Trois nouveaux passages piétons 3D à Nantes, Rezé et Sautron

Par Alain Moreau, le lundi 18 février 2019 — 2 minutes de lecture

Passages piétons 3D à Nantes. Nantes Métropole s’associe à l’expérimentation du passage piéton 3D. Une initiative nationale, est en test également dans d’autres villes de France. Deux communes de la métropole expérimente cette innovation. Sautron et Rezé. Au mois d’avril, un troisième passage piéton 3D verra le jour à Nantes.

Une démarche nationale à laquelle Nantes Métropole a souhaité s’associer

Ce dispositif de passages piétons 3D à Nantes et dans la métropole veut améliorer la sécurité des piétons. En juin 2018, un arrêté ministériel portant sur l’expérimentation de l’implantation des marquages de passage pour piétons 3D permet aux collectivités qui le souhaitaient de s’associer à cette démarche. Trois sites sont concernés par cette innovation. Ils présentent différentes configurations de circulation. Sautron, Rezé et Nantes.

A Sautron, le passage piéton 3D possède 4 bandes. Il est mis en place depuis le mercredi 13 février 2019 dans la rue du Berligout, face au n°10. A Rezé, le passage piéton 3D a 8 bandes est en place devant le 5 rue des Déportés. Et enfin sur Nantes, le passage piéton 3D a 6 bandes fonctionnera au mois d’avril face au n°8 , rue Eugène Thomas.

L’effet 3D recherché pour mieux avertir les automobilistes

En donnant un effet de relief, ce nouveau type de matérialisation des traversées piétonnes a pour but d’avertir. Mais également de responsabiliser encore plus les automobilistes en les faisant ralentir. Le principe de ce nouveau passage piétons repose sur un jeu de couleurs blanc, gris et noir. Visible de nuit, qui donne un effet en trois dimensions et qui est donc encore plus perceptible par les conducteurs. Nantes Métropole, en lien avec le CEREMA, effectue une évaluation de ces dispositifs. Et ce pour mesurer, au delà des premières impressions, l’efficacité réelle, dans le temps  du dispositif sur le comportement des usagers. Cette évaluation sera remise à l’État dans le cadre de l’expérimentation nationale.

Le coût global de cette expérimentation sur les sites s’élève à 4000€ TTC.