Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Soirée courts métrages, Vendredi 27 Juin, 21 h, La Grigonnais


Article publié par Châteaubriant Actualités le Lundi 23 Juin 2008

Les vacances c’est dans quelques semaines !!!

Alors pour vous faire patienter, nous vous avons concocté une sélection de courts métrages avec du sable, des meules de foin et des parties de pêche.



Vendredi 27 juin 2008, à partir de 21h, Stabul’2000 (Lieu dit La Bretonnière)/ La Grigonnais
Organisation : les Saltimbanques, dans le cadre des Spectacles au Pays de la Pierre Bleue
Renseignements et réservations : Office de Tourisme de la Région de Nozay au 02.40.79.31.64

Le p'tit bal de Philippe Découfflé

Fiction - France - 1993 -Film 35 mm - prises de vues : 35mm - 1,66 - Couleur - 4 ' - 85.825 - également conseillé aux jeunes enfants (moins de 6 ans)
Sur une chanson de Robert Nyel et Gaby Verlor, interprétée par Bourvil, "C'était bien", un couple se communique toute l'émotion de son amour dans un langage dérivé de la langue des signes.
Il est des chansons que vous pouvez écouter sans fin, leur trouvant un charme sans cesse renouvelé. Parmi elles, figure C'était bien de Bourvil, ce petit bal perdu dont personne ne connaîtra jamais le nom.

Pourtant si, la chanson de Bourvil est magistralement mise en images. Vous ne vous lassez plus de cette chorégraphie qui colle si bien à la chanson, que vous l'enregistrez. Si si. Et puis, une nuit, par désoeuvrement, à la recherche d'idées, surfant sur un Internet déserté, vous apprenez que ce générique n'est qu'un extrait d'un clip réalisé par Philippe Decouflé.

Non je ne me souviens plus du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens ce sont ces amoureux
Qui ne regardaient rien autour d'eux.
Y avait tant d'insouciance
Dans leurs gestes émus,
Alors quelle importance
Le nom du bal perdu ?
Non je ne me souviens plus du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens c'est qu'ils étaient heureux
Les yeux au fond des yeux.


Philippe Decouflé, peut-être l'avez-vous découvert en 92, comme la plupart des français, comme moi, lors de la cérémonie d'ouverture des JO d'Albertville ? Ce danseur et chorégraphe talentueux a réalisé Le P'tit Bal en 94, s'y mettant d'ailleurs en scène aux côtés de la chorégraphe Pascale Houbin, l'accordéoniste étant interprétée par Annie Lacour. Pascale Houbin a beaucoup travaillé avec le langage des signes auquel tous deux ont ajouté ici des clins d'oeil malicieux et des associations d'idées particulièrement inventives. Je reste fasciné par ce clip, au point que je me permets de vous le proposer, en espérant que vous trouverez à le regarder autant de plaisir que moi...
 

Après l'enfance

Fiction - France - 2001 -Film 35 mm - prises de vues : Super 16 - 1,66 - Couleur - 21 ' - 100.116 -
Réalisateur : Thomas Lilti
Acteurs : Jean-François Gallotte, Florence Masure, Atmen Kelif, Julien Lilti
Court-métrage, Fiction, Comédie dramatique, Enfance
Langue de tournage : Français
Nationalité : 100% français
Sortie en France :
Durée : 21mn 40s
Production déléguée : Sombrero Films (ex Productions)
Exportation : Sombrero Films (ex Productions)
Synopsis
Pour fermer définitivement la maison de sa grand-mère décédée, Atmen, agé d'une trentaine d'années, revient dans la petite station balnéaire où, plus jeune, il passa ses vacances. Là, face à la mer, les choses ont changé, les gens ont grandi...Il rencontre Martine, une amie d'enfance, aujourd'hui mariée et mère de famille. Il est assailli par les souvenirs. Ce n'est pas si facile...

