Loire-Atlantique

300 gendarmes sur la ZAD pour détruire deux cabanes

300 gendarmes sur la ZAD pour détruire deux cabanes très tôt ce matin.  Il n’y a aucun heurt à déplorer.

Aux Fosses Noires, sur la fameuse route des chicanes, à proximité de  la D 281,  dès 6 h, ce jeudi 16 juillet 2020, les gendarmes des compagnies de Châteaubriant, Nantes et Rezé, intervenaient pour détruire deux squats. Les motards de l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) étaient également présents. Ces deux squats étaient des autoconstructions édifiées sur des parcelles appartenant au conseil départemental de Loire-Atlantique.

La D281 était bloquée à la circulation entre le Bois Rignoux et les Ardinières, sur le commune de Vigneux-de-Bretagne, durant toute l’opération.

Des techniciens départementaux de l’Équipement ont mis à terre les deux autoconstructions à l’aide d’une pelleteuse.

Pour la Préfecture de Loire-Atlantique : « Les forces de l’ordre sont intervenues ce jeudi 16 juillet 2020 pour mettre en œuvre deux décisions de justices relative à l’expulsion et la déconstruction de deux occupations…

Ces installations illégales sont incompatibles avec la démarche de retour à l’État de droit menée par l’État depuis 2018 et poursuivie par le Conseil départemental dans le cadre du projet agricole et environnemental qu’il porte en lien avec tous les acteurs du territoire depuis qu’il est redevenu propriétaire de 895ha sur le site de Notre-Dame-des-Landes au premier trimestre 2019. Ces installations n’ont pas de lien avec les projets soutenus dans le cadre de ce projet de territoire et qui ont donné lieu à des baux agricoles.
Une déviation de la route départementale 281 par les routes départementales 81 et 42 a été mise en place pour faciliter cette intervention. Elle sera levée dans la journée dès l’opération terminée. »

Un gros déploiement de moyens

Le bilan est assez maigre. Deux personnes qui habitaient une des cabanes avaient quitté les lieux avant l’arrivée des militaires.

Pour le collectif de la Zone à défendre, il déplore dans un communiqué un déploiement d’envergure pour pas grand chose.

« Selon la préfecture il s’agirait d’expulser « plusieurs squats illégaux.
Renseignements pris sur place, l’opération vise un sous-bois dans lequel une personne avait construit un abri et garé son véhicule dans lequel elle dormait jusqu’à il y a quelques semaines. Ainsi qu’une cabane en forêt reconstruite l’an dernier et dans laquelle des personnes séjournaient à l’occasion.

L’un deux lieux visés étaient vide d’habitant.e.s lors de l’opération de ce matin. Un huissier aurait demandé à 2 personnes de partir dans le second lieu visé par l’opération d’expulsion de ce matin. Cette piètre intervention est une nouvelle démonstration d’orgueil. Et une tentative lamentable de plus pour alimenter le story telling gouvernemental officiel d’une zad sous surveillance. Quoi qu’il en soit, nous continuons à nous organiser collectivement pour maintenir au mieux les différents types d’habitats, historiques ou autoconstruits. Les reconstructions de sites détruits par le projet d’aéroport et la multiplicité des activités et expériences qui se poursuivent malgré tout dans le bocage. »

 

 

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer