Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Conseil de développement du Pays de Châteaubriant, Il ya t'il un pilote dans l'avion ?


Article publié par alain moreau le Lundi 30 Juin 2008



Conseil de développement du Pays de Châteaubriant, Il ya t'il un pilote dans l'avion ?
Depuis le 26 Juin, date initiale de l'Assemblée générale du Conseil de développement, lors de laquelle il était prévu le renouvellement du président, Le Conseil de développement du Pays de Châteaubriant navigue à vue.
Le collège des entrepreneurs devait en prendre la présidence tournante pour les deux années à venir.
Prudents, les entrepreneurs souhaitaient d'abord rencontrer le syndicat mixte, principal bailleur de fonds. Dans un courrier, les entrepreneurs attendent des assurances, à savoir " La lisibilité de l'application du Conseil de Développement sur la vie du territoire en complémentarité de l'action du syndicat mixte ; le financement futur permettant au Conseil de Développement d'assurer ses missions durablement avec la mise d'un plan de financement triennal intégrant les contraintes territoire, région du conseil général et de gestion du programme leader 2007-2013. Il nous apparaît également important de connaître les attentes du syndicat mixte sur les pistes d'actions qui pourraient être dévolues au Conseil de Développement, ainsi que sur la coordination nécessaire afin d'orchestre et le travail entre les deux structures."
On peut se demander si cette structure a encore lieu d'être tant elle s'est éloignée des préoccupations des populations.
Créée à l'origine afin d'être le lien entre les structures sociales, culturelles, entreprenariales et le monde des élus, le Conseil de développement n'a pas su prendre les virages nécessaires et comprendre les évolutions du monde actuel.
Aujourd'hui, beaucoup de ses actions font doublons avec le Syndicat mixte du Pays de Châteaubriant, syndicat ayant pris peu à peu pris quelques attributions dévolues auparavant au Conseil de développement. Le rôle de ce dernier est toujours resté flou pour le grand public. Bref, le Conseil a tout fait pour se tirer une balle dans le pied et s'attirer les inimitiés en pagaille.
L'avenir du Conseil de développement n'est pas au beau fixe, la décision de reconduite du programme Leader 2007-2013, attendue depuis le 19 Mai, n'est toujours pas là.
Le Bureau réunit le 26 juin en lieu et place de l'Assemblée souhaite " une concertation rapide et constructive entre son collège des entrepreneurs et les élus du Syndicat mixte du Pays..."
Le Conseil de développement emploie à ce jour cinq personnes.




1.Posté par denis le 30/06/2008 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourriez-vous nous expliquer quels sont les virages nécessaires que ce conseil de développement n'a pas su prendre ? Ainsi que les évolutions du monde actuel qu'elle n'a pas saisies ?

Merci d'avance pour votre réponse

2.Posté par Catala Danièle le 30/06/2008 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'analyse développée ci-dessous révèle une méconnaissance de la philosophie et des réalisations du conseil de développement. A l'origine du conseil, il y a eu la Charte de territoire, véritable livre d'engagements pour l'avenir, élaborée dans une une large concertation démocratique. Dans ce domaine, l'équipe de Martine Buron avait été à l'avant-garde de la démocratie participative.
On ne peut dresser ici un tableau exhaustif des actions du conseil, mais affirmer que son action est 'éloignée des préoccupations des populations' est une erreur grossière. Il suffit de compter le nombre d'actions financées par les fonds Leader + depuis 2003, en particulier, le nombre considérable de projets portés par des associations, creuset de la vie démocratique et de la citoyenneté (consultable sur en particulier le nombre considérable de projets montés par des associations, creuset de la citoyenneté (consultable sur http://www.paysdechateaubriant.com/framePLEADER+.htm.
Oui, le Syndicat mixte a 'pris' des attributions dévolues auparavant au Conseil de développement. 'Pris' est le mot juste : ainsi l'Observatoire risque de perdre sa neutralité, car il est de notoriété publique que le Président a contesté des études établies par ledit Observatoire, par exemple La Lettre du Marché de l'Emploi.
'Le conseil de développement [aurait] tout fait pour se tirer une balle dans le pied' ? Et qu'a fait le Président du Syndicat Mixte pour faire vivre le Conseil de développement ? En sept ans de mandat, il ne s'y est montré que quelques rares minutes, montrant son désintérêt pour la démocratie participative. Jeudi dernier, le Président du Syndicat Mixte a fixé un conseil pour sa communauté de communes (suivi d'un repas avec tous les élus) le soir même de l'assemblée générale du Conseil de développement (dont la date est connue depuis fort longtemps). Et la messe est dite !
Le Syndicat mixte de Pays n'est pas proche des populations, et son action est illisible? parce que les décisions sont aux mains de quelques personnes, mais une en particulier, qui s'évertue à priver ce territoire de toutes les instances démocratiques qui l'animent, surtout lorsqu'elle montrent une certaine indépendance, voire une discordance de vue. Mais cela n'est pas évoqué dans votre article très partial qui ne répond pas aux questions fondamentales : où est la démocratie ? Qui détient les clefs du royaume ?
Danièle Catala, conseillère municipale à Châteaubriant.

