Facebook
Twitter
Mobile
Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Pierre Péan dédicace à St Michel et Chanveaux, Samedi 23 septembre


Rédigé par alain Moreau le Vendredi 22 Septembre 2006 à 23:59 |

Pierre Péan est de ceux là qui ne renie pas ses racines. Il est à St Michel-et Chanveaux samedi 23 septembre, à 14heures 30 pour une rencontre avec les gens d'ici. Il dédicacera sa dernière enquête. Plus intime encore. " L'Accordéon de mon père"


Pierre Péan dédicace à St Michel et Chanveaux, Samedi 23 septembre
« À la suite de La Face cachée du Monde, j’avais éprouvé le besoin de me retirer de l’actualité. J’en avais eu ma part. Je déteste ces moments où mes enquêtes me font passer du statut de regardant à celui de regardé. J’aime le travail d’enquêteur quand, tirant sur un fil, il sent que des choses jusque-là inconnues - ou qu’il croit telles, ce qui revient au même - font surface. Cela se passe la majeure partie du temps dans mon bureau, ou en rencontrant des gens que je n’aurais jamais connus en d’autres circonstances. Peut-être, seul à mon bureau, retrouve-je ce plaisir patient que mon père essayait de me transmettre quand il m’emmenait, enfant, à la pêche. [ ] Souvent les épreuves et l’âge nous poussent à nous intéresser à nos aïeux. Je n’allais pas faire l’arbre généalogique : mon cousin Gérard en a établi un très complet du côté de la famille maternelle. Mais j’allais me pencher à ma manière sur le destin d’un homme dont mon père m’avait beaucoup parlé, j’entends : son frère Edouard, un oncle que je ne connus jamais, et pour cause, il était mort en 1917 au Chemin des Dames. [ ] Je ne sais pas pourquoi l’oncle Edouard. Peut-être son destin tragique, à la fois si connu des Français - un poilu mort au Chemin des Dames ! - et si peu connu de moi. L’oncle Edouard était peut-être la figure la plus indiquée pour me permettre de mieux connaître mon arbre paternel, suffisamment mystérieux pour exciter ma curiosité et encore assez proche, puisque ayant repris vie par la bouche de mon père. »

Ainsi s'ouvre cette « investigation intime » à laquelle s'est livrée Pierre Péan sur ses ancêtres paternels et maternels originaires du Maine et du Haut-Anjou. On dirait, convoquée à la table du souvenir dont on aurait sorti les « rallonges », l'une de ces assemblées rassemblant jadis le ban et l'arrière-ban de la parentèle pour fêter baptême, communion, mariage ou noces d'or, sauf qu'ici les morts font nombre et les survivants ne sont pas toujours nés. Au fil de ce « récit des origines » se découvre une histoire de la « France d'en bas » rendue d'autant plus palpitante que son auteur, tout impliqué qu?il soit, use pour le narrer de la méthode, des moyens et des qualités d?enquêteur hors pair dont il a su faire montre au fil des dernières décennies.

Commander