Steve Maia Caniço : réaction des Sound Systems

    Au fil de l'info...

    Deux jours de reconstitutions historiques au château de Châteaubriant

    Deux jours de reconstitutions historiques au château de Châteaubriant....

    Yvan Salomone et Michel Dector au MAT d’Ancenis

    Yvan Salomone et Michel Dector au MAT d'Ancenis-Saint-Géréon et...

    Travaux entre Châteaubriant et Martigné-Ferchaud

    Travaux entre Châteaubriant et Martigné-Ferchaud. Sur la route départementale...

    @Actu44

    Steve Maia Caniço : réaction des Sound Systems. Dans une Tribune Libre, la Coordination Nationale des Sound systems apporte sa vision sur les événements le soir de la Fête de la Musique à Nantes.

    Nous apprenons aujourd’hui la découverte du corps de Steve Maia Caniço dans les eaux impétueuses de la Loire.

    Steve est mort à cause de l’intervention policière le soir de la fête de la musique sur le Quai Wilson à Nantes, victime de la répression.

    Cela faisait pourtant plus de 20 ans que les fêtards se réunissaient là chaque année. L’État avait donc conscience des risques énormes engendrés par une telle intervention. Il n’a pourtant pas hésité. Le message est clair, la répression est en marche !

    La Free Party s’unit derrière tout les proches de ce passionné qui a perdu la vie en usant d’un de ses droits les plus fondamentaux, danser.

    L’étendard pirate subsistera pour que perdure la Fête Libre que Steve affectionnait tant.

    Nous ne voulons pas faire de Steve un symbole. Nous sommes pleinement conscients que cela aurait pu arriver à n’importe qui d’entre nous. Et n’oublions pas non plus toutes celles et ceux qui chaque année meurent entre les mains de la police sans que jamais justice ne soit faite.

    L’orage gronde au-dessus des responsables de cette tragédie et nous n’avons pas dit notre dernier mot. Notre résistance sera festive mais déterminée !

    Après avoir tenté tant d’années d’enrayer le phénomène Tekno en saisissant nos instruments de musique, l’État français se permet désormais de tuer. Comme il le fait avec toutes celles et ceux qui ne rentrent pas dans le rang. Nous resterons donc unis face à la répression, quels que soient la musique, la couleur ou les lieux.

    Rien n’arrête un peuple qui danse.

    spot_img