Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Gilbert Brustlein n'est plus


Article publié par Châteaubriant Actualités http://www.paysdechateaubriant.fr le Samedi 28 Février 2009

Gilbert Brustlein avait tué en 1941 un colonel allemand à Nantes, un meurtre qui avait provoqué des prises d'otages par les nazis en guise de représailles. Parmi eux figurait Guy Môquet.
Le résistant Gilbert Brustlein, qui avait tué en 1941 un colonel allemand à Nantes et qui était le dernier survivant des Bataillons de la Jeunesse, une organisation proche du PCF, est décédé mercredi à l'âge de 89 ans, a annoncé vendredi 27 février sa famille .



Gilbert  Brustlein n'est plus
Il était aux côtés de Pierre Georges, dit colonel Fabien, pour le couvrir, lorsque celui-ci avait abattu l'officier de marine allemand Alfons Moser au métro Barbès à Paris, le 20 août 1941, première action de la résistance armée.
Gilbert Brustlein avait ensuite tué, le 20 octobre 1941 à Nantes, le colonel allemand Karl Hotz, chef de la Kommandantur. Cet attentat avait provoqué les représailles allemandes et, deux jours plus tard, 48 otages avaient été fusillés, dont 27 à Châteaubriant (Loire-Atlantique) parmi lesquels le jeune Guy Môquet.

Une rancune envers Marchais

En octobre 1991, lors du cinquantième anniversaire de l'exécution des otages, il avait tenté de prendre la parole à Châteaubriant pour protester contre la présence aux cérémonies de Georges Marchais, accusé d'avoir travaillé volontairement en Allemagne pendant la guerre.

Résistant communiste ayant quitté le PCF après la guerre, Gilbert Brustlein, 89 ans, est décédé mercredi à Paris. Il avait participé aux premières actions armées contre les Allemands durant l'Occupation dès l'été 1941.

D'origine alsacienne, né le 20 mars 1919 à Paris, orphelin de père très jeune, Gilbert Brustlein milite aux Jeunesses communistes. A l'automne 1940, il est arrêté par la police à Paris alors qu'il inscrit des slogans contre le régime de Vichy sur les murs.
Gilbert Brustlein, petit brun actif et courageux, rejoint ensuite Pierre Georges, ancien des Brigades Internationales. Le groupe « Brustlein » compte quelques jeunes de vingt ans de l'est parisien qui seront connus sous le nom de « Bataillons de la Jeunesse ».

Tous les compagnons du groupe de Brustlein sont arrêtés, condamnés à mort et fusillés en mars 1942. Bourdarias et Guisco le sont à leur tour en avril 1942. Par représailles, la mère de Gilbert est déportée et tuée à Auschwitz en février 1943.
Après la guerre, Gilbert Brustlein travaille dans la comptabilité tout en militant au PCF qu'il quitte finalement en 1952, s'estimant « renié » par le parti qui refuse, selon lui, de reconnaître son rôle dans la Résistance.

Un an plus tard, un historien nantais qui avait publié un livre, laissant entendre que l'attentat de Nantes avait été en fait organisé par la Gestapo, avait été condamné pour diffamation envers Gilbert Brustlein.
En octobre 1991, lors du cinquantième anniversaire de l'exécution des otages, il avait tenté de prendre la parole à Châteaubriant pour protester contre la présence aux cérémonies de Georges Marchais, accusé d'avoir travaillé volontairement en Allemagne pendant la guerre.

Résistant communiste ayant quitté le PCF après la guerre, Gilbert Brustlein, 89 ans, est décédé mercredi à Paris. Il avait participé aux premières actions armées contre les Allemands durant l'Occupation dès l'été 1941.

D'origine alsacienne, né le 20 mars 1919 à Paris, orphelin de père très jeune, Gilbert Brustlein milite aux Jeunesses communistes. A l'automne 1940, il est arrêté par la police à Paris alors qu'il inscrit des slogans contre le régime de Vichy sur les murs.
Gilbert Brustlein, petit brun actif et courageux, rejoint ensuite Pierre Georges, ancien des Brigades Internationales. Le groupe « Brustlein » compte quelques jeunes de vingt ans de l'est parisien qui seront connus sous le nom de « Bataillons de la Jeunesse ».

Tous les compagnons du groupe de Brustlein sont arrêtés, condamnés à mort et fusillés en mars 1942. Bourdarias et Guisco le sont à leur tour en avril 1942. Par représailles, la mère de Gilbert est déportée et tuée à Auschwitz en février 1943.
Après la guerre, Gilbert Brustlein travaille dans la comptabilité tout en militant au PCF qu'il quitte finalement en 1952, s'estimant « renié » par le parti qui refuse, selon lui, de reconnaître son rôle dans la Résistance.

Un an plus tard, un historien nantais qui avait publié un livre, laissant entendre que l'attentat de Nantes avait été en fait organisé par la Gestapo, avait été condamné pour diffamation envers Gilbert Brustlein.

Sources, Nouvel OBs, DNA





Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Sirene : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.