Connectez-vous avec nous

Châteaubriant

Chorale recherche choristes désespérément

Les Marches de Bretagne, chœur de voix aimerait voir ses rangs grossir. La chorale, sous la direction de Pierre-Olivier Bigot, recherche des voix masculines en particulier.

Publié sur

sur

chorale-recherche-choristes-desesperement

Chorale recherche choristes désespérément. La Chorale des Marches de Bretagne est certainement le plus ancien chœur de voix du nord de la Loire-Atlantique. Aujourd’hui, c’est une vingtaine de femmes et d’hommes qui constituent cet ensemble. Il a compté plus de 60 choristes à une époque. Ce chœur a été dirigé par des chefs prestigieux. Ainsi, Michel Bassereau, directeur de l’école de musique qui deviendra le conservatoire, mais également Daniel Jégard ou le très grand Roger Hiérinomus, qui fut président de l’opéra du Rhin, dirigèrent le chœur de voix castelbriantais.

Jusqu’à 60 choristes

C’est désormais Pierre-Yves Bigot, professeur au Conservatoire intercommunal de Châteaubriant, qui dirige cet ensemble. Pierre-Yves Bigot est reconnu pour son sens de la pédagogie et de la transmission du savoir. De l’avis de toutes et de tous, il sait mettre de la confiance dans les êtres. Il emmène ses élèves à un très bon niveau et les fait progresser. Dans un chœur, il faut savoir doser la part de l’individu et de l’ensemble.

A la recherche de voix d’hommes

Confortée par le succès de ses deux concerts de Noël, la Chorale des Marches de Bretagne de Châteaubriant espère accueillir quelques nouveaux adeptes à la rentrée de janvier.

Les Marches de Bretagne vous donne rendez-vous le 4 janvier 2022, à 20 h,  au Conservatoire Intercommunal de Châteaubriant, 6, rue Guy Moquet.

C’est le lot de toutes les chorales en général un peu partout et à Châteaubriant en particulier. Le chœur Les Marches de Bretagne manque cruellement de voix masculines.

« L’idéal est de trouver des couples, qui viennent chanter ensemble…ça peut les motiver. Mais le chœur accueille toutes les personnes désireuses de chanter et de s’améliorer» souligne Bernadette Provost, cheville ouvrière depuis tant d’années.