeuse, dynamique très sympathique qu’apprécieront nos zygomatiques. L’histoire est simple : une compagnie désargentée monte une comédie pour mettre un peu de pain dans les ventres vides de la troupe.


Théâtre de l’Ultime – Comédie burlesque

Éclats de rire garantis avec cette comédie délirante.
Malgré les épreuves à surmonter, manque d’argent, distribution insuffisante, auteur tatillon, ils tentent tant bien que mal une représentation improbable qui vire au cauchemar burlesque. Avec un poste de bruitage de fortune et des tréteaux dans la tradition du théâtre de foire, les comédiens cumulent emplois et contre emplois. Tour à tour bruiteurs, chanteurs ou encore cascadeurs... Une pièce déjantée pleine de péripéties et de rebondissements, qui entraine le public dans un fou rire sans fin.

La petite troupe de théâtre de Marius obtient enfin l'autorisation de monter la pièce « Les Murs ont des oreilles ». Le budget étant limité, il va falloir faire avec et cumuler les rôles ce qui ne fait pas que des heureux... certains rôles féminins devant être joués par des hommes, et inversement. La scénographie s'appuie sur un tréteau du théâtre populaire digne de Molière avec trappes et coulisses sommaires. Pour les costumes, on puise dans la garde-robe de la troupe et, surtout, les comédiens vont assurer le bruitage eux-mêmes, en direct et à tour de rôle, en fonction de leur disponibilité. Ce choix vaut à lui seul son pesant d'or, et l'on se retrouve plongé dans l'ambiance des séances de cinéma muet de l'époque, ce qui, eu égard au rythme effréné du spectacle, n'en est pas si éloigné !

Don Juan, gentilhomme vieillissant, pauvre, laid et bossu, est sincèrement amoureux de Dona Ana, mais est sans espoir tant il est conscient de ses disgrâces. Don Mendo, coureur de jupons est lui beaucoup plus agressif dans sa manière de courtiser Dona Ana, mais ses intentions ne sont évidemment pas très louables. Enfin le duc, riche et un peu sot, est lui aussi séduit par la belle Dona Ana. L'amour, les stratagèmes et les mensonges vont révéler la véritable nature de chacun, et il n'est pas exclu que finalement Dona Ana accorde ses faveurs au moins privilégié sous l'injonction, il est vrai, de sa servante elle-même séduite par le valet de Don Juan... Cette adaptation de la pièce d’Alarcon fait la part belle au théâtre dans le théâtre ; l'effet de mise en abyme étant accentué par le fait que le rôle de Don Juan est attribué à Alarcon lui-même, et par les nombreux allers/retours entre l'intrigue dans la pièce et les règlements de compte au sein des membres de la troupe. Les choix de mise en scène opérés par le Théâtre de l'Ultime sont parfois un peu osés, comme ce « promontoire » sur lequel se perchent les comédiens pour se défouler et hurler lorsque le besoin s'en fait sentir, ces bruitages parfois incongrus... Bref, une douce folie s'empare des comédiens jusqu'à faire capoter la représentation ! C'est extrêmement dynamique, et les comédiens mouillent la chemise pendant 1h30 !

Infos pratiques :

Dès 10 ans – Tarifs entre 6€ et 14€
Mairie de Saint-Mars-la-Jaille – 18 av. Ch.-H. de Cossé Brissac
02 40 97 45 02 – billetterie.guimard@saint-mars-la-jaille.fr




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.