Châteaubriant

Résistance au Lycée Môquet–Lenoir de Châteaubriant

Résistance au Lycée Môquet–Lenoir de Châteaubriant.

Mardi 11 février, les professeurs du Lycée Polyvalent, renforcés par la présence de collègues d’autres établissements de la ville, se sont rassemblés devant la grille à midi et quart. Ils présentaient  devant leur visage une affiche « Je suis 0,1% ». Cela en signe de protestation contre la réforme forcée des Lycées.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, déclarait le 19 janvier sur France Inter que ce n’était pas bien pour les élèves de perturber. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale, était l’invité de « Questions Politiques » ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter) avec Françoise Fressoz (Le Monde) et Nathalie Saint-Cricq (France Télévisions). Interrogé sur le climat tendu dans l’Éducation nationale, il a assuré qu’il n’y avait pas de « climat anti-Blanquer » : « Prenez la réforme du baccalauréat : quand je l’ai présentée, elle a recueilli l’adhésion, c’est que chacun a bien compris les principes. C’est un énorme travail d’écoute et de consultation. Tout ceci a duré des mois, même des années, il y a actuellement un comité de suivi que j’écoute« , assure-t-il. Mais selon lui, « à chaque étape, il y a des secteurs radicaux qui contestent l’étape suivante en disant que ça va être très désordonné »

Les professeurs perturbent les chiffres du ministre

Et que 99,9 % des professeurs étaient d’accord avec ce qu’il venait de dire. En réponse, les personnels de l’intersyndicale proclament dans un tract qu’ils distribuaient lors des portes ouvertes le samedi 08 février : « Le perturbateur, c’est Blanquer ».

Cette action est d’autant plus symbolique qu’elle a lieu le jour d’une épreuve d’E3C dont les sujets sont choisis localement, ainsi que leur barème, au grand dam des professeurs. Ils sont inquiets de cette dérive inégalitaire, « à l’encontre totale d’un diplôme à vocation universelle ».

« Depuis la rentrée, nos classes sont au travail, les épreuves se déroulent, témoigne un enseignant, mais nous affirmons notre désaccord ».

Visuel ©Adrien Paillsa

 

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer