Route Nantes-Pornic, un giratoire à Port-Saint-Père

Par Alain Moreau, le vendredi 1 mars 2019 — Port Saint Père, Route Nantes-Pornic, Travaux — 4 minutes de lecture

Route Nantes-Pornic, le Département va aménager un giratoire entre Port-Saint-Père et Le Pont Béranger.

Le Département de Loire-Atlantique a engagé le passage à deux fois deux voies de l’ensemble du tracé de la route Nantes-Pornic. Ce qui constitue un axe majeur pour le développement du sud-ouest de la Loire-Atlantique.

En octobre 2017, les élus départementaux approuvaient le lancement d’études pour l’aménagement de la route départementale 751 entre Port-Saint-Père et Le Pont Béranger, sur la commune de Chaumes-en-Retz.

L’objectif est d’obtenir une déclaration d’utilité publique courant 2021 afin de démarrer les travaux dès 2024. Sans attendre, le Département va réaliser un giratoire à l’intersection entre les RD 751 et 303, au lieu-dit « La Paternière » à Port-Saint-Père. Cet aménagement temporaire permettra de sécuriser ce carrefour, notamment les mouvements de tourne-à-gauche.

Le montant de l’opération est estimé à environ 300 000 €. Réunis en commission permanente ce jeudi 28 février, les conseillers départementaux ont approuvé le dossier technique. Le chantier devrait ainsi débuter dès mai prochain. Les travaux dureront environ trois mois.

Les aménagements déjà réalisés sur la route Nantes-Pornic

La route départementale entre Nantes et Pornic représente un linéaire de 40 km, dont 14,5 km à 2×2 voies et 25,5 km à 2 voies.

Cet itinéraire a fait l’objet par le passé de plusieurs aménagements. Déviation de Bouguenais : mise en service en 1994, soit 6,5 km à 2×2 voies. Déviation de Bouaye : mise en service en 1997, puis doublée en 2000, soit 4,2 km à 2×2 voies. Échangeur du Pont-Béranger : mis en service en 2007, soit 3,5 km en 2×2 voies. Déviation d’Arthon-en-Retz et de Chéméré (Chaumes-en-Retz) : mise en service en 1997, soit 4 km à 2 voies.

Les opérations à venir

Le Département a déjà engagé les procédures concernant deux autres sections de l’axe Nantes-Pornic. Il lance des études pour la dernière partie de la RD 751.

Doublement de la déviation de Port-Saint-Père.  Le projet de mise à 2×2 voies de ce tronçon de 4,2 km a été déclaré d’utilité publique. Il fait partie des priorités de la programmation pluriannuelle votée en décembre 2016.
Le dossier technique a été adopté par l’Assemblée départementale en mars 2018. Il prévoit une autorisation de programme de 15,3 M€. Et une participation financière de la Région des Pays de la Loire à hauteur de 2,13 M€. Le Département assure le financement des 13,17 M€ restants. Les travaux, qui consistent à aménager une nouvelle chaussée au nord de la déviation actuelle, doivent débuter en 2020. La mise en service verra le jour à l’horizon 2023.

Liaison entre Port-Saint-Père et Le Pont Béranger. Dans la continuité du doublement de la déviation de Port-Saint-Père, le Département prévoit de doubler la liaison jusqu’au créneau à 2×2 voies suivant, aménagé en 2007 au Pont-Béranger. Cela concerne une section de 5 km. Le Département souhaite en accélérer la réalisation. L’objectif est d’obtenir une déclaration d’utilité publique pour un démarrage des travaux en 2024. Et une mise en service en 2026.

Liaison entre Pornic et Le Pont Béranger (Chaumes-en-Retz) : section de 16 km actuellement à deux voies.

Un plan d’actions spécifique pour la sécurité routière.

Après les accidents graves survenus en 2017 sur la route Nantes-Pornic, un plan d’actions spécifiques existe. Une commission de sécurité routière d’itinéraire avec les élus locaux pour examiner des interventions qui pourraient être menées à court terme afin de limiter les risques d’écarts de conduite et de sécuriser les traversées (vitesse, zones de dépassement…).

La rénovation et la réhabilitation du marquage au sol, avec suppression des zones de dépassement et pose ponctuelle de barrettes sonores.

Des opérations d’alternatives à la poursuite des conducteurs.

Des contrôles radars. La préfecture a choisi la RD 751 comme premier itinéraire sécurisé en Loire-Atlantique pour le déploiement d’un radar mobile sur quinzaine de kilomètres.