Connectez-vous avec nous

Bonjour, que recherchez-vous ?

Châteaubriant

La Ligne TER Rennes-Châteaubriant rouvre ce lundi

Ce dimanche soir, en gare de Châteaubriant, l'autorail attend pour prendre son service vers Rennes ce lundi matin. © Alain Moreau.

La Ligne TER Rennes-Châteaubriant rouvre ce lundi au trafic voyageur. Dès à présent on sait que la ligne sera déficitaire. Le choix de la SNCF et des élus n’est pas le bon, et cela était connu depuis le départ.

Que les choses soient claires dès le départ : Il n’y aura jamais de ligne Rennes Nantes par Châteaubriant. Le TGV fait Paris-Nantes et Paris-Rennes en 1h27mn. La suite logique est de poursuivre la ligne de Rennes vers Vannes, Lorient et d’ainsi mettre Quimper à trois heures de Paris. A la région Bretagne, la nomination du nouveau vice-président au transport n’est pas une surprise. Il s’agit de Michaël Quernez, maire de Quimperlé et premier vice-président de la région. Il est clair que la ligne Rennes-Châteaubriant est une ligne secondaire. Et elle le restera toujours.

la-ligne-ter-rennes-chateaubriant-rouvre-ce-lundi

A la direction de transports et de la mobilité de la région Bretagne, on confirme le matériel utilisé sur l’axe Rennes – Châteaubriant. Il s’agit soit de trains TER X73500 (les trains sont composés de deux ou 3 rames de x 73500), soit des trains TER AGC bi-mode, bi-courant. Cette information est confirmée sur le site

Les trains 73500 sont à l’origine de nombreux accidents ferroviaires

On se souvient en gare de Sainte-Pazanne le 12 octobre 2015 : le déshuntage de l’autorail a engendré le changement de position de l’aiguillage sur lequel il était encore en train de rouler, le faisant dérailler. Auparavant, des incidents graves ont eu lieu dans le sud-ouest, la région Auvergne et le Finistère causant la mort de la conductrice du véhicule.

Rennes-Châteaubriant sera une ligne polluante

Ces trains d’un poids de 50 tonnes à vide consomment 200 litres de fuel lourd au 100 kms. Il s’agit de matériel ancien. Ceux qui sont utilisés en Bretagne circulent depuis 2001. Ils roulent par deux à minima pour donner plus de poids et éviter les “deshuntage” même si c’est surdimensionné.

En moyenne, le TER est donc 14 fois plus émetteur de CO2 que le TGV, et 4,5 fois plus que l’Intercités. Mais son taux de remplissage est aussi plus faible : 26%, ce qui fait en moyenne 84 passagers effectifs par train. ( source https://www.autorite-transports.fr/observatoire-des-transports/marche-du-transport-ferroviaire/)

Cinq allers-retours par jour du lundi au vendredi

Les départs de Châteaubriant ont lieu à 6 h 02, 6 h 42, 7 h 23, 9 h 02, 14 h 13, ainsi qu’en car à 17 h 45 (correspondance train à 18 h 30 à Retiers).
Les départs de Rennes à 7 h 28, 12 h 53, 17 h 35, 18 h 15, 19 h 39.
Les gares desservies sont la Poterie, St Armel, Vern-sur Seiche, Corps-Nuds, Janzé, Le Theil-de-Bretagne, Retiers, Martigné-Ferchaud et Châteaubriant.

Le samedi, les trains partent de Châteaubriant à 8 h 12, 13 h 12, 17 h 12, et de Rennes à 10 h 35, 14 h 35, 18 h 35. Le dimanche, départs de Châteaubriant à 13 h 12 et 17 h 12, et de Rennes à 15 h 18 et 18 h 35. Les horaires du 30 août au 3 décembre 2021.

La Région paie 80 % du prix réel d’un billet, l’utilisateur en paie 20%

La Région Bretagne tente de reconquérir ses voyageurs en proposant des prix ronds, un aller-retour pour le prix d’un aller. Cela présente néanmoins quelques contraintes pour l’utilisateur.

