Facebook
Twitter
Mobile
Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Trois petits points de suspension, Lecture publique Vendredi 12 Décembre


Rédigé par Châteaubriant Actualités http://www.paysdechateaubriant.fr le Jeudi 11 Décembre 2008 à 18:20 |

L'association Trois petits points de suspension... renoue avec la belle tradition des lectures publiques. Elle vous convie à les rejoindre vendredi 12 Décembre, dès 19h30, à leur local, 22 rue de Rigale à Châteaubriant.
L'association Trois petits points de suspension...nous avait présenté le festival PoiEsis, au Château de Châteaubriant, au Printemps 2008. Faire aimer la poésie contemporaine est l'un de ses buts.


Trois petits points de suspension, Lecture publique Vendredi 12 Décembre
DU NERF, une revue née du simple désir d’écrire et de transmettre ce désir. Elle regroupe quelques écriturants qui foncent tête baissée dans le taillis du langage. Des qui le secouent, des qui renâclent, des qui s’immobilisent, des qui se laissent faire, environner, qui tirent par les cheveux, sur la ficelle, sur la boucle du plein et du délié, sur la ligne et le trait. L’idée de départ a été de fédérer des personnes rencontrées à diverses occasions aux Ateliers du Vent (collectif d’artistes implanté à Rennes), partageant préoccupations et réflexions autour de l’écriture, qu’elles l’affirment ou travaillent en silence. Le sous-titre “écritures” a été choisi à bon escient pour que figure dans la revue le travail d’auteurs de bande dessinée, comme celui de plasticiens — élargir le champ littéraire à celui dessiné. Du nerf a opté pour un maquettage sobre : textes courts, mise en page aérée, format carré, éviter tout effet de style dans la composition, tout excès tape à l’œil. Les pages de la revue sont ouvertes à toutes et à tous. Seul véritable indice : son titre hommage à Robert Pinget (et à l’ouvrage éponyme). Il dit qu’il se moque des profondeurs, seules l’amusent les rencontres de mots. Si elles débouchent sur des gouffres il n’y est pour rien. Ou bien. L’attrait des profondeurs lui fait assembler des mots qui ne demandaient qu’à le voir trembler. Robert Pinget Du nerf, éd. de Minuit 1990

Trois petits points de suspension, Lecture publique Vendredi 12 Décembre
#8 à paraître début décembre du nerf #7 badame l’ambasadrise olivier bardoul boule daniel cabanis anne careil guillermo cerutti zaravia pierre cendors frédéric ciriez sophie coursimault franck doyen guillaume euvrard régis guigand valérie guyader emmanuel janvier alain kervella alexandre koutchevsky frédéric laé sylvain larquier valéry lorenzo nylso charles pennequin marc perrin éric pingault juliette pourquery de boisserin laurent quinton gwenaëlle rébillard rezon cécile richard jeanne roux marie saur

Trois petits points de suspension, Lecture publique Vendredi 12 Décembre
Je suis assis. J’entends les sons et les bruits venant du dehors. Je suis assis. Je cherche des yeux les corps au dehors. Je cherche des yeux les corps qui produisent les sons. Je lève la tête. Je vois les corps. Je vois les corps des sons dehors. Je vois les sons, je vois les sons dedans. Je les entends. Je lève la tête. J’ouvre la bouche, maintenant. Je projète le premier mot. J’esquisse. J’esquisse les premiers termes d’une équation où projeter au devant de moi l’espace du dedans. Je lève la tête. Je regarde. Je te vois. Je projète la parole. Je lève la tête. Je te regarde. Je projète par la voix les image du dedans. Je suis dehors. Je suis avant, je suis en avant, je suis devant. Je suis hier. Avant-hier. Je lève la tête. Je te vois. Pour la première fois. C’est aujourd’hui. Je te regarde. Je te parle d’hier, dans le silence. Je te parle aujourd’hui, d’aujourd’hui, dans le silence. Je me lève. Je marche. Je marche vers toi. Je projète la voix, je porte mon corps. Je porte en mon corps, aujourd’hui, le passé dedans. Je porte en mon corps, aujourd’hui, le chant passé d’hier. Je le porte, il est passé par moi, je le porte, le projette, il est devant, regarde, je marche, par la parole, mon corps projète : le passé devant, pour la marche, aujourd’hui, je porte le corps, au devant de moi. Et j’esquisse : les premiers termes d’une équation où projeter au devant de moi l’espace d’avant, devant, je l’inscris, pour dire à chaque mot le monde écrit, pensé, passé par moi, traversé, traversé par lui, passé, traversé par toi, maintenant, maintenant projeté, mot à mot, corps à corps, en chaque corps, à chaque mot, je me lève, je marche, vers toi, je te regarde, une bouche s’ouvre, elle parle et lèche, elle embrasse. Est-ce que tu m’approches. Dans le temps présent. Dans le temps. Il était une fois. A présent. Est-ce que tu m’approches.




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.