« Joël Batteux a remis Saint-Nazaire dans son berceau »

Par Alain Moreau, le lundi 11 janvier 2021 — Joël Batteux, Philippe Grosvalet, Saint-Nazaire — 2 minutes de lecture
joël-batteux-a-remis-saint-nazaire-dans-son-berceau

« Joël Batteux a remis Saint-Nazaire dans son berceau ». Philippe Grosvalet, président du Département de Loire-Atlantique, salue la mémoire de Joël Batteux, ancien maire de Saint-Nazaire.

« C’est avec tristesse et émotion que j’ai appris le décès de Joël Batteux, survenu à l’âge de 77 ans. Je tiens à rendre hommage à cet homme qui a beaucoup fait pour la transformation de Saint-Nazaire. Joël Batteux faisait partie de cette génération de maires que certains ont qualifié de « maires bâtisseurs ». Avec lui, Saint-Nazaire a incontestablement changé d’ère.

Joël Batteux a en effet remis la ville dans son berceau originel, en renouant les attaches avec la mer. Il a permis une deuxième reconstruction de Saint-Nazaire, tournée vers l’estuaire et l’océan atlantique. Maire pendant plus de 30 ans, Joël Batteux aura marqué la ville de son empreinte. C’est si vrai qu’il a fini par incarner Saint-Nazaire personnellement.

J’ai eu l’honneur de siéger dans son équipe municipal…

…pendant plus de 20 ans, de 1989 à 2011. Nous avons également œuvré ensemble alors qu’il était vice-président de la Région des Pays de la Loire aux affaires économiques de 2004 à 2010 et que j’étais vice-président du Département de Loire-Atlantique sur la même délégation.

Certes, nos relations ont parfois été tumultueuses. Mais ce tumulte était le fruit d’une passion partagée pour Saint-Nazaire, pour la gauche et pour la chose publique. Avec le temps, nous nous sommes d’ailleurs rapprochés, même si nous n’avons jamais été bien loin : nous avons grandi dans le même quartier HLM à quelques années d’intervalle et cela faisait près de 30 ans que nous étions voisins, partageant la même cage d’escaliers.

Joël Batteux restera ainsi quelqu’un d’inspirant et de marquant dans ma vie. Avec lui, nous faisions partie de « ces canards sauvages qui volaient contre le vent » chers à Armand Gatti.
Au nom du Département de Loire-Atlantique, j’adresse mes sincères condoléances à sa famille, ses enfants et petits-enfants ainsi qu’à tous ses proches. »

Philippe Grosvalet,
président du Département de Loire-Atlantique