Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Marina Petrella en danger de mort selon son médecin traitant


Article publié par Alain Moreau le Lundi 14 Juillet 2008

L'ex-membre des Brigades rouges Marina Petrella, incarcérée en France en attente d'une extradition vers l'Italie, est "en danger de mort", écrit dans un certificat, dont l'AFP a eu une copie, son médecin traitant qui l'a examinée dimanche à l'hôpital d'Evry.
Mme Petrella, 54 ans, a été transférée vendredi de la maison d'arrêt pour femmes de Fleury-Mérogis (Essonne) à l'hôpital Louise-Michel d'Evry, "sur décision du corps médical qui a jugé son état faible", avait précisé son avocate Irène Terrel.



L'ex-brigadiste a été examinée dimanche par son médecin traitant, qui a toujours été informé de son état, et a constaté "une aggravation" avec une perte de poids "maintenant supérieure à 20 kilos", écrit le médecin dans un certificat remis à Me Terrel.

"Sa fuite de toute vie, telle qu'elle l'exprime depuis des mois, est constante et permanente", ajoute le praticien selon lequel "la situation médicale de Mme Marina Petrella est effectivement entrée dans une phase critique où la vie de ma patiente est en péril".

"J'atteste avec la même détermination que Marina Petrella est en danger de mort" et que "les soins qui doivent lui être prodigués sont incompatibles avec son maintien en détention", a ajouté ce médecin installé dans le XIVe arrondissement de Paris.

Ancienne dirigeante de la "colonne romaine" des Brigades rouges, Marina Petrella a été condamnée en Italie en 1992 à la réclusion criminelle à perpétuité, notamment pour complicité de meurtre d'un commissaire de police à Rome en 1981.

Vivant en France depuis 1993, elle a été arrêtée en août 2007. Son décret d'extradition a été signé le 3 juin par le gouvernement français.

Le 9 juin dernier, François Fillon signait son décret d’extradition. Bien qu’elle ait déposé un recours devant le Conseil d’Etat, Nicolas Sarkozy a confirmé en marge du sommet du G8, que cette extradition aurait bien lieu. Le président a toutefois précisé qu’il était intervenu auprès de Sylvio Berlusconi afin qu’il sollicite sa grâce auprès du Président Italien, « compte tenu de l’ancienneté de la condamnation et compte tenu de la situation psychologique et de la santé de Mme Petrella » a-t-il déclaré.

Plusieurs voix se sont élevées pour demander au chef de l’Etat de renoncer à cette décision. Parmi elles, le Syndicat de la magistrature, la Ligue des doits de l’Homme ou la romancière Fred Vargas, parallèlement très impliquée auprès du comité de soutien de Cesare Battisti (ex-activiste Italien d’extrême gauche actuellement détenu au Brésil), et qui reproche au Président un manque de cohérence entre sa clémence envers les membres des FARC qui abandonneraient la lutte armée et son intransigeance dans ce dossier.

L'avocate de Mme Petrella réclame l'arrêt de la procédure d'extradition et l'application en faveur de sa cliente de la "clause humanitaire", prévue par la convention européenne d'extradition de 1957.

source: AFP et les infos



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.