La CGT refuse de saluer François Hollande en visite à STX

Après avoir salué les élus locaux, François Hollande s’est fait présenter par le directeur général de l’entreprise  les spécificités du plus grand portique d’Europe, capable de soulever des blocs de 1400 tonnes, et installé il y a 18 mois sur les chantiers navals. Le président de la République a également échangé et plaisanté avec la cinquantaine de cols bleus rassemblés pour l’occasion.

Accompagné de son ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, François Hollande s’est ensuite fait présenter par Laurent Castaing les nouveaux ateliers dédiés aux énergies marines renouvelables, où STX construit des fondations d’éoliennes off-shore et des sous-stations électriques. Deux contrats portant sur 50 et 100 millions d’euros ont déjà été signés, a dit Laurent Castaing.

François Hollande a ensuite voulu saluer les quatre syndicats de STX (FO, CFDT, CFE-CGC et CGT). Des quatre binômes, seul celui de la CGT a refusé de serrer la main du Président de la République, lui reprochant de ne pas dénoncer la « violence  patronale » dans le dossier Air France. « Aujourd’hui, 40 licenciements sont aussi en cours à STX Lorient, et vous y prenez part, quelque part, à travers la participation de l’Etat dans l’entreprise », a dénoncé Sébastien Benoit (CGT). « Il n’a donc pas de politesses à échanger, mais des actes à avoir. »

Le président a visité plusieurs salles en construction de l’Harmony of the seas, notamment une patinoire en construction. C’est la première fois qu’une patinoire est construite à St Nazaire.

Il s’est aussi arrête dans la future salle de spectacles, immense amphithéâtre.
« on a dit que Saint-Nazaire voulait la même » a plaisanté le président.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page