Chateaubriant Actualités, Le Site d'Informations de Châteaubriant

Test : Réveillez le consommateur de proximité qui dort en vous.


Article publié par reportage, test et photos Anne Cesbron-Fourrier le Jeudi 11 Juin 2009

Ce test vous concerne si :
- Vous vous dispensez volontiers d'une demi-journée à courir dans les rayons démesurés d'un hypermarché, à pousser votre chariot aux dimensions abyssales après avoir garé votre voiture sur un parking de 12 hectares.
- Vous préférez que ce qui compose votre pot-au-feu ait vu le jour sur de la terre, de la paille et sous le soleil castelbriantais plutôt que sur des mousses arrosées de substances chimiques en hors sol, à l'autre bout de la planète.



Textes et photos : Anne Cesbron-Fourrier 


Vous faites partie de cette catégorie de consommateurs?
Munissez-vous alors d'un stylo et reportez-vous aux résultats.


Là, tout de suite vous rêvez ? 
 
- De nettoyer des rangées de radis 
 
- D'être en goguette en voiture su les routes de la région
 
- Que votre cousin au RMI retrouve
un peu d'espoir
 
- De faire votre marché

Votre devise serait plutôt ?

- La malbouffe ne passera pas par moi

- Le beurre et le sourire de la crémière avec

- Cultivons la solidarité
- La santé dans mon panier
Vous voulez changer ?
 
- La société

- Votre menu

- Le quotidien des plus démunis 

- D'air et de nappes phréatiques

Votre interlocuteur préféré ?

- Un paysan pas loin de chez vous

- Un fermier accueillant 

- Une maraîchère encadrante

- Une agricultrice rassurante

Le bio pour vous ?
 
- C'est mieux

- C'est intéressant

- C'est élitiste

- C'est vital 
Côté cuisine, vous aimez ?
 
- Les valeurs sûres du potager

- Les produits de terroir une fois de temps en temps

- Vous en remettre au bon goût d'un maraîcher

- Retrouver les saveurs d'autrefois

Dans la pratique, vous êtes du genre ?
 
- A remplir votre panier chaque semaine à date et heures fixes

- A vous faire conseiller des nouveautés

- A vous faire livrer vos commandes

- A vérifier les étiquettes


Test : Réveillez le consommateur de proximité qui dort en vous.

Vous avez une majorité de cerises ? Rejoignez une amap

Le concept : Réunir des consommateurs autour d'un producteur  

Avantages : Un vrai lien unit le consommateur et le producteur.
 
"Chez nous, on ne mange plus de riz ni de pâtes", s'amuse Jeanne, mère de famille convertie aux légumes d'une amap. "Plus un repas où mes filles ne me demandent du radis noir ou du chou rave rapé! Et quel plaisir d'écosser des vrais petits pois."  L'amap - ou association pour le maintien de l'agriculture paysanne- est la dernière née en matière de vente directe. L'idée vient du Japon, où en 1960 des mères, inquiètes des conséquences de l'agriculture intensive sur la santé de leurs enfants, s'organisèrent autour de paysans locaux. Les Allemands, les Suisses, les Autrichiens puis les Américains du Nord s'y sont mis à partir des années 80. La France a sauté le pas en 2001, notre département en 2004 et compte, en 2009, 52 amap constituées ou en projet, autour d'une centaine de producteurs, dont 28 en maraîchage.

Comment ça marche? Le consommateur, ou mangeur, s'engage en payant la totalité de sa consommation sur une période définie (en paiement par chèques différés), le plus souvent 6 mois, entre 10 et 20 euros selon sa consommation. C'est cet engagement qui va permettre au paysan d'organiser sa production. La charte nationale interdit l'utilisation de produits chimiques. Bien souvent les producteurs vont plus loin en proposant des produits bio.

"Le foncier est tellement cher que les jeunes ont beaucoup de mal à s'installer. Il faut que les propriétaires soient plus raisonnables, qu'ils acceptent de faire des contrats de fermage de 3 ou 4 hectares pour les jeunes", explique Patrice Hurel, membre du collectif des Amap 44. Question de solidarité. Il faut aussi que les mangeurs s'engagent en comprenant les risques que prennent les paysans, par exemple en abandonnant les herbicides chimiques.

A noter que Châteaubriant n'a toujours pas son amap. Les consommateurs, intéressés par une production de qualité et de proximité sont donc invités à se faire connaître. Même chose pour les producteurs. Dès que le nombre de familles sera  suffisamment conséquent (20 à 30 familles) une soirée d'information publique pourra être organisée par le collectif des Amap 44…

Contacts et inscriptions auprès des Amap de Loire Atlantique  www.amap44.org

Amap, quelques adresses :
Vay : Amap la Ringaudière. Ferme de la Chesnaie
Bouvron : Amap du Friche Blanc
Grandchamp-des-Fontaines : Amap de Grandchamp
Ancenis : Amap Ancenis. La Marchanderie
Mauves-sur-Loire : Amap Mauves. Champ de foire
Sucé-sur-Erdre : Amap de Mazerolles. La Papinière
La Chapelle-sur-Erdre : Amap la Chapelle. Ferme du Plessis. Démarrage octobre 2009


Test : Réveillez le consommateur de proximité qui dort en vous.