Soirée courts métrages, Vendredi 27 Juin, 21 h, La Grigonnais
L' école des facteurs

Fiction - France - 1947 -Film 35 mm - prises de vues : - 1,66 - Noir & blanc - 15 ' - 4.658 - également conseillé aux jeunes enfants (moins de 6

Afin de réduire le temps de sa tournée, un facteur invente pour chaque destinataire une façon de remettre le courrier.
Embryon de «Jour de fête» (France, 1949), «L’Ecole des facteurs» (France, 1947) de Jacques Tati est l’esquisse de son génie. Loin d’un merveilleux cinéma du son, distant d’une métrique des mouvements, le court-métrage liminaire n’émane pas encore la poésie du cinéma tatiesque. Il est cependant déjà aisé de discerner l’héritage de Chaplin dans le personnage de Tati. Staccato des mouvements, rythmique intrinsèque, Tati forme sous nos yeux le fameux personnage de M. Hulot. Mais ce n’est pas M. Hulot, ce n’est même pas encore François le facteur de «Jour de fête». Car «L’Ecole des facteurs» existait déjà avant d’être mis en film. Préalablement sketch de théâtre, au format adéquat pour une transposition en court-métrage, la pièce possède déjà l’habileté de la gestuelle. Car tout comme Chaplin, Tati vient du théâtre burlesque. Dès lors, quant est-il du film ? Le court-métrage dispose de dialogues aussi peu audibles qu’ils sont parasitant. La voix de Tati, qui deviendra dans ses futures œuvres, le doux secret du personnage, a des airs d’indiscrétions, de pénibles borborygmes. D’autant plus que cette approximation s’avère tant dans les dialogues que dans la mise en scène. Apprentissage direz-vous ? Certainement. Etape première vers une voie de génie, «L’Ecole des facteurs» possède la frêle bonhomie de son auteur, encore fragile, et derrière l’assurance du burlesque perce la vulnérabilité du cinéma tatiesque. Suite à une introduction cocasse, le film se déroule en un trajet, une course poursuite de facteur avec le temps. Tati est un personnage de dessin-animé, un cartoon qui tire sa drôlesse d’avoir l’avantage d’être existant. Préambule du cinéma de Tati, les bases sont là, délicates mais prêtes à soutenir la virtuosité du cinéaste.

Yamamoto San / série Une certaine idée du bonheur

Fiction - France - 2003 -Film 35 mm - prises de vues : Super 16 - 1,66 - Couleur - 12 ' - 108.020 -

Un japonais visite l'Europe en voyage organisé. Oublié par le car sur le bord de la route, il erre dans la campagne française avant de trouver refuge auprès d'une camionneuse.

 

Far West

Fiction - France - 2003 -Film 35 mm - prises de vues : 35 mm - 1,66 - Couleur - 18 ' - 105.897 -
Réalisateur : Pascal-Alex Vincent
Acteurs : Julien Gauthier, Jean Haas, Gilles Guillain, Tony Granger, Chloé Berthier, Sébastien Charles
Court-métrage, Fiction, Comédie dramatique, Adolescence, Campagne
Langue de tournage : Français
Nationalité : 100% français
Sortie en France :
Durée : 18mn
Production déléguée : Local Films
Coproduction : Antiprod
Exportation : Local Films
Synopsis
Éric doit passer ses vacances en Beauce chez son grand-père qu'il n'a pas vu depuis longtemps. La cohabitation s'annonce difficile d'autant plus qu'Éric s'apelle maintenant Ricky et que ses meilleurs amis, Koko et Mika, débarquent sans crier gare...

Mouche

Fiction - France - 2006 -Film 35 mm - prises de vues : Film. 35 mm. - 1.66 - Couleur - 25 ' - 115.844 -
Trois jeunes garçons descendent la Loire en canoë et pêchent soir et matin. Leur ami Paul, accompagné d'une jeune québécoise, les rejoint sur le fleuve. Peu à peu, les garçons sont séduits et agacés par la délicate étrangeté de cette jeune fille.





Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Siret : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.