Connectez-vous avec nous

Châteaubriant

Soutien aux sapeurs-pompiers de Loire-Atlantique

Publié sur

on

sdis 44

Soutien aux sapeurs-pompiers de Loire-Atlantique et de Châteaubriant en particulier de la part Michel Ménard, président du Département et du SDIS 44, suite aux événements graves de ce week-end.

« Une violence intolérable envers les pompiers »

Michel Ménard, président du Département de Loire-Atlantique et du SDIS 44, apporte son soutien aux sapeurs-pompiers de Loire-Atlantique. Il condamne les actes de violences survenus ce week-
end à Châteaubriant, appelés pour une intervention d’urgence. Dans un communiqué, il dénonce :

« Les sapeurs-pompiers de Loire-Atlantique se mobilisent chaque jour pour porter secours aux habitants dans des situations d’extrême urgence. Protéger les populations fait partie de leur mission.
Alors qu’ils étaient appelés pour une intervention d’urgence ce week-end, les sapeurs-pompiers sont tombés dans une embuscade. Ils ont été visés par des tirs de mortier. Le SDIS 44 va déposer plainte.
Je condamne cette agression intolérable et dangereuse à leur encontre et tiens à apporter mon soutien aux équipes de secours. »

Les soldats du feu intervenaient dimanche soir 7 novembre 2021 dans le quartier de la Ville au Roses à Châteaubriant pour éteindre un feu de voiture. Ils étaient attendus. Ils ont essuyé des tirs de mortiers de feux d’artifice.

Les pompiers sont la cible

Mercredi 3 et jeudi 4 novembre 2021, des véhicules brulaient. Mercredi, rue Galilée, l’incendie d’un premier véhicule et des feux de poubelles démarraient rue Jacquard. Jeudi, une camionnette et une voiturette brulaient, rue Hector-Berlioz, puis deux autres véhicules, à nouveau rue Galilée. Ces actes font suite à l’interpellation d’un jeune de 19 ans, résidant dans le quartier de la ville aux roses.

Le préfet condamne les faits

Dans un communiqué Le préfet « Condamne avec la plus grande fermeté les intimidations et les tirs de mortiers qui ont visé les pompiers et les forces de sécurité dans un quartier de Châteaubriant dimanche en fin de journée alors qu’ils intervenaient pour éteindre un feu de véhicule. Cette action mal-intentionnée aurait pu avoir des conséquences plus graves. M.Didier Martin apporte son soutien aux personnels du centre d’incendie et de secours de Châteaubriant ainsi qu’aux gendarmes de la brigade territoriale de gendarmerie de Châteaubriant.

Dans le cadre du protocole entre les forces de l’ordre et le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS44) en vigueur depuis 2015 et de la convention de partenariat entre le parquet de Nantes et le SDIS44 signée en 2017, une plainte du SDIS devrait être déposée dans les toutes prochaines heures. Le préfet rappelle que les pompiers et les forces de l’ordre interviennent pour la sécurité de l’ensemble de nos concitoyens, parfois au péril de leur vie, et que toute entrave à leurs interventions quotidiennes par quelques individus peut avoir des conséquences plus graves.

Par ailleurs, suite à cet événement et aux autres incidents qui ont eu lieu ces derniers jours, le préfet a demandé à la gendarmerie de renforcer les patrouilles dans ce secteur de Châteaubriant. »

La Ville aux Roses, quartier prioritaire

Ce quartier date des années 1970. L’État l’a classé comme quartier prioritaire dans le cadre de la Politique de la Ville, avec un taux de 50% de pauvreté ( classement 2018). Et malgré les 25 millions d’Euros qui sont sur la table pour la réhabilitation des barres HLM, le compte n’y est pas.

Les jeunes se sentent lésés. Le récent centre socio-culturel, inauguré à grands renforts de publicité ne leur correspond pas. Ils réclament un lieu à eux. Ils se réunissaient sous un préau aux abords du collège, mais cet abri a été détruit.

La municipalité de Châteaubriant sur son site internet, parmi d’autres promesses, annonce :  « la mise en place d’une antenne de la Police Municipale. Mais également l’installation de caméras dans toutes les rues de la Ville aux Roses. Et enfin la multiplication des patrouilles tant dans la journée qu’en soirée et la nuit. ». Une fois encore, une décision prise à-la-va-vite, sans concertation d’élus. Une décision autoritaire, que le maire prend, seul, sans la consultation des habitants et des associations.