Talensac : les platanes sont malades

Par @actu44, le vendredi 26 juillet 2019 — Chancre coloré, Environnement, Nantes, Platanes, Talensac — 2 minutes de lecture

Dans le quartier Talensac , les platanes sont malades. Il semblent atteints par le Ceratocystis platani, un drôle de champignon plus connu sous le nom de chancre coloré du platane. Les 42 000 platanes qui bordaient le Canal du midi en faire les frais dans les années 2010. Il fallut les abattre.

La Ville de Nantes mobilisée contre le chancre coloré du platane

Le dépérissement rapide d’arbres le long de la rue Basse-Porte inquiète. Il amène le service des espaces verts de la Ville de Nantes à suspecter une contamination des arbres par le chancre coloré du platane. Nantes Métropole a saisi les services de l’État* pour analyse en laboratoire agréé. Le champignon sévit-il ailleurs en ville ?

Il est maintenant confirmé que deux arbres sont atteints sur l’alignement d’arbres de la rue Basse-Porte. La Ville et la Préfecture prennent dès aujourd’hui des mesures de prévention. Il appartiendra de comprendre pourquoi à Talensac les platanes sont malades.

Il s’agit de la première détection de ce champignon, le chancre coloré, Ceratocystis platani, sur le territoire régional. Ce champignon, qui ne présente aucun risque sanitaire pour l’homme, a cependant une rapidité de propagation (par l’homme, les engins, le vent, l’eau, les animaux et les systèmes racinaires) et peut en quelques mois détruire un platane, ce qui le classe en organisme nuisible de première catégorie au niveau de l’État : la lutte contre ce champignon est obligatoire de façon permanente sur tout le territoire national.

Talensac : les platanes sont malades

Cette maladie très virulente a d’abord été observée aux États-Unis. Elle a provoqué d’importants dégâts entre 1925 et 1945. Elle arrive en Europe d’abord en Italie (Livourne, Naples et la Sicile). Ppuis en France (Marseille) en 1944 au cours de la deuxième guerre mondiale, probablement par l’intermédiaire de caisses de munitions fabriquées avec du bois contaminé. Elle est ensuite apparue en Toscane (1971), au Tessin (Novazzano et Balerna, 1986) et à Genève (2001).

*DRAAF – Service régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt Pays de la Loire.