Facebook
Twitter
Mobile
Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Terra Vaudoo, compagnie Bulles de Zinc, Châteaubriant, Mercredi 1er juillet 2009


Rédigé par Châteaubriant Actualités http://www.paysdechateaubriant.fr le Mardi 16 Juin 2009 à 00:37 |

Bulles de Zinc présente Terra Vaudoo place Ernest Bréant, à Châteaubriant, mercredi 1er Juillet, à 21h30, Un spectacle de 2006. Le spectacle Terra Vaudoo s’est inspiré d’allers-retours entre la France et le Togo.


Terra Vaudoo, compagnie Bulles de Zinc, Châteaubriant, Mercredi 1er juillet 2009
Redonner à la ville une poésie perdue : par les mots, mais aussi en laissant parler les corps. Laisser la musique envahir les gestes, les bras se dénouer, les têtes se vider. Jouer de la hauteur, faire de son visage un masque, chercher l’esthétique de la transe en se donnant rendez-vous au plus profond du Vaudou...

Faire se côtoyer le vaudou et les rues de nos villes occidentales pour construire un nouveau mythe urbain : la cabine téléphonique devient l’autel des sacrifices, la DDE est garante du culte dans la ville, les vaudous gagnent chaque rond-point, chaque lampadaire… Deux conceptions du monde vont s’affronter : l’une occidentale, l’autre héritée du vaudou africain… Et si le monde n’était qu’affaire de croyances ?

 En 2008, Le Black Vaudoo Tour propose de réunir des togolais et des occidentaux.
Bulles de Zinc naît en 1999. L’échasse est alors l’axe de travail privilégié. Technique dévalorisée, elle est utilisée de manière différente dans des créations successives. Les échasses ont provoqué des voyages sur plusieurs continents, ainsi que l’organisation d’un festival au Togo (de 2005 à 2007).

Au début, la volonté était de jouer dehors, pour s’offrir un rapport direct avec le public et faire sortir les gens de chez eux. Et les voyages ont été le révélateur de la rue. Plusieurs incursions en terre africaine ont continué à nourrir cette envie de rue qui bouge, ont donné de la matière, car l’imaginaire travaille aux pays de la débrouille… Et quoi de plus vivant qu’une rue au Mali ?

Les voyages continuent sur d’autres continents, passent par le Japon. La rue s’offre autrement. Elle fait ressortir les codes. Traverser un passage piéton trouve tout son sens, attendre que le feu soit vert aussi. La norme est flagrante. Des heures à observer les dérives de nos comportements. A gratter du monde, car l’espace public c’est des gens avec des trottoirs autour. Faire de la rue le lieu où tout se joue, où tout s’expérimente. Qu’elle cristallise les souvenirs, les rencontres faites ailleurs, et les envies du moment. Qu’elle soit l’endroit où se croisent le voisin de pallier et le griot africain. En fiction, en souvenirs, en vrai. Transporter l’ailleurs pour le faire vivre à côté.

Terra Vaudoo, compagnie Bulles de Zinc, Châteaubriant, Mercredi 1er juillet 2009
Faire de la poésie dans les bouches dégoût, du théâtre sur des parkings bitumés, du fait divers au milieu d’un rond-point. Pourquoi la rue ? Quel regard offrir ? C’est l’enjeu de Bulles de Zinc... Celui de croire que c’est dans la rue que tout va se jouer.

2004-2005, Bulles de Zinc se restructure et redéfinit sa manière de considérer la rue, la place qu’elle prend dans ses créations. De cette réflexion naît Terra Vaudoo, relecture africaine de nos villes occidentales. Naissent également les visites guidées et les intrusions de rue. Déborder le cadre du spectacle, pour sortir de la relation artistes-spectateurs. Renouer avec des formes plus insolites. Faire entrer le théâtre de rue dans un champ politique. Et s’offrir la ville comme espace d’expérimentation.

Depuis 2003, l’association Kagbéma au Togo et Bulles de Zinc en France se sont engagées dans un partenariat singulier. Une rencontre autour d’une pratique commune : les échasses. Rencontre qui évolue au fil du temps vers une confrontation arts de rue / danses traditionnelles. Toutes les actions sont accompagnées d’analyses, de débats et d’écriture pour situer notre travail dans le champ de l’ethnoscénologie…

Emmanuel Lambert, Stéphane Boignet  : comédien // Stéphanie Charriau : danseuse // Kotannon Nagbé : percussionniste-chanteur // Nagbé Kodoh, Etekpo Kotanon : danseur-échassier // Jean-François Duclos : technicien son

Mercredi 1er Juillet 2009, 21h30, Gratuit

Un organisation de la nouvelle association La Mée ça gère, crée le 17 Mai par Maxim Hupel, Régis Adron, et Amaury Tennerel.



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.