Vous avez une majorité de Poires ? Poussez la porte de la ferme

Le concept : acheter en vente directe vos produits sur leur lieu de naissance  

Avantages : découvrir les exploitations et les acteurs de notre région
 
Leur clientèle en vente directe est originaire des villages voisins. C'est le bouche-à-oreille et les panneaux en bord de route qui assurent la publicité. Bien souvent les producteurs sont également présents sur les marchés. Lapins, porcs, volaille, fromage, miel, oeufs … reste à reconnaître les stands et camions aux couleurs d'un village voisin. Dans certains cas, la cueillette est proposée directement sur l'exploitation.

Ce que vient chercher le consommateur : des produits de saison et la satisfaction de s'inscrire dans une démarche solidaire vis-à-vis d'un producteur local.  

Bon à savoir pour les Castelbriantais : à Rougé un couple de producteurs, maraîchers bio, propose des paniers bio (10 et 14 euros). Mathias Martin et Céline Guilleux se sont inspirés de l'organisation "amap" (lire rejoignez une amap). "Je  reste très prudent devant l'emballement autour des amap. Je préfère attendre deux ans et voir si les consommateurs sont toujours là. J'ai peur que ce soit une mode", explique Mathias Martin. "C'est un vrai engagement de leur part. Il faut bien qu'ils comprennent que ce ne sont pas eux qui décident de ce qu'il y a dans les paniers". Cette "contrainte", explique paradoxalement en partie  le succès  des paniers bio hebdomadaires. "Beaucoup de nos clients ont choisi ce mode de consommation justement parce qu'ils n'ont pas le choix, ils doivent faire avec les légumes qu'on leur propose. Sans se prendre la tête", s'amuse le maraîcher.  

Contact : Matthias Martin et Céline Guilleux,  La Gélardière  44660 Rougé. Tel : 02 40 55 05 21 (laisser un message).larainetteverte@orange.fr. Distribution le vendredi, 17-19h. Présent sur le marché de Châteaubriant le mercredi matin (trottoir de la librairie le Farfadet).
 

Quelques adresses :  

Porc : Erbray. La ferme des fours à chaux. 02 40 55 03 90
Légumes bio. Blain. Le Jardin du Perche 06 33 96 91 45
Fruits et plants aromatiques. Lusanger. Ferme Fruitière de la Florençais. 02 40 28 68 12
Fruits et légumes à cueillir, volailles, pain et fleurs. Le Cellier. Ferme fruitière du Bois Macé. 02 40 25 45 63
Légumes de saison, bois de chauffage. Vay. La Ferme du Château. 02 40 87 93 80
Légumes. Rougé. La Gélardière. 06 18 28 26 46
Viande bovine, produits laitiers. Héric. Gaec les 4 Saisons. 02 40 77 63 91
Boeuf Montbéliard. Châteaubriant Earl de la Rousselière 02 40 28 07 77
Pain, viennoiseries bio. Mouais. Fournil du Verger. 02 40 28 63 47
Fromages, beurre.  Abbaretz. 02 40 87 03 72
Fromages de chèvre bio, porc bio. Saint-Julien-de-Vouvantes La Baudussais.02 40 55 50 08


Test : Réveillez le consommateur de proximité qui dort en vous.

Vous avez une majorité de Fraises, Faites un bon geste en direction des chantiers d'insertion

Le concept : participer à la réinsertion de chômeurs de longue durée  ou de bénéficiaires du Rmi

Avantages : livraison à domicile ou sur de nombreux points de distribution   

Le monde de l'insertion est vaste : entretien de patrimoine, jardinage, restauration de meubles… et maraîchage. Ainsi des légumes, principalement, sont cultivés, récoltés et vendus sous forme de paniers à des familles adhérentes. Dans le cadre de contrats aidés, des salariés rémunérés sur la base du smic remettent le pied dans le monde du travail, encadrés par une structure de suivi et de conseil. "Du côté des consommateurs, l'intérêt est de s'approvisionner en produits locaux, variés à un tarif raisonnable et bien entendu de participer à une action de solidarité", explique Jean-Luc Périchon, responsable de l'association Ancre qui emploie 8 salariés, anciens allocataires du RMI, à Nort-sur-Erdre et Ligné. Les paniers sont au prix de 8 et 10 euros. On y trouve en ce moment des pommes de terre, des courgettes, du fenouil, des oignons blancs, des carottes, concombres… bio.

Clin d'œil : Du côté de Saint-Nazaire et Saint-Sébastien, on trouve une autre forme de "jardins solidaires", les jardins du Cœur. "C'est une quarantaine de salariés en insertion qui cultivent deux jardins et qui  produisent des légumes de qualité pour les bénéficiaires des Restos du Cœur, uniquement en circuit fermé donc", explique Sylvie Rateau, présidente de l'association départementale des Restos du Cœur.  

