Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Il y a un an débutait l'affaire Laëtitia, une affaire criminelle hors normes


Article publié par Châteaubriant Actualités le Dimanche 15 Janvier 2012

Le meurtre de la jeune Laëtitia Perrais près de Pornic il y a un an, le 18 janvier 2011, a marqué le début d'une affaire hors normes cumulant meurtre sanglant, intervention politique puis rebondissement sordide avec les viols imputés au père d'accueil de Laëtitia.



Lors du vidage de l'étang de Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantique) ©AFP
Lors du vidage de l'étang de Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantique) ©AFP
Par Alexandra TURCAT

Le 18 janvier, Laëtitia, 18 ans, quitte son service dans un restaurant de la Bernerie-en-Retz (Loire-Atlantique), vers 22H00. Elle est vue pour la dernière fois prenant un verre avec Tony Meilhon, son meurtrier présumé, ancien repris de justice.
 
Mais son corps supplicié et démembré ne sera retrouvé, dissimulé dans deux étangs, que le 1er février, puis le 9 avril, au terme de longues et fastidieuses recherches. Un fait divers glaçant qui a marqué durablement une région, mais aussi l'actualité nationale.
 
L'intervention à chaud dans cette affaire de plusieurs responsables politiques, à commencer par le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, a déclenché une révolte sans précédent des magistrats, d'abord à Nantes, puis dans la Franceentière, paralysant la grande majorité des tribunaux français pendant une semaine en février.
 
Le lieu-dit "Le Casse-pot", petit hameau de la commune rurale d'Arthon-en-Retz (Loire-Atlantique), où se trouvent la maison et les caravanes dans lesquelles résidait le meurtrier présumé, et où s'est déroulé le drame, restera pour longtemps maudit.
 
Tony Meilhon, rapidement identifié, a été interpellé par le GIGN dès le 20 janvier et mis en examen pour meurtre deux jours après.
 
Mais, mutique, il a refusé d'aider les gendarmes à retrouver la jeune femme, alors même qu'avec l'importance des traces de sang retrouvées dans sa voiture, ils la savaient morte.
 
Le 1er février, au lieu-dit "Le Trou Bleu", à Lavau-sur-Loire, un endroitoù Tony Meilhon avait coutume d'aller, les plongeurs découvrent la tête et les quatre membres de Laetitia, lestés dans du grillage à plus d'un mètre deprofondeur.
 
Puis, des semaines durant, chiens et plongeurs vont systématiquement passer au peigne fin tous les autres lacs, étangs, mares ou plages où le meurtrier présumé aurait pu aller dans la journée qui a suivi le meurtre.
 
C'est finalement une promeneuse, le 9 avril, qui signalera une forme flottante suspecte à la surface d'un étang à Port-Saint-Père (Loire-Atlantique). Il s'agissait du tronc de Laëtitia.
 
Un peu plus de deux mois s'écouleront encore, pour les dernières autopsies et analyses nécessaires à l'enquête avant que Laetitia, dans un cercueil blanc, puisse enfin reposer en paix au terme de ses obsèques, le 25 juin, à la Bernerie-en-Retz.
 
Pendant tout ce temps, Gilles Patron, père de la famille d'accueil où Laetitia et sa soeur jumelle Jessica avaient été placées par le conseil général six ans plus tôt, ne cesse de se mettre en avant, supplantant le père biologique, Franck Perrais, qui restera à la porte de l'Elysée quand Gilles Patron et sa femme y seront deux fois reçus par Nicolas Sarkozy.
 
Jusqu'à la veille des obsèques, Gilles Patron dénonce les "violeurs récidivistes", alors même que l'autopsie de Laëtitia, victime d'une trentaine de coup de couteaux et étranglée, a écarté toute preuve de viol.
 
En août 2011, à la stupéfaction générale, c'est Gilles Patron lui-même qui est mis en examen et incarcéré pour viols et abus sexuels sur la soeur de Laetitia, Jessica Perrais, frêle jeune femme brune effondrée de chagrin qu'on avait vue si souvent à son bras. Depuis, il a aussi été mis en examen pour viols sur une autre des jeunes filles qui lui avait été confiées, et abus
sexuels sur deux amies de Laëtitia et Jessica.
 
Le procès de l'affaire Laëtitia pourrait avoir lieu fin 2012 ou début 2013.
AFP




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Sirene : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.