Latifa Ibn Ziaten à la rencontre des jeunes Castelbriantais

Le 11 mars 2012, Latifa Ibn Ziaten perdait son fils Imad, tué à Toulouse par Mohamed Merah. Depuis, cette mère courage a créé l’association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix, afin de « sauver ceux qui sont à l’origine de sa souffrance ».

Latifa Ibn Ziaten vient à la rencontre des Castelbriantais, jeudi 1er décembre 2016, de 10h à midi, au centre paroissial, rue St Georges. Elle vient mettre en garde les jeunes contre toute forme de violence et d’intolérance.

 » Je n’ai pas grandi dans la haine. Pourtant, j’ai payé le prix de cette haine, en perdant un enfant.  Plutôt que de céder à la méfiance, j’ai décidé de tendre la main aux jeunes qui se sont perdus. Pour cela, je suis allée à leur rencontre, je les ai observés et j’ai tenté d’instaurer un dialogue avec eux. Mon objectif ? Faire comprendre à ceux qui disent que des personnes comme Mohamed Merah sont morts en martyrs, en héros, qu’ils ont tort. »

Depuis le 9 mars 2016, une maison, portant le prénom de son fils, a ouvert à Garges les Gonesses. Un lieu, ouvert aux parents et aux enfants pour promouvoir les valeurs de tolérance et de paix entre les communautés et pour combattre la radicalisation des jeunes.

Œuvrer à la mise en place d’un authentique dialogue interreligieux, prévenir les dérives sectaires et extrémistes, notamment dans certains quartiers où l’extrémisme, est à l’œuvre depuis plusieurs années, et où la délinquance ne connaît plus de limites. Mettre sur pied une structure éducative laïque et républicaine, appuyée par une cellule d’écoute religieuse multiconfessionnelle, chargée d’intervenir en milieu carcéral ainsi que dans les écoles, particulièrement celles des quartiers où la jeunesse se voit en proie au désarroi et subit le règne du non-droitPromouvoir la laïcité et affirmer haut et fort qu’elle ne signifie pas le rejet de la religion, mais au contraire, le droit de vivre sa foi, tout en ayant l’obligation de respecter celle des autres ainsi que les lois de la République. Créer un cadre public et officiel pour favoriser la discussion et les rencontres entre les acteurs de la vie citoyenne et les forces vives du pays, parmi lesquels les chefs d’entreprise, avocats, juges, policiers, enseignants, médecins, dignitaires religieux, la liste n’étant pas exhaustive.

Latifa Ibn Ziaten explique aux jeunes que la France se caractérise aujourd’hui par une diversité culturelle plus grande que par le passé. C’est pourquoi elle n’a jamais eu autant besoin de la laïcité, laïcité qui garantit à tous les citoyens quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses, de vivre ensemble dans la liberté de conscience, la liberté de pratiquer une religion ou de n’en pratiquer aucune, l’égalité des droits et des devoirs, la fraternité républicaine. La laïcité c’est la liberté d’avoir une opinion sous réserve du respect des principes de liberté de conscience et d’égalité des droits.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page