Contacts :  

Ancre à Nort-sur-Erdre et Ligné : 02 40 29 57 60
Jardins de Cocagne nantais : 02 40 68 91 67
Oser forêt vivante à Rezé : 02 40 05 45 16
Association Vital à Bonnœuvre : 02 40 97 41 28

Test : Réveillez le consommateur de proximité qui dort en vous.

Vous avez une majorité de Kiwis ? Vivez bio

Le concept : la préservation de l'environnement et la santé vont de pair.  

Avantages : La simplicité, le naturel, le bon sens. "On a toujours mangé bio. C'est dans les années 60, que l'on nous a contraints à manger de la m…". Parole de Jean-Paul Jaud, réalisateur en colère de "Nos enfants nous accuseront", présent à Châteaubriant le 5 avril 2009. (lire article :Nos enfants accusent déjà)
On sait que la bio a le vent en poupe, reste à faire en sorte que la production locale soit favorisée, simple question de logique environnementale. La Loire-Atlantique "bonne élève" est le 2e  département français en surfaces bio, derrière La Drôme. Plus de 22 000 hectares sont en bio, soit 5,5 % de la surface agricole utile et environ 350 exploitations. La production bovine est majoritaire. Les autres productions animales sont plus faiblement représentées : 19 exploitations en volaille, 16 en ovins-caprins et 6 en production porcine. Côté productions végétales, une trentaine d'exploitations produisent principalement des céréales pour l'alimentation animale, humaine ou pour la transformation en pain sur la ferme. On compte également 14 exploitations viticoles et  5 fermes en arboriculture (*).
Un nouveau combat a pris de l'ampleur ces derniers temps, notamment grâce au film "Nos enfants nous accuseront": la bio en restauration collective, autrement dit à la cantine. Lors du festival Bretagne Vivante qui s'est tenu à Moisdon-la-Rivière le 17 mai dernier, une table ronde a permis de revenir sur des réalisations locales. A Saint-Julien-de-Vouvantes, les parents d'élèves ont démontré que le passage à la bio était faisable, en association avec les producteurs du coin. Les repas "tout faits" et réchauffés sur place ont disparu au profit d'une vraie cantine où l'on épluche désormais les légumes, où l'on sert des produits laitiers locaux… On y propose même des repas végétariens. Les enfants ont compris tout l'intérêt des légumineuses et des céréales complètes…. Nozay et Blain leur ont emboîté le pas. Une pétition circule à Châteaubriant en ce sens. Et à Moisdon, "faute de mieux", trois familles s'organisent à tour de rôle pour ouvrir leur table bio le midi… en attendant que la cantine saute le pas biologique.
(*source : Gab 44)

Contact : Groupement des agriculteurs biologiques 44. 02 40 79 46 57. Le Gab édite une jolie brochure sur laquelle vous retrouverez toutes les adresses bio : restaurants, magasins, ventes directes bio à la ferme… téléchargeable sur www.gab44.org

Le 18 juin : une journée nationale pour le bio à la cantine

Avec la campagne « Oui au bio dans ma cantine » le WWF-France appelle tous les parents d’élèves à se mobiliser le 18 juin pour convaincre le maire de leur commune de privilégier les produits issus de l’agriculture biologique dans chaque cantine scolaire et de mettre en œuvre des mesures concrètes pour inciter les agriculteurs de son territoire à passer au bio.

Pour Châteaubriant écrire à cantinebio@chateaubriant.homelinux.org

Les marchés 100 % bio en 44 :  
Marché du P'tit Bourg. Petit Auverné. 1er vendredi du mois. 16-19h.
Marché à la ferme Moulin de la Guerche. Saint-Brévin-les-Pins. Mardi 16-19h.
Marché à la ferme. Route d l'Hôtel Saffré à Vay. Vendredi 16-19h.
Marché à la ferme de la Ruche à pain. 19, la feuillé à la Chapelle Launay. Vendredi 16-19h
Marché de Trentemoult. Rezé. Samedi matin.
Marché du Bouffay. Place du Bouffay à Nantes. Mercredi matin.
Hangar bio. 3, rue de Nantes à Pornic. 16-19h.



Nouveau commentaire :

Vous avez toute possibilité d'écrire et de vous exprimer sur tout sujet vous tenant à coeur.
Vous connaissez les règles. Aucune atteinte à la personne et c'est tout. Bonne plume.


Pour nous joindre
chateaubriant@orange.fr
06 79 50 86 79




Châteaubriant Actualités édité par ADSL et A.M - Les articles et les visuels font l'objet de droits.ISSN 2257-8501.Déclaration 1143762 CNIL Sirene : 498 366 988 00026-APE : APE 5813 20Z. CPPAP ( Commissison Paritaire des Publications et Agence de Presse ) service de presse en ligne reconnu par l’État sous le n° 0617 W 92737.