Menu

L'Arménien de Carl Pineau



L'arménien de Carl Pineau © David Durepaire
L'arménien de Carl Pineau © David Durepaire
N'importe quel Nantais attaché à la littérature un peu sombre appréciera ce roman de Carl Pineau, et ce pour plusieurs raisons.

Tout d'abord il faudra être de cette génération des années 80-90 pour apprécier les références musicales qui ponctuent ce récit, les références culturelles ou politiques, les premières allusions au virus du Sida, les vieilles voitures de l'époque.

Ensuite, il sera impossible pour un Nantais de ne pas se laisser facilement embarquer dans ce "road trip" au travers de la ville, des lieux familiers tels que les boîtes de nuit ou les bars de l'époque, certains encore en activité de nos jours, des rues connues de tous, des monuments qui nous évoquent telle une madeleine de Proust des souvenirs passés de notre petite enfance ou des événements  récents.

Être familier de ces lieux ne peut que conduire le lecteur à s'immerger un peu plus dans cette intrigue très bien maîtrisée. Être attaché sentimentalement à Nantes, c'est un atout supplémentaire .

Le début du roman nous introduit auprès de 2 personnages, et nous comprenons rapidement qu'ils seront les narrateurs, à tour de rôle, nous offrant ainsi chacun leur point de vue sur des événement qui ne seront pas perçus de la même manière, mais dont le fil d'Ariane sera l'amour que chacun portait au disparu.
Le cul vissé sur un carton de gel, la tasse de Chivas dans une main et la clope au bord des lèvres, je laissais remonter les images de la journée de ma rencontre avec Luc. Comment oublier cette date? C'était le samedi 26 janvier 1980, l'anniversaire de mes trente ans.

Puis les liens qui unissent les personnages se dévoilent petit à petit au fil des pages, le suspens est maintenu à la fin de chaque chapitre, qui laisse place à un nouveau avec ses questionnements et ses rebondissements. Les événements et le motif qui conduisent à la mort du personnage sont inattendus et surprenants.

Une fois la lecture de ce roman achevée, vos balades Nantaises auront une toute autre saveur.
Peut-être apercevez-vous le fantôme de l'Arménien en prenant votre café au Molière ou en allant du côté du Château..... 
Mercredi 1 Novembre 2017



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 12 Novembre 2017 - 11:52 Vous êtes Nantaise ? - Oui, pur beurre

Samedi 11 Novembre 2017 - 19:22 La Cavale

Mardi 31 Octobre 2017 - 11:54 La Dame Blanche