Châteaubriant

Les attentes des entreprises de Châteaubriant-Derval-Nozay

Élections municipales : Les entreprises de Châteaubriant-Derval -Nozay interpellent les candidats et formulent leurs propositions

Les attentes des entreprises de Châteaubriant-Derval-Nozay. Ce mardi matin, 11 février 2020, les entrepreneurs du nord du département étaient réunis à Châteaubriant. Dans la perspective des élections municipales de mars 2020 et afin d’interpeller les candidats des 207 communes du département, la CCI Nantes St-Nazaire a mené une grande enquête à laquelle 824 chefs d’entreprise ont répondu. Cela débouche sur une douzaine de propositions prioritaires afin de favoriser le développement économique et la création d’emplois dans les territoires. Pour coller aux réalités et aux spécificités locales, cette enquête a été déclinée à l’échelle des Conseils Territoriaux afin de faire émerger les attentes locales très concrètes des dirigeants d’entreprises.

Les décisions que prendront les candidats élus lors des prochaines élections municipales auront un véritable impact sur les conditions du développement économique.

Autant que sur celui de l’emploi sur les différents territoires de Loire-Atlantique.

C’est pourquoi, afin de porter la voix des entreprises, 80 chefs d’entreprise élus de la CCI ont identifié 36 propositions dans le champ de compétences des communes et des intercommunalités.

Par voix d’enquête, ces propositions ont été soumises à tous les entrepreneurs de Loire-Atlantique. Et 824 d’entre eux expriment leur opinion vis-à-vis de ces propositions.

À l’échelle de la Loire-Atlantique, sur ces 36 propositions, 12 d’entre elles ont été jugées prioritaires par les entrepreneurs du département avec un assentiment dépassant les 80%.

Pour aller plus loin et répondre aux enjeux locaux, les entreprises membres des 7 conseils territoriaux du département, complètent ces propositions.

Les attentes des entreprises de Châteaubriant-Derval-Nozay

Parce que les questions liées à l’activité économique locale ont tout intérêt à être traitées par des chefs d’entreprises implantés sur le territoire, la CCI Nantes St-Nazaire s’appuie sur des conseils territoriaux à l’échelle des bassins de vie économique de la Loire-Atlantique

Lors de la consultation menée par la CCI Nantes St-Nazaire à l’occasion des élections municipales, les entreprises membres du Conseil Territorial de de Châteaubriant-Derval-Nozay expriment un certain nombre d’attentes propres à leur territoire.

Mobilité et Transition environnementale

En matière de mobilité, les entreprises du Conseil Territorial souhaitent la mise en place d’un plan intercommunal de mobilité. Celui-ci pourrait développer les aires de covoiturage et l’auto-stop organisé, encourager une tarification incitative pour les transports en commun, améliorer l’accès aux zones d’activités, sécuriser les voies de mobilités douces …

L’amélioration des conditions d’accès routiers et ferroviaires vers Nantes figure également au cœur de leurs attentes, les entreprises locales souhaitant notamment voir développer une liaison ferroviaire entre Nantes et Rennes passant par Châteaubriant et que l’accessibilité routière du territoire vers Nantes, Rennes et Angers soit renforcée.

Enfin, les entreprises pointent la nécessité d’encourager l’utilisation du tram-train. Et ce en améliorant le service aux usagers. Face à cet enjeu, la fiabilité du service doit être renforcée, des offres tarifaires attractives proposées ….

Foncier économique

Pour les entreprises locales, il convient de mieux associer les entrepreneurs à l’accueil de projets d’implantation. Dans cette optique, les entrepreneurs locaux pourraient endosser le rôle d’ambassadeurs du territoire, en lien avec les porteurs de projets.

Attractivité du territoire

En matière d’attractivité, les entreprises du Conseil Territorial émettent de nombreuses propositions de nature à changer le regard des actifs sur le territoire. Elles souhaitent notamment la mise en valeur de la qualité urbaine et historique de la ville, via notamment l’éclairage du château de Châteaubriant, la réhabilitation de bâtiments anciens …

Dans le même esprit, elles préconisent la mise en valeur des atouts, de la qualité de vie du territoire, mais aussi des acteurs innovants du territoire (circuits courts, transition énergétique, entreprises leaders …).

Pour répondre aux attentes des actifs et en attirer de nouveaux, elles souhaitent voir proposée une offre de logement adaptée et qualitative (location, accession, incitation à la rénovation …). Les services d’accueil pour les jeunes enfants (services de crèches adaptés aux besoins des entreprises et de leurs collaborateurs) doivent également être développés, ainsi que les parcours de soins pour conforter l’offres de services sur le territoire.

L’accès à la fibre et à la 5G figure également au cœur des préoccupations des entreprises du territoire. Elles pointent également du doigt la nécessité d’encourager le maintien et le développement d’activités économiques dans les centres-villes et centres-bourgs. Et notamment la création de nouveaux locaux d’activités.

Commerce

Aux yeux des entreprises, il est capital de créer un environnement urbain propice au développement du commerce et des activités. Dans ce cadre, la qualité urbaine doit être privilégiée, le maintien des activités artisanales et de services encouragée, ainsi que l’accès à des loyers modérés.

Il leur semble également important d’accompagner la mutation du commerce de centre-ville qui n’est plus nécessairement adapté aux attentes des clients. Dans cette optique, un travail sur le déplacement PMR, les horaires d’ouverture, la transition digitale des commerçants … méritent d’être engagés.

Les entreprises du Conseil Territorial soulignent enfin qu’il est important de développer une politique commerciale cohérente entre le centre-ville et la périphérie, via notamment le développement de partenariats sur des actions commerciales

Animation économique

Les entreprises du Conseil territorial note l’importance d’associer les entreprises à l’élaboration des projets économiques du territoire et de développer les coopérations avec les territoires voisins.

Elles souhaitent par ailleurs voir favoriser les échanges entre les intercommunalités et les entreprises. Via notamment des temps d’échanges réguliers et davantage de communications sur les opérations qui concernent les entreprises.

La mise en valeur des produits et des artisans locaux constitue également à leurs yeux un axe important.

Fiscalité locale

Les entrepreneurs locaux souhaitent une stabilité de la fiscalité locale sur les entreprises et le soutien à une politique de loyer accessible dans les centres-villes.

Les entreprises du Conseil territorial notent également l’importance d’actions de soutien à l’installation de nouvelles entreprises avec des aides et des accompagnements, notamment en communiquant sur les avantages de la ZRR (Zone de Revitalisation Rurale), en élargissant le dispositif « boutique éphémère » et « boutique test » aux communes …

Les 12 propositions prioritaires des entreprises de Loire-Atlantique

Stabiliser la fiscalité locale sur les entreprises (94% des dirigeants répondants jugent cette proposition prioritaire)

Les collectivités ne doivent pas augmenter la pression fiscale et privilégier une fiscalité incitative en faveur notamment en faveur de la transition écologique (stratégie bas carbone, développement de l’hydrogène, énergies renouvelables …)

Inciter au développement de formations locales en adéquation avec les besoins des entreprises (91% des dirigeants répondants jugent cette proposition prioritaire)

La présence d’une main d’œuvre formée localement, notamment via l’apprentissage, est un élément de réponse majeure face aux problématiques de recrutement rencontrées par les entreprises

Améliorer les conditions de déplacement, et notamment celles de la circulation routière (90% des répondants jugent cette proposition prioritaire)

L’engorgement routier croissant fait peser une menace sur le fonctionnement des entreprises : en lien avec en lien avec l’Etat, la Région et le Département, des mesures fortes sont nécessaires pour fluidifier l’accès aux bassins d’emplois (aménagements de voiries, voies dédiées au covoiturage…).

Mieux associer, en amont, les entrepreneurs aux projets des collectivités (89% des répondants jugent cette proposition prioritaire)

Les entreprises ont besoin de connaître les intentions des collectivités pour en tenir compte dans leur propre stratégie. Elles souhaitent aussi, en direct ou via les chambres consulaires, participer aux décisions publiques qui les concernent. Et notamment être acteur du développement économique de leur territoire.

Créer un environnement urbain propice et accueillant pour développer le commerce en centre-ville (89% des répondants jugent cette proposition nécessaire)

La sécurité, la propreté, l’accès et le stationnement sont des conditions indispensables pour redynamiser le commerce et accroître la fréquentation des centres-villes.

Améliorer l’accueil des chefs d’entreprises et des porteurs de projet (86% des répondants jugent cette proposition prioritaire)

Avec l’appui des chambres consulaires et aux côtés des réseaux économiques locaux, les collectivités doivent faciliter l’implantation des entreprises sur le territoire.

Maintenir les activités productives et artisanales qui sont actuellement installées dans les centres-villes (86% des répondants jugent cette proposition prioritaire)

Avec un foncier qui se raréfie, les centres-villes sont aussi des lieux où doivent pouvoir s’implanter et se développer les activités économiques, pour répondre aux besoins des habitants et limiter la consommation d’espaces agricoles et naturels.

Faciliter la mobilité des professionnels qui ont besoin de se déplacer, de livrer et d’intervenir dans les coeurs de ville (85% des répondants jugent cette proposition prioritaire) 

Les cœurs de ville sont des lieux majeurs de l’activité économique : il faut prendre en compte les flux générés et accompagner la transition énergétique de la logistique urbaine (mutation vers de nouvelles motorisations : électrique, GNV, hydrogène, biocarburants…).

Soutenir le déploiement généralisé de la fibre et du réseau mobile (83% des répondants jugent cette proposition prioritaire)

Les collectivités doivent accompagner l’effort de déploiement pour que toutes les zones d’activités et entreprises aient accès au très-haut-débit.

Améliorer la desserte des zones d’activités, en priorité par les réseaux de transport en commun ([82% des répondants jugent cette proposition prioritaire)

Les ZA concentrent 60% de l’emploi privé : il est crucial qu’elles soient bien desservies par des modes alternatifs à la voiture individuelle, car la mobilité est déterminante pour le recrutement des salariés.

Développer, dans chaque EPCI, des « Plans de Mobilité Économique » (82% des répondants jugent proposition prioritaire)

À l’échelle d’un bassin de vie économique, il s’agit de mettre en place un plan d’actions concret et dédié à la mobilité des salariés et des professionnels : covoiturage, télétravail, bureaux partagés, horaires décalés, adaptation des transports en commun, promotion du vélo et des déplacements doux…

Coordonner les actions entre intercommunalités voisines (81% des répondants jugent proposition prioritaire)

L’activité économique n’a pas de frontière : les stratégies économiques et foncières, la gestion de l’environnement et les politiques de déplacements doivent dépasser les limites administratives

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer