Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Sur les chemins de l'histoire, en pays Pouancéen


Article publié par Châteaubriant Actualités le Samedi 11 Décembre 2010

Au tout début du XXe siècle, Henri Godivier introduisait son « Histoire de Pouancé et des environs » en précisant bien qu’il ne « s’attribuait que le plaisir d’avoir remué de vieux documents ».



Sur les chemins de l'histoire, en pays Pouancéen
André Neau a lui aussi eu ce plaisir de découvrir des pages nouvelles ou oubliées, de les écrire et de les réunir dans le premier tome de ce nouvel ouvrage.
Après avoir patiemment recherché la mémoire du Pays pouancéen, dans les archives anciennes et les plus récentes études, il nous invite à ouvrir les portes de cette « Entrée de France » qu’était alors la ville de Pouancé et à aller « Sur les chemins de l’Histoire, en Pays pouancéen ».

Loin des hautes tours meurtries, gardiennes de la mémoire d’épiques sièges durant la guerre de Cent Ans, les sentiers du Pouancéen seront aussi découvreurs d’une histoire méconnue : celle d’un campement préhistorique à Saint-Michel-et-Chanveaux, de la mystérieuse grotte à Margot dans le bois de Saint-Gilles ou celle de ces tombes oubliées en forêt de Juigné, non loin d’un autre lieu de mémoire : le manoir de La Jonchère.
Cet ouvrage de 260 pages évoquant principalement l’histoire de Pouancé mais aussi celle des communes environnantes est en  en vente à la Maison de la Presse de Pouancé au prix de 28,50€.


Une préface de Jean-Claude Meuret

Que retenir de Pouancé pour qui n’y vit pas, n’en connaît pas l’histoire et ne fait qu’y passer ? Une modeste ville, à la pointe nord-ouest de l’Anjou, et à la porte de la Bretagne ; si l’on circule d’Est en Ouest, une étape à mi parcours du chemin Rennes-Angers, sur la quatre voies du même nom ; si l’on pense du Nord au Sud, une des villes anciennes sur la marche franco-bretonne. Et puis un bel étang dominé par un remarquable château médiéval. Une marche sur les rives du premier, une promenade sous les tours du second, et quelques photographies…

C’est aux antipodes de ces clichés et d’une vision trop rapide que nous convie André Neau, dans un riche ouvrage où il approfondit l’histoire de son pays, des origines jusqu’à la Révolution. Sachant d’ailleurs qu’il se promet d’en rédiger un second qui couvrira la période allant du xixe siècle. à nos jours. Depuis plus de quarante ans, André Neau pratique le Pouancéen, comme instituteur, comme élu, comme homme du pays. Depuis des années, il collecte toutes les informations qui lui paraissent concerner le passé de son canton et de ses environs ; d’abord en se tenant à l’écoute de toutes les découvertes et de tous les travaux de terrain, tels ceux qui ont eu lieu au château ; en lisant et en citant toutes les études historiques qui de près ou de loin touchent à Pouancé, dont certaines rares ou peu accessibles. Et surtout en consultant assidûment et méticuleusement les fonds d’archives départementaux. Là se tient certainement l’intérêt essentiel de son travail, car c’est une mine de documents originaux et presque tous inédits qu’il livre au lecteur. Si certains concernent le Moyen-Age, beaucoup se rapportent à l’Ancien Régime et à la Révolution, périodes où les archives deviennent abondantes.

Les sources écrites constituant la substance même de l’Histoire, André Neau a souvent choisi de s’effacer derrière elles, avec beaucoup de discrétion, se contentant de les citer, mais en les organisant, en les mettant en ordre, en les éclairant. Et ainsi, pas à pas, siècle après siècle, il redonne vie et substance à la chaîne des hommes qui ont fait le Pouancéen, qu’ils soient puissants comme le seigneur Guillaume iii, modestes comme les faux sauniers ou les fombrayeux de la Prévière, ou bien surprenants comme ce roi de carnaval que se donne Carbay, depuis le xiiie siècle et aujourd’hui encore. C’est pour le xviiie siècle que la matière devient la plus fournie, abordant aussi bien le champ de l’économie avec les forges et les tanneries, que celui de la société avec les assemblées paroissiales, l’hôpital, les écoles et enfin celui de la Révolution avec les cahiers de doléances et la chouannerie. Histoire locale, sans doute, mais loin de certains ouvrages mal écrits et romancés, ou pire, de certaines compilations stériles, le livre d’André Neau constitue une vraie et riche monographie, au contenu tout à fait neuf.

A qui penserait que tout cela n’est que passé révolu et de peu d’importance, l’ouvrage suggère discrètement quelques questionnements. Peut-on distinguer une grande et une petite Histoire lorsqu’on met en regard le passage à Pouancé d’un roi de France, Louis xi en 1472, et de milliers de soldats anonymes, lors des sièges de 1432 et 1443 ? L’Histoire ne permet-elle pas d’expliquer la genèse de notre cadre de vie le plus proche, si familier qu’on ne le voit plus, que ce soit une église, la Madeleine, une place, celle des halles, un hôpital, un étang, son moulin ? Ne peut-elle pas nous aider à comprendre qui nous sommes, en nous montrant que nos pensées, nos croyances, nos rapports sociaux ont pour fondations ceux des générations précédentes ? En d’autres termes ne nous éclaire-t-elle pas sur nos racines, notre identité et notre place dans le temps long, au sein d’un monde gagné par la tyrannie de la mondialisation, de l’uniformité et de l’instantanéité ? Et puis, approfondir son passé, fût-il celui d’un modeste canton de l’Anjou comme Pouancé, n’est-ce pas faire preuve, à l’égal d’André Neau, de modestie et de gratitude, en se reconnaissant enfant et héritier des hommes et des siècles passés ?

Autant que le rire, l’Histoire est le propre de l’homme.

Jean-Claude Meuret



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Sirene : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.