Le matin par exemple, seul le train qui part à 6h02, les deux trains suivants ne bénéficient pas de cette offre. Et de toutes les façons, c’est la région qui paie le manque à gagner, donc, là encore, le contribuable. Les associations d’usagers n’ont jamais pensé à un seul moment que l’investissement et le fonctionnement se répercutent sur le prix total du billet.

Beaucoup d’utilisateurs  qui font le déplacement fréquemment ont pris le parti de la voiture, seul ou en covoiturage. Aujourd’hui l’utilisateur préfère un BlablaCar.

Cela lui coûtera 5 euros le trajet Rennes-Châteaubriant.

 

L’ACCRET, une association tournée vers le passé

Philippe Rajalu est heureux d’annoncer que l’ACCRET siège au Comité de pilotage de la ligne Rennes-Châteaubriant. Il est vrai que l’association dont il est président  ne dérange pas les élus de la Région Bretagne. Il s’agit de quelques retraités nostalgiques du train. L’ACCRET ne représente qu’elle même et certainement pas l’ensemble des utilisateurs de la ligne. La majorité des utilisateurs du train sont les collégiens et les employés qui font le trajet domicile-travail.

Le train : une solution inadaptée pour la ligne Rennes-Châteaubriant

Rejoindre la capitale bretonne, à partir du nord de la Loire-Atlantique, soit 58 kms en 1h et 13 mn n’a rien d’un exploit. Cela fait une moyenne de 51 km/h.

Des lignes régulières ont choisi l’autobus électrique. Depuis avril 2018, entre Amiens et Paris la Défense, c’est un autobus grand confort qui parcourt les 150 kms qui séparent les deux villes.

La SNCF et la Région Bretagne réfléchissent à implanter une ligne avec un bus électrique en lieu et place de la ligne Roscoff-Morlaix. Cette solution serait beaucoup plus économe que de refaire une voix ferrée. ( les éboulements de terrain rendent inabordable le coût d’une réfection en voie ferrée vu le poids des trains). Un bus en site propre est aussi sûr qu’un train en terme de sécurité des passagers.

Il était moins fastidieux, de déposer la voix ferrée et de concasser le ballast sur place.

On pouvait faire circuler des bus électriques de grand confort en site propre

Il était dès lors possible, puisqu’il s’agit d’une emprise de deux voies ( de largeur) de faire cohabiter une piste cyclable entre Châteaubriant et Rennes à l’instar de la liaison douce qui ouvre d’ici quelques jours entre la gare de Châteaubriant et la rue Foch.

Une liaison douce entre la gare et la rue Foch rejoint la voix verte vers Soudan. Elle a pour but d’accompagner les lycéens.

Et à ceux qui parlent des limites de l’électrique, l’hydrogène pointe son nez et sera la norme dans les années à venir.

La technologie électrique est aujourd’hui au point. A coté des chinois Yutong et BYD, il y a l’Espagnol Irizar et le Breton Bolloré. En septembre 2020, Rennes Métropole validait l’acquisition de 92 autobus eCitaro électriques Mercedes-Benz. D’une autonomie de plusieurs centaines de kms, il sont beaucoup moins polluants., et surtout beaucoup plus silencieux.

42,9 millions d’euros et quelques années de perdues la réouverture de la ligne Rennes-Châteaubriant ne satisfait personne.

A lire également l’article très documenté de notre confrère de France-Info sur les TER.

 

Articles similaires

Loire-Atlantique

Aéroport de Nantes Atlantique : les nouvelles mesures ont été annoncées ce lundi 20 septembre 2021. Une piste rallongée de 400 m La DGAC ...

Châteaubriant

Châteaubriant : une liaison douce entre la gare et le lycée d’une part et entre la gare et le pôle intermodal, au sud, d’autre...

Plein les Yeux

Le bousier : photo coup de cœur de l’ONF.  L’Office National des Forêts organisait son concours photo  “Destination Forêt”. A chacune, chacun de ramener...

Théâtre

Théâtre : L’Étourdissement à Rouans et Guérande. L’Espace Cœur en Scène de Rouans la programme mardi 21 septembre 2021, à 20h30. La semaine suivante,...

X