Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Refondation du parti « Libéral - Social - Européen » « Parti Démocrate »


Article publié par Jean Arthuis le Samedi 21 Juillet 2012



« La gauche détient tous les pouvoirs, tant au plan territorial que national. C'est la conséquence de l'éclatement de l'UDF. La stratégie axée sur l'élection d'un Président de la République « ni de droite, ni de gauche », après trois vaines tentatives, est une impasse. Elle a déclenché la désertion progressive de parlementaires centristes vers l'UMP sans que ceux-ci soient parvenus à faire entendre leur spécificité. A l'heure où l'UMP recherche un successeur à Nicolas Sarkozy, seuls les anciens RPR sont sur les rangs. Depuis dix ans, du fait de ces migrations, nombre de municipalités, départements et régions ont élu des « modérés de gauche » à la place de « modérés » de droite. C'est peu dire que de reconnaître que le quinquennat a accéléré le rythme politique et consacré la bipolarisation.

Dès lors, les querelles d'ambitions personnelles et la floraison de chapelles centristes, dans un contexte de crise économique et financière d'une ampleur sans précédent, risquent de conduire à la disparition de la famille politique traditionnellement positionnée au centre droit de l'échiquier. Il y a urgence à enrayer la spirale de l'échec et de rompre avec la chronique d'une élimination annoncée.
Au lendemain d'une trop longue période électorale, les conditions sont réunies pour refonder le parti que nous appelons de nos vœux. Tous les acteurs du centre ont mesuré les limites de leurs initiatives individuelles et des confrontations fratricides. En dépit des incohérences, des contradictions, des inconséquences et du piètre spectacle offert aux Français, des députés attachés aux valeurs « Libérales, Sociales et Européennes » ont été élus et un groupe de députés a pu se constituer à l'Assemblée nationale, à l'image de celui du Sénat. Désormais, dans les débats parlementaires, nous disposons d'une capacité d'expression et de vote. Mais cette expression exige un travail de fond pour délivrer un message percutant, à l'abri des discours convenus, du déni de réalité et du conservatisme qui transforme la vie politique en théâtre d'ombres. A l'heure de la mondialisation, les vieilles recettes sont périmées, les tabous sont les masques de la pusillanimité. La lucidité et le courage doivent constituer la marque et le sens de notre engagement. Pour réfléchir, proposer un projet et former les élus de demain, nous avons besoin d'une maison commune, d'un espace de rassemblement. C'est dire si la refondation de notre parti est attendue. Le parti a pour mission d'animer et d'enrichir le débat
en déclinant nos valeurs au travers de propositions concrètes, praticables, cohérentes et financièrement soutenables dans la durée.

Comment redonner de la compétitivité à l'économie pour recréer des emplois et améliorer le pouvoir d'achat, équilibrer production et consommation ? Comment mettre un terme aux déficits publics et réduire l'endettement collectif ? Comment assumer le partage de souveraineté et avancer vers une gouvernance fédérale de la zone euro et de l'Union européenne ? La réponse à ces questions cruciales conditionne la sortie d'une crise qui angoisse nos concitoyens tant la menace de chaos se précise à l'horizon. Ce qui nous attend exige organisation et méthode dans notre travail. Nous devons rompre totalement avec l'illusionnisme qui a prévalu jusqu'à maintenant dans l'art de gouverner.

Pour mener à bien ce travail de fond, l'appui d'un « think-tank », laboratoire d'idées, sans doute dans le cadre d'une fondation ou d'un fonds de dotation, paraît indispensable. Il permet d'associer des compétences et des talents détachés des préoccupations électorales de court terme. En relation avec les secrétariats des groupes parlementaires, il élabore une vision, un corps de doctrine, des propositions d'action. Sur les textes essentiels venant en discussion devant le Parlement, il propose une orientation et des amendements et instruit les argumentations critiques. En tout état de cause, il veille à la lisibilité des prises de position.

Quant au parti, il doit être ouvert à toutes les sensibilités hier rassemblées au sein de l'UDF. La forme confédérale est commode en ce qu'elle permet à chacune des composantes de préserver sa spécificité. L'idéal reste la création d'un parti unique, clairement identifié, rassembleur, immunisé contre les querelles d'égo et les ambitions individuelles. Sa gouvernance doit permettre à chacun de trouver sa place à condition de prohiber les cumuls et confusions de responsabilités. Sont en conséquence déclarées incompatibles les fonctions de président du parti, de candidat à la prochaine élection présidentielle, président de groupe à l'Assemblée ou au Sénat.

Ce parti a vocation à préparer des projets et des candidats pour les prochaines échéances : municipales, européennes et sénatoriales en 2014, cantonales et régionales en 2014 ou 2015. Le calendrier nous oblige à délivrer une expression collective à notre volonté de concrétiser avant fin juillet. L'acte fondateur doit intervenir courant septembre à l'occasion d'un congrès, complété par les journées parlementaires ».

Jean Arthuis
Président de l’Alliance Centriste
Sénateur de la Mayenne




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.