Théâtre de Verre

Abd Al Malik à la rencontre de Camus

Abd Al Malik à la rencontre de Camus, au Théâtre de Verre à Châteaubriant samedi 21 avril 2018. Abd Al Malik a rencontré Albert Camus dans les pages de ses livres. Et cette rencontre a forgé son devenir d’artiste, de musicien, d’écrivain. Entre les premiers textes dans la cité de Strasbourg, les échecs des débuts et les souvenirs d’enfance, il nous montre ici l’importance qu’elle a prise dans son parcours. Le tirant toujours plus haut, toujours plus loin.

À partir de nouvelles d’Albert Camus, Abd Al Malik livre un spectacle-hommage. Lumineux et sensible, à la croisée des arts. Accompagné d’un danseur hip hop. D’un beatmaker. De musiciens classiques. Le jeune rappeur esquisse un carnet de voyages en terres d’humanité fait de récits de vie. Avec quatre victoires de la musique et le prix Edgar Faure, Abd Al Malik est l’une des plus belles plumes d’aujourd’hui. Ce récital poétique nous prend encore une fois aux tripes et ne nous lâche pas.

Qu’y a-t-il de commun entre Albert Camus et moi-même?

Il n’y a aucune prétention dans la question que je me pose, mais plutôt une aspiration. Car j’ai toujours vu en Camus un idéal dans la manière d’être artiste. Un élan dans la façon d’habiter l’écriture. J’ai surtout vu en lui, comme en moi, ce farouche besoin de représenter « son peuple ». De représenter les siens et, par eux. De chercher inlassablement le moyen de se connecter à tous.

C’est en ce sens que ce qui m’intéresse dans ce projet n’est pas de « parler)} de son oeuvre (ou de lui-même finalement), mais de questionner les origines philosophiques de celle-ci. Je dirais même de questionner l’origine philosophique, et j’oserais presque dire spirituelle, de celle-ci. Et, de mon point de vue, comme il le dit lui-même d’ailleurs, tout s’origine (et quelque part se termine) dans cet ouvrage de jeunesse intitulé L’envers et l’endroit.

La préface qu’il fait à la réédition ce petit livre, vingt ans plus tard, a toujours été pour moi une sorte de feuille de route. Je dirais même une sorte de viatique dans ma quête. En tant qu’homme de mots, d’une certaine vérité artistique. C’est pourquoi je me propose de reprendre les intitulés et la thématique de chacune des cinq petites nouvelles qui forment cet ouvrage.  Et d’ajouter sept ou huit autres petites histoires (en liaison évidemment avec les thèmes abordés). Et de faire avec tout cela douze ou treize pièces musicales que je mettrai ensuite en scène dans une approche se situant entre la déclamation poétique et théâtrale et le tour de chant.

Abd Al Malik à la rencontre de Camus
Samedi 21 avril 2018, 20h45
Dans le cadre du Festival Lettre en Scène
Au Théâtre de Verre
27, place de Gaulle
44110 Châteaubriant

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer