Monsieur Hunault, qu’avez-vous fait des 100 millions du Département ?

Nous sommes d’accord avec les nouveaux Conseillers départementaux de Châteaubriant : le Castelbriantais mérite mieux. Mais les conseillers départementaux de droite du canton de Châteaubriant se trompent de cible en s’en prenant au président du Département.

Depuis que la gauche est à la tête du Département, ce dernier a versé près de 19 M€ d’aides à la communauté de communes du Castelbriantais dans le cadre des contrats de territoire. Soit 551 €par habitant quand la moyenne départementale s’élève à 280 €. Le double ! Philippe Grosvalet, président du Département, et son équipe mènent donc une véritable politique de solidarité territoriale à l’échelle de la Loire-Atlantique.

Outre le tram-train, pour lequel nous avons contribué à hauteur de 62 M€, le Département a multiplié les investissements en faveur des infrastructures routières dans le Castelbriantais : le montant total représente une enveloppe de 15 M€ sur ces dix dernières années, sans oublier les millions consacrés à l’entretien des routes.

Mais alors, pourquoi le Castelbriantais serait-il oublié ? C’est la vraie question. Celle que ne veulent visiblement pas se poser Catherine Ciron et Bernard Douaud. Car la réponse est à chercher chez leurs amis qui tiennent les rênes de la communauté de communes : si le Pays de Châteaubriant est mieux aidé que les autres mais ne profite pas de la croissance que connaissent tous les territoires de Loire-Atlantique, ce n’est pas une question de moyens mais bien d’un manque de vision et d’ambition politique.

La solidarité départementale dilapidée

Illustration : le Département propose des projets culturels de territoire pour accompagner les communautés de communes qui souhaitent développer des actions culturelles. Les résultats sont là : certaines communautés de communes, dont celles de la Région de Nozay, du Pays d’Ancenis et d’Erdre et Gesvres, ont déjà créé des événements… et des emplois , avec le soutien du Département. Et la Communauté de communes de Châteaubriant ? Elle n’a jamais souhaité s’engager dans cette démarche volontariste…

Pourquoi, alors que la commune de Châteaubriant touche davantage d’aides du Département que les autres a-t-elle choisi, juste avant les municipales, une démagogique baisse des impôts locaux au détriment d’investissements d’avenir tant attendus par les chefs d’entreprise et leurs salariés ?

S’ils veulent vraiment servir le Castelbriantais, Catherine Ciron et Bernard Douaud feraient bien de poser ces questions à ceux qui dilapident la solidarité départementale mise en place par la majorité de gauche au Département.

Le groupe Loire-Atlantique à gauche

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page