AgricultureEnvironnement

Dire non à l’utilisation des pesticides près des habitations

Les citoyens peuvent donner leur avis visant à réduire les distances d’utilisation des pesticides dans les Pays de la Loire.

Dire non à l’utilisation des pesticides près des habitations !

Jusqu’au 13 juin 2020, les citoyens des Pays de la Loire sont invités à donner leur avis sur des projets de chartes visant à réduire les distances d’utilisation des pesticides à proximité des habitations. FNE Pays de la Loire, la LPO Pays de la Loire, Bretagne Vivante et l’UFC Que Choisir Pays de la Loire appellent les citoyens à se prononcer contre ces chartes. Elles n’ont d’autre ambition que de faire perdurer l’utilisation massive de ces molécules chimiques nocives.

Réduire des distances d’utilisation déjà beaucoup trop faibles

Les chartes en concertation sur le site de la chambre d’agriculture ont officiellement pour objet de favoriser le dialogue entre agriculteurs et riverains. C’est un tout autre objectif que les tenants de l’agriculture intensive ont en tête. Réduire les distances minimales d’application à respecter vis-à-vis des propriétés voisines, fixées en principe à 10 mètres pour les cultures hautes et 5 mètres pour les autres.

« Alors que les distances prévues par la règlementation nationale sont déjà largement insuffisantes pour protéger efficacement les riverains des parcelles traitées, les chartes proposées par la chambre d’agriculture visent à les réduire de moitié. Et même à les supprimer purement et simplement si l’habitation est occupée de façon discontinue ! » s’indigne Jean-Christophe Gavallet, président de FNE Pays de la Loire. « Cette diminution du niveau de protection de la santé humaine est inacceptable ».

Une charte à sens unique en faveur des utilisateurs de pesticides

Contrairement à ce qu’impose pourtant la règlementation nationale, les chartes ne proposent aucune contrepartie. C’était pourtant l’occasion pour les exploitants agricoles de réduire la quantité de produits. Et planter des haies aux abords des propriétés. Ou encore implanter des manches à air pour s’assurer de la force du vent lors de l’application. Ces chartes censées favoriser le dialogue entre agriculteurs et riverains ne prévoient aucune modalité d’information de ces derniers. Qu’il s’agisse de la nature des produits utilisés ou de l’imminence d’un traitement. Des moyens techniques existent pourtant en ce sens.

« Bien qu’elles proclament le « bien vivre ensemble », ces chartes ne prévoient aucun engagement concret en ce sens : elles sont vides » constate Pierre Guillaume, administrateur référent Environnement-Agriculture de l’UFC Que Choisir Pays de la Loire. « Les riverains se voient imposer une exposition directe aux pesticides sans la moindre contrepartie ».

Dire non à l’utilisation des pesticides près des habitations Les usagers peuvent donner leur avis

Un seul horizon souhaitable : la sortie des pesticides chimiques

C’est bien vers une sortie des pesticides qu’il faut se diriger pour le salut de la biodiversité. Pour préserver la santé humaine et, première concernée, de l’agriculture elle-même.

« Les projets de charte actuellement en concertation ne constituent qu’un moyen de faire perdurer un modèle agricole intensif à bout de souffle. Tout en donnant l’illusion que les représentants agricoles agissent pour modifier ce modèle » estime François Halligon, président de la LPO Pays de la Loire. « Il est temps de sortir de l’affichage, dont ces chartes ne sont qu’un énième avatar. Et d’agir réellement pour faire évoluer l’agriculture vers un modèle durable ».

Nous invitons ainsi les citoyens à se mobiliser massivement avant le 13 juin 2020. Il suffit de se rendre sur le site internet de la chambre régionale d’agriculture. Et donner son avis sur ces projets de chartes, obstacle à une évolution nécessaire de l’agriculture. Les contributions de nos associations sont disponibles sur les sites internet de celles-ci. Elles détaillent les critiques que nous émettons contre ces chartes.

Visuel @sandym10

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page