3.Posté par ETIEMBRE YVAN le 30/06/2008 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve à la fois votre article important ,puisqu'il ouvre un débat participatif, et injuste dans certaines de ses formulations.
Pour information d'abord, le Conseil de Développement , héritier depuis plus de 10ans du Comité de Bassin d'emploi est une association qui couvre l'ensemble du Pays de Chateaubriant (obligatoire, quant à la loi, dès lors qu'il y a une structure Pays.) Il a une triple activité: conseil de développement,qui propose des projets aux élus,observatoire économique et gestion du programme européen LEADER +) qui a rapporté 1,5M? aux communes et associations du pays.(Chateaubriant, Nozay,Derval).
Il existait avant le Syndicat Mixte de pays et a porté la rédaction de la Charte du territoire.(malheureusement trop souvent oubliée de nos jours).Plus de 200 citoyens ont participé à cette rédaction.s'il y a ,en effet, doublon de nos jours avec d'autres commissions, c'est parce que celles ci se sont crées plus tard parallèlement(syndicats mixte,communautés de communes).
Il est administré par des bénévoles de la société civile et des élus.Son fonctionnement est particulièrement démocratique(et c'est déjà une réponse aux questions que vous posez!).Il regroupe élus,entrepreneurs, syndicats de salariés et associations du territoire, avec une présidence tournante: ce qui est une grande originalité à une époque de cumul des fonctions.
je concède ,sans problème, qu'il est difficile de préciser son rôle auprès du grand public-mais n'est ce pas le cas aujourd'hui de toutes les institutions dont le travail sérieux et quotidien ne bénéficie guère des faveurs(quand il n'est pas méprisé)des medias plus soucieux de spectaculaire.?
Grâce aux conseil de développement, des citoyens ont pu participer à des décisions en matière de programme européen,alors que le plus souvent on leur dénie ces capacités.
ils ont pu lors de réunions publiques très suivies discuter des contrats de développement passés avec le conseil général et la Région(encore une fois ce n'est pas très fréquent).
Des commissions réunissent des acteurs de terrain en matière d'économie, d'environnement et de création de services.
Nul n'est prophète en son pays: je n'hésiterai pas à dire que notre conseil bénéficie d'une véritable considération de la part des instances départementales et régionales, qu'il a été souvent sollicité nationalement, dans le passé , et que d'autres conseils sont venus s'inspirer de son fonctionnement.Le plus étrange est alors l'absence de reconnaissance dans le territoire même.

Oui le conseil est en crise et c'est largement injuste.
Comme la loi le veut, il tire sa légitimité des élus du territoire ; c'est donc à eux, qui ont la décision, de dire clairement s'ils veulent un organe de participation des citoyens(les espaces de ce genre sont rares); c'est à eux de dire s'ils veulent lui donner les moyens financiers de vivre.
Ce sont les élus qui doivent préciser le genre de territoire qu'ils veulent, en matière d'environnement, d'économie et de services: le conseil de développement ne peut qu'aider en portant la voix des citoyens.

En ce sens la démarche des entrepreneurs n'est pas de prudence mais de clarification nécessaire.
si le conseil de développement pouvait commettre une erreur ce serait alors de se replier sur sa structure, et de devenir une obscure officine de conseils: s'il veut vivre, c'est en développant au maximum sa vocation citoyenne.c'est là seulement que votre article est dans le vrai.
Yvan Etiembre, ancien Président du Conseil de Développement au titre des syndicats de salariés.

Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Sirene : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.