Section Châteaubriant‐Retiers, la Région s’engage.

Par Alain Moreau, le vendredi 15 mars 2019 — Châteaubriant, Christelle Morançais, Rennes, SNCF — 5 minutes de lecture

Section Châteaubriant‐Retiers. Christelle Morançais, présidente de la Région des Pays de la Loire était à Châteaubriant ce vendredi pour annoncer la contribution de la région au financement de la section Châteaubriant‐Retiers

A l’occasion de la session du Conseil régional des 21 et 22 mars prochains le rapport relatif au financement des travaux de la section Châteaubriant‐Retiers sera proposé au vote. Inscrits au Contrat d’avenir signé le 8 février 2019 par Christelle Morançais avec le Premier Ministre, ces travaux permettront d’améliorer l’accès de Châteaubriant à la nouvelle gare de Rennes. Pour garantir la réalisation immédiate des travaux par SNCF Réseau, la Région s’engage sur un financement supplémentaire de 6,4 M€. Et à faire l’avance de l’État soit 1,3 M€ supplémentaire. Cette opération est une première concrétisation du Contrat d’avenir sur le territoire.

Section Châteaubriant‐Retiers

Les lignes ferroviaires jouent un rôle primordial en termes d’aménagement du territoire et d’équité territoriale. En particulier pour les zones rurales.

« J’ai souvent eu l’occasion de l’affirmer, je ne veux pas d’une Région à deux vitesses. Le maillage des Pays de la Loire en termes de transport est une priorité, notamment dans le domaine du ferroviaire. Nous nous engageons pour l’attractivité et le désenclavement de nos territoires. L’amélioration des mobilités est un des axes fort du Contrat d’avenir signé avec le Premier Ministre dans lequel une attention particulière a été portée à la modernisation de nos lignes pour garantir des infrastructures de qualité. La section Retiers Châteaubriant sur la ligne Rennes Châteaubriant en fait partie.» souligne Christelle Morançais présidente de la Région des Pays de la Loire.

Pour rappel, depuis septembre 2016, la dégradation de la voie ferrée Rennes‐Châteaubriant a conduit à la mise en place de ralentissements des trains à 40 km/h et à une dégradation de la desserte pour préserver les circulations. C’est pourquoi il était impératif de pouvoir renouveler ces infrastructures pour rétablir la vitesse et les dessertes de la ligne.

Au‐delà des trajets du quotidien cette desserte est en effet nécessaire pour permettre de maintenir une liaison attractive pour le territoire vers Paris en correspondance avec les TGV de Rennes.

Entre Rennes et Retiers, les travaux sont déjà engagés pour un montant de 23 M€. La Région a souhaité engager les travaux de la section Retiers‐Châteaubriant. Le programme de l’opération concerne un linéaire de vingt‐six kilomètres de ligne avec pour objectifs de retrouver le nombre de dessertes. Et de retrouver la vitesse d’exploitation de 70 km/h, et de prendre les mesures conservatoires pour un relèvement ultérieur de la vitesse à 110 km/h. De prévoir l’arrivée des futurs matériels roulants, et de pérenniser l’infrastructure.

Un financement d’un montant de  18,9 M€

« Compte tenu de l’engagement de l’État et de la nécessité de réaliser les travaux au plus tôt afin d’éviter la fermeture de la section, la Région, qui s’est engagée à hauteur de 6,4 M€ sur l’opération a décidé dans l’attente de la délégation des crédits de l’État, d’avancer l’engagement complémentaire de 1,3 M€ de l’État. Cet engagement de la Région, à l’instar de ce que nous avons fait pour les lignes Clisson‐Cholet et Caen-Alençon-Le Mans-Tours permet d’apporter les garanties nécessaires à SNCF Réseau.» explique Christelle Morançais.

Pays de la Loire : une Région engagée pour sauvegarder les lignes du quotidien.

Comme pour la section Retiers Châteaubriant, la Région s’engage pour la sauvegarde des petites lignes des Pays de la Loire.

Elles jouent un rôle primordial pour la mobilité. Notamment en zones rurales. En 2018, la Région a sécurisé l’avenir de la Ligne Clisson‐Cholet pour laquelle elle investit 33,2 M€ en avançant la part de financement attendue de l’État. Soit 6,7 M€ pour permettre le lancement des travaux. Et ainsi répondre à l’enjeu de modernisation et de pérennisation de la ligne qui comptabilise 200 000 voyages par an. Elle relie les deux premiers bassins d’emploi des Pays de la Loire. La Région s’est également engagée financièrement pour sauver la Ligne Caen – Alençon ‐ Le Mans ‐ Tours, en avançant sur son propre budget la part de l’État, soit 3,8 M€ ce qui permettra de sécuriser la plage de travaux prévue à l’automne 2020.

La Région participe également  aux travaux de modernisation de la section La Roche sur Yon-La Rochelle à hauteur de 23 M€.

Etat ‐Bretagne (CPER Bretagne) 3,7 M€
Etat ‐Pays de la Loire (engagement Contrat d’Avenir) 1,3 M€
Région Bretagne 3,1 M€
Région Pays de la Loire 6,4 M€
CD35 0,9 M€
CC La Roche aux Fées 1 M€
CC Châteaubriant-Derval 1,1 M€
SNCF Réseau 1,5 M€