Facebook
Twitter
Mobile
Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Jabul Gorba au Papier-Buvard, ce dimanche


Rédigé par Châteaubriant Actualités le Dimanche 19 Novembre 2017 à 15:53 |

Jabul Gurba, c'est du ska festif et c'est au papier-Buvard, ce dimanche 19 novembre, à 19h30


Jabul Gorba serait-il un des derniers mercenaires du ska-punk français ? Ce groupe originaire des Mureaux dans les Yvelines complote depuis une quinzaine d’années contre le système et a sorti cinq albums, avec une régularité d’horloge : un album tous les trois ans. Jabul Gorba a plus d’une raison de se poser à contre-courant des tendances actuelles du rock. À l’heure des duos qui se multiplient un peu partout (sans doute en raison du coût élevé du personnel), les Jabul Gorba sont une bonne dizaine, jouant toutes sortes d’instruments hétéroclites et gérant un bric-à-brac musical jouissif : accordéon, saxophone, trombone, basse, batterie, guitare, percussions et chant traité à l’alcool de contrebande. Autre originalité, à l’heure où les sons et les inspirations se polissent, deviennent gentils et standardisés, où les paroles des chansons se complaisent dans un nombrilisme inoffensif, la musique de Jabul Gorba s’enfonce dans une jungle menaçante, se défend avec du texte politique irrévérencieux, vient chatouiller les doigts de pied du bourgeois en rappelant à la société bien-pensante qu’il y a encore des énervés irréductibles qui n’acceptent pas de marcher au pas. Bien entendu, avec une telle philosophie, il ne faut pas s’étonner de voir Jabul Gorba relégué dans les tréfonds de l’underground, ignoré des médias officiels et condamné à défendre sa musique par ses propres moyens. Pourtant, le groupe mène vaillamment sa barque et signe avec "La décadence" un cinquième album qui ne s’écarte pas de sa ligne de conduite et contient toujours son lot de folie douce balkanique, de pétarade manouche, de fouillis tzigane, d’anarchisme bon enfant et de chansons excitées et pertinentes. Habitué des festivals de rues, défenseur du bon goût punk libertaire, Jabul Gorba remet le couvert sur ce nouvel album et propose une nouvelle fournée de titres évocateurs de la guindaille centre-européenne, des razzias turco-mongoles déchaînées et rigolardes. Balancées à toute vitesse, les rythmiques virevoltantes captent l’auditeur, lui mettent quelques claques, volent son portefeuille et lui font comprendre qu’il n’en avait de toute façon pas besoin. La musique festive est contrebalancée par des paroles graves, toujours fatalistes sur la condition humaine, remettant en cause le pouvoir des grands et l’ambition vaniteuse des petits. Comme avec "Les ventres", son précédent album, Jabul Gorba livre ici un condensé de sensibilité rebelle et d’empêchement de tourner en rond, hautement recommandé pour lutter contre la morosité et le conformisme ambiants.




Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.